Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Elec

Les nouvelles recettes de Bamako pour remettre Energie du Mali (EDM) sur les rails

Les nouvelles recettes de Bamako pour remettre Energie du Mali (EDM) sur les rails
  • Date de création: 20 novembre 2019 10:16

(Agence Ecofin) - Menacé par un défaut de paiement d’EDM, l’Etat malien doit voler au secours de sa compagnie d’énergie. Un vaste plan de restructuration et de réorganisation appuyé par la Banque Mondiale est en cours pour permettre à l’entreprise publique de retrouver une stabilité financière viable d’ici 2021, apprend-on d’une correspondance adressée au Fonds monétaire international (FMI) par les autorités maliennes.

Le plan « s’articulera principalement autour de la modification du mix énergétique (passer des combustibles aux importations d’électricité), de l’amélioration des opérations d’EDM-SA et du renforcement de son bilan », a souligné Boubou Cissé, le Premier Ministre malien, en sa qualité de Ministre de l’Economie et des Finances, dans sa correspondance.

Soutien de la Banque mondiale

Depuis juillet 2019, la Banque mondiale déploie effectivement un programme d’investissement quinquennal de 150 millions $ pour raccorder 25 000 nouveaux ménages à l’électricité et améliorer la qualité du service pour 400 000 autres clients d’EDM. Ce programme d’investissement, indique-t-on, veut surtout réduire les coûts de production et d’approvisionnement d’EDM-SA en préférant le photovoltaïque et les importations d’électricité à l’utilisation coûteuses d’hydrocarbures pour la production d’électricité.

En moyenne, il est établi que la compagnie perd 41 FCFA sur le kilowatt vendu, en raison de sa structure de prix et de ses coûts non maîtrisés. Ce déficit est comblé par les subventions de l’Etat (40%) et de nouvelles dettes (60%) qui se sont entassées.

Selon l’institution de Bretton Woods, ce sont des coûts de production élevés et des tarifs inadaptés, combinés à des inefficiences et une mauvaise gestion, qui ont forcé EDM SA à « beaucoup emprunter » auprès des banques commerciales et des fournisseurs de carburants, propulsant l’entreprise dans un malaise financier.

A fin juin 2019, EDM devait 76 milliards de FCFA à ses fournisseurs. Les arriérés (51 milliards de FCFA) dus à ses gros fournisseurs ont été réglés en mai et juin 2019 grâce à deux emprunts bancaires à un an, garantis par l’Etat. Ses créances à court terme dues aux banques commerciales locales, ont alors augmenté très rapidement dans la foulée, pour atteindre 99 milliards de FCFA, soit la moitié de ses recettes annuelles. Si l’Etat malien prévoit de contribuer à la réduction des arriérés dus à EDM SA par des transferts supplémentaires et un réaménagement de la dette, son apport est déjà estimé à 30 milliards FCFA cette année. Si la compagnie compte sur cet argent et le règlement anticipé des factures d’électricité des institutions publiques pour rembourser ses prêts, on est encore loin du compte, tanse le Fonds monétaire international.

Pour le FMI, « cette situation financière délicate de la compagnie publique d’électricité, met en jeu sa survie et pourrait menacer l’activité économique du pays. »

Un contrat de performance avec Bamako pour se tirer d’affaire

Les relations entre l’Etat malien et sa plus grande compagnie, dont le passif financier affiche un endettement de près de 320 milliards FCFA, vont prendre un nouveau tournant. Si Bamako compte accompagner son « Too big to fail » dans l’accès à des prêts aux termes plus avantageux que ceux disponibles sur le marché local, ce ne sera pas sans condition. Cet accompagnement, précise-t-on, sera soumis à un contrat de performance. La finalisation du document contractuel est prévue pour cette fin novembre.

« Le contrat de performance présentera les termes, conditions, et engagements réciproques pour l’accompagnement de l’État dans le redressement financier de EDM-SA, notamment le rachat et la renégociation de la dette bancaire, ainsi que la réduction progressive de la subvention implicite sur les produits pétroliers, le plan de trésorerie de EDM-SA et les investissements prioritaires », détaille l’exécutif.

Une stratégie conduite sous l’onction du FMI qui recommande d’y associer les banques commerciales créancières d’EDM : « La stratégie de réforme des autorités pour la compagnie d’électricité publique (EDM-SA) est appréciée, étant donné l’importance stratégique de cette entreprise pour l’économie malienne. Les autorités sont encouragées à chercher à obtenir la participation des banques commerciales à la restructuration financière de la compagnie »

Les ménages au détriment des entreprises

Afin de faire revenir l’entreprise publique sur les sentiers de la rentabilité, Bamako est livré à un arbitrage difficile. Dans ce qui convient d’appeler « un grand bouleversement » dans la structure des prix pratiqués jusque-là par EDM, c’est le secteur privé qui devrait en payer le prix fort, bien que cette augmentation devrait arriver progressivement, promettent les autorités.

