Infrastructures : 5 grands chantiers qui illustrent le décollage de l’Afrique

(Ecofin Hebdo) - Transport, énergie, immobilier… A coup de milliards de dollars, les pays africains ont entrepris depuis quelques années de combler leurs retards dans le secteur des infrastructures. Aujourd’hui, le secteur longtemps considéré comme le principal frein au développement de l’Afrique, s’impose de plus en plus comme un nouveau levier de sa croissance. Et la multiplication des projets infrastructurels enregistrée à travers le continent ces dernières années, semble confirmer la tendance. Dans chaque région du continent, on assiste au lancement ou à la résurrection de mégaprojets. Visite de cinq chantiers emblématiques.

 

En Afrique centrale, le pont Kinshasa-Brazzaville renaît de ses cendres

Le 07 novembre 2018, le ministre de l’Aménagement de la République du Congo Jean-Jacques Bouya, annonçait la conclusion d’un accord de 550 millions $ entre son pays et la RDC. Ledit accord visait à réaliser l’un des plus vieux projets infrastructurels du continent africain en matière d’intégration : le pont Kinshasa-Brazzaville.

Prévu pour enjamber le fleuve Congo séparant les deux capitales les plus proches du monde, sur environ 1575 mètres, l’infrastructure dont le projet a été laissé à l’abandon pendant des années, a retrouvé un coup d’éclat sous l’initiative de la BAD. Cette dernière a d’ailleurs annoncé qu’elle financerait le projet à hauteur de 210 millions $ tout en indiquant que les travaux devraient démarrer en août 2020.

1brazzaville fillette contemplant kinshasa 1 759x501

Le fleuve Congo entre les deux capitales. 

 

La nouvelle infrastructure comportera une voie de chemin de fer unique, une route à deux voies, des trottoirs et un poste-frontière à chaque extrémité, et sera connecté à l’infrastructure routière existante sur chacune des rives du fleuve Congo. Une fois achevé, il facilitera le développement de zones économiques spéciales, de part et d’autre du nouveau pont, et stimulera les échanges humains et économiques entre les deux villes et les deux pays. Il devrait également permettre de réduire les risques et coûts liés aux seuls moyens de transport disponibles actuellement pour passer d'une capitale à l'autre (bateaux, avions). Grâce au projet, le trafic actuel entre les deux capitales, estimé à 750 000 personnes et à 340 000 tonnes de fret par an, devrait passer à plus de 3 millions de personnes et à 2 millions de tonnes de fret d’ici à 2025.

 

En Egypte, la pharaonique « Sissi City » sort de terre

En 2015, le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi annonçait son intention de bâtir une nouvelle ville, présentée comme la future capitale du pays des pharaons. Annoncée pour un coût initial de 43 milliards d’euros, il vise à faciliter le désengorgement de l’actuelle capitale Le Caire, qui compte plus de 18 millions d’habitants.

2Sissi City 2

Un projet qui fait beaucoup parler…

 

En cours de construction en plein désert, à 45 km à l’est du Caire, la nouvelle capitale administrative égyptienne compte un grand nombre d’infrastructures. En mars 2018, 390 kilomètres d’autoroutes ont été construits. Sur plus de 700 km², la ville est prévue pour compter environ dix mille kilomètres de voies nouvelles. 663 infrastructures de santé devraient y être construites ainsi que sept cents écoles maternelles et garderies et un parc à thème. Outre de très nombreux logements, non seulement de haut de gamme mais aussi plus modestes afin d'accueillir tous les fonctionnaires du nouvel ensemble, le projet compte des hôtels de luxe, un nouvel aéroport et une tour de 345 mètres. La nouvelle mégalopole est prévue pour accueillir environ six millions et demi d'habitants, répartis sur vingt-et-un districts résidentiels, à une échéance de vingt ans environ.

