Patrick Njoroge : l’incorruptible gouverneur de la banque centrale kényane

(Ecofin Hebdo) - Patrick vit en communauté, avec des membres de sa confession religieuse. A la fin de chaque mois, il donne la grande majorité de ses revenus aux pauvres et ne garde que ce qui lui est nécessaire pour vivre. Pourtant, ce n’est pas d’un moine qu’on parle, mais de l’actuel gouverneur de la banque centrale kényane.

En janvier dernier, le Banker Magazine, appartenant au Financial Times Group, a attribué à Patrick Njoroge, le prix du gouverneur africain de banque centrale de l’année. En octobre 2016, la Banque Mondiale et le FMI lui avaient décerné une récompense similaire. Un peu plus tôt, la même année, la BAD lui avait décerné le prix du meilleur gouverneur de banque centrale en Afrique subsaharienne. Nommé en 2015 par le président Uhuru Kenyatta à la tête de la banque centrale du Kenya, l’homme semble faire l’unanimité. Pourtant, dans le microcosme des spécialistes de la finance africaine, il semble venu d’une autre planète. En effet, Patrick Njoroge ne semble avoir que deux priorités dans sa vie : son travail et l’œuvre de Dieu.

 

Ce gouverneur de banque centrale venu de l’Opus Dei

Au Kenya, le nom de Patrick Njoroge devient connu de tous lorsque les médias apprennent sa décision de refuser la luxueuse résidence de service et les trois voitures de luxe, qui devaient lui revenir lorsqu’il a été nommé, en 2015, gouverneur de la banque centrale kényane.

patrick njoroge1

Ainsi, Patrick Njoroge ne garderait de son salaire mensuel que le nécessaire pour
vivre. Le reste, il le donne aux pauvres.

Intrigués, les journalistes font alors des recherches sur cet étrange surdoué de la finance, sorti de la manche du président Uhuru Kenyatta deux ans après son élection en 2013. Le monde entier découvre alors avec stupeur que le nouveau gouverneur de la Central Bank of Kenyan est de l’Opus Dei (en latin « Œuvre de Dieu »), une prélature de l’église catholique, dont la mission est de promouvoir les valeurs divines à travers sa vie quotidienne.

Au Kenya, le nom de Patrick Njoroge devient connu de tous lorsque les médias apprennent sa décision de refuser la luxueuse résidence de service et les trois voitures de luxe, qui devaient lui revenir.

Ainsi, Patrick Njoroge ne garderait de son salaire mensuel que le nécessaire pour vivre. Le reste, il le donne aux pauvres. « Aux yeux de Dieu, ce n’est pas le succès financier de votre travail qui importe, mais l’amour que vous y mettez », explique-t-il. Aussi, il vit en communauté avec d’autres membres de l’Opus Dei. Lors de sa nomination, certains membres du gouvernement sont choqués d’apprendre qu’il est célibataire. Le premier ministre de l’époque aurait même proposé de lui trouver une compagne. Pourtant, « c’est un choix », comme l’explique l’intéressé. Mais également un vœu de dévotion au Seigneur, choisi par certains membres de l’Opus Dei, qui aurait tracé le chemin de l’homme durant ses études. Patrick Njoroge est né en 1961 dans la région de Circa. Après ses études secondaires, il entre, en 1979, à l’Université de Nairobi. Il y obtient une maitrise en économie, en 1985, avant d’aller parfaire sa formation dans la prestigieuse université américaine de Yale de 1987 à 1993. Il en sort avec un doctorat en économie. Quelques mois après son diplôme, il obtient un poste au ministère kényan de l’économie et des finances. En 1995, le FMI l’engage en tant qu’économiste, et il part vivre à Washington DC. De 2005 à 2006, il dirige une mission du FMI sur l’ile Dominicaine.

Son travail est si impressionnant à ce poste, qu’en 2012, il devient le conseiller du directeur général adjoint du FMI.

Il assure ensuite, à partir de 2006, les fonctions de chef de division adjoint du département des finances du FMI. Son travail est si impressionnant à ce poste, qu’en 2012, il devient le conseiller du directeur général adjoint du FMI. C’est ce poste qu’il occupe lorsque le président Uhuru Kenyatta le repère, avant de le nommer, le 13 octobre 2015, gouverneur de la banque centrale.

CBK

Uhuru Kenyatta le nomme, le 13 octobre 2015, gouverneur de la banque centrale.

