Ethiopie : la féminisation de la haute fonction publique continue avec la présidence de la Cour suprême

Ethiopie : la féminisation de la haute fonction publique continue avec la présidence de la Cour suprême

(Agence Ecofin) - Pour la première fois dans l’histoire de l’Ethiopie, une femme a été désignée à la tête de la cour suprême. Il s’agit de Meaza Ashenafi (photo), une avocate très expérimenté en Ethiopie, qui milite en faveur des droits de la femme.

Cette nouvelle nomination d’Ashenafi à la présidence de la cour suprême vient donner suite à une série de nomination des femmes à de hautes fonctions en Ethiopie. En effet, déjà la semaine passée, la nation éthiopienne a vu l’élection de Sahle-Work Zewde, en tant que première présidente du pays.

Avant cela, c’est le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed qui confiait la moitié des portefeuilles de son nouveau gouvernement à des femmes, lors d’un important remaniement ministériel visant notamment à renforcer la lutte contre les violences ethniques qui secouent ce pays aux identités multiples.

 Flore Kacou


Ecofin Gestion Publique