 

La centrale d’Essakane, plus grande centrale hybride thermique-solaire du monde

En mars 2018, le Burkina Faso inaugurait un projet énergétique exceptionnel. A Essakane, la plus grande centrale hybride thermique-solaire du monde entrait en service. Composée de 130 000 panneaux solaires, reliés à la centrale existante au fioul lourd de 57 MW, le projet vise à alimenter en électricité la mine d’or d’Essakane, située dans le nord du pays.

3centrale dEssakane

La plus grande centrale hybride thermique-solaire du monde, au Burkina Faso

 

Dans un contexte marqué par l’intensification de la lutte contre le changement climatique, la construction de cette centrale constitue un pas majeur franchi dans la promotion des énergies renouvelables. D’après le groupe Total, l’infrastructure permettra de réduire la consommation de carburant de la mine d’Essakane de quelque 6 millions de litres par an, ainsi que ses émissions annuelles de CO2 de près de 18 500 tonnes.

 

Une ligne électrique à 1,26 milliard $ entre le Kenya et l’Ethiopie

Prévu pour entrer dans sa phase opérationnelle avant la fin de cette année, la ligne électrique devant relier le Kenya à l’Ethiopie a été lancée en 2013 par la BAD qui la cofinance. S’étendant sur 1068 km, elle est composée de deux lignes de transport d’électricité sur une distance de quelque 437 km en Ethiopie et 631 km environ au Kenya, ainsi que des installations connexes, à Wolayta-Sodo (Ethiopie) et Suswa (Kenya).

4 Kenya Power

Une ligne transfrontalière de 2GW de capacité.

 

En plus d’assurer l’accès à l’énergie fiable et abordable à des centaines de milliers de ménages, elle permettra de renforcer les échanges transfrontaliers entre les deux pays. Elle offrira également aux pays disposant d’une capacité de production d'électricité excédentaire, comme c'est le cas de l'Ethiopie, une vraie opportunité de générer des revenus. A terme, la ligne devrait être capable de transporter 2000 MW d’électricité, contre un objectif initial de 400 MW.

 

Le corridor logistique de Nacala

En 2017, le Mozambique inaugurait le corridor logistique de Nacala. Pour un coût de plus de 4 milliards $, l’infrastructure vise à transporter du charbon depuis la province occidentale de Tete, jusqu’au Terminal portuaire de Nacala, sur environ 900 km de voie ferrée, en s’étendant au Malawi. Le port, qui entend concurrencer celui de Durban en Afrique du Sud et celui de Mombasa au Kenya, a été réalisé grâce à l’appui des groupes Vale et Mitsui qui en détiennent chacun 35% des parts.

5nacala coal port jpg

Un modèle de projet d’infrastructure transfrontalière.

 

« Ce projet contribue sans conteste à l’unification du continent et permet au Malawi, un pays enclavé, d’exporter ses ressources minières. Il doit servir d’exemple à d’autres projets d’infrastructures transfrontalières en Afrique » indiquait à cet effet Henri Epessé, conseiller de la direction chez Eneo.

 

Des investissements à la hausse

D’après les statistiques, l’Afrique souffre d’un déficit infrastructurel estimé entre 130 et 170 milliards $. Cependant le récent essor des projets infrastructurels semble indiquer que le continent avance progressivement vers la réduction de ce déficit.

D’après le cabinet Deloitte, les investissements concernant les projets de grande envergure (valant plus de 50 millions $) ont particulièrement enregistré une croissance constante. En 2017, ils ont crû de 5,9% par rapport à 2016. En 2018, cette croissance était de 59,1% passant de 303 projets répertoriés en 2017 à 482 projets. En termes de valeur nominale, les projets infrastructurels de l’année 2018 ont été estimés à environ 471 milliards $, ce qui représente une croissance de 53,4% par rapport aux 307 milliards $ de l’année précédente.

De plus, la répartition de ces projets selon les différents sous-secteurs, indique que les Africains investissent plus dans le domaine des transports. En 2018, 38,6% des projets infrastructurels à grande échelle concernaient le secteur des transports. La même année, l’immobilier occupait le deuxième rang du classement avec 110 projets, devant l’énergie avec 66 projets.