Ainsi, le gouvernement maintiendra « un tarif social pour préserver les couches les plus vulnérables de la population ». Il ajustera ensuite « progressivement les tarifs au coût réel du service pour les consommateurs de moyenne tension ».

Les prémices de cette option sociale n’ont pas attendu. En Conseil des ministres le mercredi 06 novembre 2019, l’exécutif a approuvé un avenant portant sur la suppression de la subvention sur les frais de branchement pour la clientèle qui utilise la moyenne tension. Cet avenant, soutient Bamako, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations de l’étude sur la restructuration de la Société EDM-SA relative aux mesures nécessaires pour l’atteinte de son équilibre financier.

Fiacre A. Kakpo


 
GESTION PUBLIQUE

Niger : selon Mohamed Bazoum, l'Unité Régionale de Fusion de Renseignements a permis de nombreuses victoires contre Boko Haram

Algérie : plus de 370 000 employés en contrats de pré-emploi seront intégrés au sein des administrations publiques (gouvernement)

Le Togo poursuit son programme de décentralisation en dotant chaque commune d’une trésorerie

Climat : les pays développés doivent accroître leur appui financier aux plus pauvres, selon Peter Mutharika

 
FINANCE

Burkina Faso : Wizall, filiale du groupe BCP, lance Wizall Money, une solution de mobile money 100% inclusive

Jean-Luc Konan remporte le prix du "Meilleur CEO de l'année" lors de l'édition 2019 d'AIFA

Cameroun : le gouvernement exprime sa volonté d'aller en guerre contre une des pratiques récurrentes des abus fiscaux internationaux

AIFA 2019 : Oragroup reçoit le prix « Best Bank in Africa »

 
AGRO

Gabon : l’activité forestière paralysée par le mauvais état des routes en saison des pluies

Céréales : la production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)

Pourquoi s’intéresser davantage à la digitalisation des paiements et des mécanismes dans les chaînes de valeurs agricoles ?

Côte d’Ivoire : la récolte cacaoyère principale 2019/2020 pourrait chuter de 5 % en raison des maladies

 
HYDROCARBURES

Ouganda : les députés demandent une augmentation du financement de la société publique du pétrole

Nigéria : une explosion de pipeline fait sept morts

Guinée : l’AFC signe un accord avec Brahms pour cofinancer la construction de la raffinerie pétrolière de Kamsar

Algérie : Sonatrach va exercer son droit de préemption sur la transaction conclue entre Anadarko et Total

 
MINES

Zambie : Arc Minerals acquiert une participation majoritaire de la coentreprise Zaco Limited

Le Togo va se doter d’une politique de réinstallation des populations affectées par les exploitations minières

Afrique du Sud : Implats et ses partenaires valident l’étude de faisabilité du projet Waterberg

La SMB remporte le prix du « Meilleur projet minier » lors de l’édition 2019 d’AIFA

 
TELECOM

Ghana : MTN sanctionné pour violation des directives du régulateur télécoms

Namibie : MTN Business en bonne voie pour lancer un réseau mobile dans le pays

Madagascar : lancement du paiement via Airtel Money, des kits solaires Pay as you Go de Baobab+

Algérie : le câble sous-marin de fibre optique Orval est opérationnel

 
TRANSPORT

En RDC, ICTSI investit 100 millions USD pour doubler sa capacité en conteneurs sur le port de Matadi

Mali : Bamako sera bientôt dotée d’un système de Métrobus avec l’aide de la Turquie

Abidjan : l’échangeur de l’amitié ivoiro-japonaise de 25 milliards FCFA, sera inauguré le 16 décembre

South African Airways : pour éviter la faillite, le gouvernement actionne un plan de sauvetage d’urgence de 248 millions d’euros

 
FORMATION

Côte d’Ivoire : le gouvernement annonce le lancement des travaux de l’université de Bondoukou pour un coût de 113 millions $

Au Rwanda, le gouvernement envisage d’intégrer les cours de codage dans les programmes scolaires

L’entraineur français Claude Leroy veut lancer une académie de football féminin à Lomé, destinée aux pays d’Afrique francophone

L’Institut africain des sciences mathématiques offre des bourses aux Africains pour intégrer ses campus du Sénégal, du Rwanda et du Cameroun

 
COMM

Niger : 185 millions de FCFA de subvention à la presse privée en 2018

Bénin : le régulateur des médias annonce son budget pour l’année 2020

Côte d’Ivoire : un jeune ivoirien transforme en emojis des mimiques et expressions locales

Droits TV : la camerounaise CRTV reconnaît finalement une dette de 96 millions FCFA envers l’Union africaine de radiodiffusion

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Electricité