 

Des résultats malgré un contexte compliqué

Nommer à la tête de la banque centrale kényane, un homme dont l’incorruptibilité n’a d’égal que sa compétence était plus une nécessité qu’un luxe pour le président Uhuru Kenyatta. A sa nomination, Patrick Njoroge hérite d’une situation économique compliquée. L’inflation est au-delà des 7,5 % et le shilling kényan a perdu en un an près de 20 % de sa valeur sur le dollar.
Dès sa nomination, le gouverneur ordonne deux hausses successives des taux directeurs de la banque centrale kényane qui passent subitement de 8,5 % à 11,5 %.

Cette décision a pour but de réduire l’inflation. Il faut savoir que les taux directeurs de la banque centrale sont les taux d'intérêt à court terme fixés par les banques centrales, dont l’institution se sert pour piloter la politique monétaire et réguler l'activité économique de leur pays. Peu de temps après que Patrick Njoroge ait fait augmenter les taux d’intérêts, l’inflation commence à baisser. A la mi 2016, elle est mesurée à 5 %, son taux le plus bas depuis 2012. En aout 2016, le Kenya plafonne les taux d’intérêts des crédits bancaires à 4% au-dessus des taux directeur de la banque centrale, fixés à 10,5%. A cette époque, certaines banques pratiquaient des taux d’intérêts à 18%.

Uhuru Kenyatta qui avait promis d’assainir le climat bancaire du pays, confie à Patrick Njoroge la tâche de réguler les activités des banques, qui asphyxient la population économiquement. Le Kenya compte alors 43 banques commerciales pour 45 millions d’habitants, affichant l’un des ratios les plus élevés du continent, tandis que le Nigeria, compte une vingtaine de banques pour plus de 180 millions d’habitants.

Le Kenya compte alors 43 banques commerciales pour 45 millions d’habitants, affichant l’un des ratios les plus élevés du continent, tandis que le Nigeria, compte une vingtaine de banques pour plus de 180 millions d’habitants.

Le gouverneur de la banque centrale kényane montre d’ailleurs clairement son désir d’assainir le secteur bancaire du pays. Lorsque, la Dubaï Bank, l’Imperial Bank et la Chase Bank, s’effondrent et peinent à honorer leurs engagements financiers, Patrick Njoroge les placent sous la tutelle de l’Etat pour 12 mois. Finalement, la Chase Bank rouvre au bout de trois semaines sous la gestion de la Kenya Commercial Bank. Dans la même période, huit directeurs de banques, dont deux de la Chase Bank, sont arrêtés. Les actions pour assainir le secteur se multiplient. En février 2017, la banque centrale kenyane annonce une procédure de contrôle de gouvernance à laquelle seront soumis tous les dirigeants et cadre supérieurs des différentes banques du pays. L’objectif est clair. Le gouverneur veut replacer l’éthique au centre de la gestion bancaire.

Dans la même période, huit directeurs de banques, dont deux de la Chase Bank, sont arrêtés. Les actions pour assainir le secteur se multiplient.

Les efforts du gouverneur de la banque centrale se font bientôt ressentir. L’assainissement progressif du secteur bancaire laisse entrevoir un meilleur avenir pour le climat des affaires et par ricochet pour l’économie kényane.

cbk governor patrick njoroge

Le gouverneur veut replacer l’éthique au centre de la gestion bancaire.

En mars 2018, la banque centrale kényane baisse de 0,5 point de pourcentage le principal taux d'intérêt auquel elle refinance les banques, le faisant passer de 10% à 9,5%. L'institution explique sa décision, par le besoin de doper la croissance alors qu'elle juge l'inflation assez maîtrisée. De 5,7 % en 2015, selon la banque mondiale, le taux de croissance de l’économie kényane passe à 5,8% en 2016, puis tombe à 4,9% en 2017. L’institution prévoit malgré tout, dans son Global Economic Prospects 2018, que le taux de croissance du Kenya passe à 5,5% en 2018, puis monte à 5,9 % en 2019.

Seul, le Kenyan de l’Opus Dei ne peut certainement pas faire de miracles pour l’économie nationale, mais la droiture et l’application au travail de Patrick Njoroge ont déjà produit des résultats non négligeables.

 

Servan Ahougnon

servan ahougnon

Player


Les secteurs de l'Agence
Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Hebdo