Cependant, si les Etats multiplient les projets dans le domaine des transports, c’est bien l’immobilier qui a la plus grande valeur nominale en terme d’investissements. En effet, les projets à grande échelle de ce secteur ont atteint une valeur estimée 123,3 milliards $ en 2018, soit 26,2% de la valeur totale des projets répertoriés. Cette part lui permettait de devancer le secteur des énergies qui totalisait 114,6 milliards $ (24,4% de la valeur totale), tandis que le secteur des transports se classait troisième avec 107 milliards $ (22,7% de la valeur totale).

Grâce aux performances des poids lourds de son économie (Kenya, Ethiopie, Tanzanie), l’Afrique de l’Est s’est érigée en figure de proue des investissements infrastructurels. D’après le rapport Africa Construction Trends 2018, la région a enregistré 139 des 482 projets à grande échelle répertoriés sur le continent l’année dernière, contre seulement 51 en 2014.

 

Des projets majoritairement financés par les Etats

Si les pays africains continuent à dépendre de l’aide au développement, la tendance semble de plus en plus s’inverser dans le secteur du financement des infrastructures. D’après le cabinet Deloitte, les pays africains sont les premiers bailleurs de fond de leurs projets infrastructurels, contrairement à l’opinion générale. L’entreprise indique qu’en 2018, 24,5% des projets répertoriés (118) sont financés par les gouvernements africains, devant la Chine avec 18,9% des projets (91).

Cependant, certaines disparités subsistent selon les régions. En Afrique de l’Est par exemple, 25,9% des grands projets d’infrastructure sont financés par la Chine, loin devant les Etats de la région qui n’en financent que 12,9%. Cette situation est essentiellement due à l’importance stratégique de la région pour le projet chinois de la nouvelle route de la soie. De plus, 54,7% des projets infrastructurels est-africains sont réalisés par des entreprises chinoises, au détriment des entreprises privées locales qui n’en réalisent que 11,5%.

Cette tendance se confirme également en Afrique centrale, où 26,9% des grands projets sont financés par la Chine contre seulement 3,8% pour les Etats. En Afrique de l’ouest, 26,7% des projets sont financés les Etats, contre 21% pour la Chine même si cette dernière réalise 27,6% des projets répertoriés contre 21% pour les entreprises locales. En Afrique du Nord et en Afrique australe par contre, les Etats financent la majorité de leurs projets avec respectivement 36% et 30%. Dans ces deux régions, les entreprises locales dirigeaient en 2018 la majorité des projets, avec 32,1% des projets au Maghreb et 40,8% en Afrique australe.

Malheureusement, cette panoplie de projets est essentiellement financée par des émissions d’obligations, ou parfois la signature d’accords de prêts bilatéraux jugés peu avantageux. Ce qui a pour inconvénient d’augmenter la dette des Etats africains.

Au Kenya où la dette publique est passée de 47,9% en 2014/2015 à 58,3% en 2017/2018, le gouvernement est accusé par ses détracteurs de « sacrifier l’avenir de la prochaine génération » pour réaliser ses mégaprojets d’infrastructures. Dans un récent rapport, le FMI indiquait que les investissements dans les infrastructures en Ouganda pourraient booster la croissance, mais risquaient de peser à long terme sur les finances publiques. Ceci en raison de la stratégie d’emprunt du gouvernement en place qui a fait grimper la dette de 38% en 2016/2017 à 41,3% du PIB en 2017/2018, avec une prévision à 50,7% en 2021/2022.

 

Moutiou Adjibi Nourou 

Moutiou Adjibi      

Ndeye Khady Gueye

 

Les secteurs de l'Agence

● GESTION PUBLIQUE

● Finance

● Agro

● ELECTRICITE

● Mines

● Hydrocarbures

● TIC & Télécom

● Comm

Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Hebdo