Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Au Togo, une flambée des prix de l’essence frelatée précipite une pénurie temporaire

Au Togo, une flambée des prix de l’essence frelatée précipite une pénurie temporaire
  • Date de création: 13 septembre 2019 17:18

(Agence Ecofin) - Les stridulations émanant du Nigeria sont remontées jusqu’au marché togolais ce jeudi, suite à un nouveau rebondissement dans la décision du géant de l’est de fermer ses frontières avec le Bénin et le Niger. Après la tomate, cette fois-ci, c’est le marché noir du carburant qui subit de plein fouet les secousses de la « sanction » nigériane, précipitant les Togolais dans les stations d’essence.

Mercredi, le Colonel Hameed Ali, un des patrons de la douane nigériane a indiqué que son pays   maintiendrait ses frontières fermées, jusqu’à ce que ses voisins (pays limitrophes à l’ouest) « finissent par accepter les conditions mises en place pour favoriser les politiques économiques » du Nigeria. La nouvelle orientation de la première économie d’Afrique a été mal ressentie, dans un premier temps, sur les marchés béninois qui desservent le Togo. Dans ce pays voisin où le Kpayo (nom béninois de l’essence de contrebande) représente une part importante de la consommation, le prix a presque doublé depuis le 20 août.

Le Nigeria a en effet été en mesure de « bloquer complètement l'afflux de marchandises illicites », et surtout « d'empêcher l'exportation de produits pétroliers illicites », comme le soulignait le Colonel Hameed Ali.

Une ruée vers les stations d’essence qui se retrouvent submergées par la demande

Si au Togo, l’essence de Contrebande « Boudê », représente encore une proportion relativement moins importante dans la consommation locale, les fluctuations de prix du frelaté ont  cependant « toujours » montré les signaux d’une augmentation prochaine des prix à la pompe. Ainsi, constatant une flambée sur le marché parallèle, une foule immense, anticipant une pénurie de l’or noir, s’est ruée vers les stations-services.

En moins d’une journée, cette hausse a entrainé une situation des plus exceptionnelles : les prix du marché noir ont décollé en flèche, se situant à des niveaux supérieurs à ceux des stations-services restées stables malgré le vent de panique. En effet, au Togo, le carburant est subventionné et son prix est plafonné. Dans la nuit de jeudi, sur le marché parallèle, le litre se négociait à 1000 FCFA, voire 1100 FCFA dans certains quartiers de Lomé, et à près de 2000 FCFA dans certaines localités de l’Intérieur du pays, contre le prix plancher de 564 FCFA dans les stations d’essence légales.

4847 togofirst copy

« J’ai fait la queue pendant au moins une heure de temps avant d’avoir mon carburant », s’offusque un Loméen qui doigte le Nigeria. « Je pense que c’est à cause du Nigéria », a poursuivi l’indigné qui a enfin réussi à se procurer son Super sans plomb.

Le marché noir désormais alimenté par les stations légales ?

La situation semble encourager également la spéculation, et des pratiques douteuses. Ainsi, selon certaines sources, des individus iraient acheter de l’essence en quantité à la pompe, pour la revendre ensuite sur le circuit parallèle, accentuant la pénurie conjoncturelle, alors que l’approvisionnement prévisionnel des stations se fait attendre.

4847 togofirst1 copy

« Les vendeurs de boudê s’approvisionnent maintenant dans les stations. C’est cela qu’ils sont en train de revendre », a soufflé un conducteur de taxi-moto.  

Une fermeture qui impacte les circuits d’approvisionnement « parallèles »

La fermeture de la frontière nigériane pour des raisons de contrebande massive, semble peser de plus en plus sur certains circuits économiques de ses voisins.  Au Togo, si la mesure a d’abord affecté la filière Tomate, au point de pousser le gouvernement à donner un coup de pouce aux producteurs, son impact monte donc d’un cran dans les autres secteurs, et risque d’accentuer la dégradation de la balance commerciale.

Les échanges commerciaux entre les deux pays d’Afrique de l’Ouest sont, en effet, estimés à environ 1,4 milliard $, selon Comtrade, l’agrégateur des flux commerciaux mondiaux des Nations-Unis. Ces échanges  sont notamment dominés par les produits pétroliers dont les importations vers le Togo, pèsent pour environ le milliard de dollars, sans comptabiliser l’essence frelatée qui transite par le Bénin.

Dans la matinée de ce vendredi, la situation semble pour le moment revenir à la normale. Quoi qu’il en soit, Abuja reste déterminé à garder ses portes fermées à ses voisins de l’ouest, du moins, jusqu’à ce qu’ils s’entendent sur les modalités de circulation des denrées dans la sous-région. »

Rappelons, que le Nigeria somme surtout le Bénin d’arrêter de saper son économie en déversant du riz asiatique sur son marché, pour préserver ses « maigres réserves de change » et assurer sa sécurité alimentaire avec son programme national rizicole.

 Fiacre E. Kakpo & Ayi Renaud Dossavi

Lire aussi :

Le Gouvernement rachète des stocks de tomates aux producteurs togolais, victimes de la fermeture des frontières du Nigéria

Togo-Nigéria: Un marché à plus d'1 milliard $


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Afrique du Sud : Kingson Capital reçoit 70 millions $ pour son deuxième fonds dédié aux start-up africaines

La Libra, la cryptomonnaie de Facebook, au menu d’une rencontre avec 26 banques centrales

Bourse de l’excellence : la Fondation BGFIBank accompagne 15 étudiants méritants et engagés

La BAD a emis une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars à 3 ans

 
AGRO

Côte d’Ivoire : 4 nouvelles entreprises bénéficieront d’un soutien dans la transformation d’anacarde

Rwanda : baisse de 10 % des exportations agricoles à 465 millions $ en 2018/2019

Nigeria : l’usine de tomate de Dangote poursuit sa descente aux enfers

Mali : l’AFD va subventionner sur quatre années la transition agro-écologique dans le coton

 
ELECTRICITE

Ethiopie : Acwa Power construira deux centrales photovoltaïques d’une capacité globale de 250 MW

Solaire : Fenix fait son entrée sur son sixième marché africain en s’introduisant au Mozambique

Bénin : la gestion de la SBEE, la compagnie électrique nationale, confiée au Canadien Manitoba Hydro International

Large soutien des chefs d’Etat des pays du G5 Sahel à l’initiative Desert to power

 
HYDROCARBURES

La Guinée étudie la possibilité d’intégrer le gaz naturel liquéfié dans son mix énergétique

Au vu de la situation en Arabie Saoudite, Donald Trump ordonne la libération des réserves stratégiques américaines de pétrole

Niger : la contribution de l’or noir au PIB devrait passer de 4% en 2017 à 24% en 2025

ION Geophysical empoche un contrat de levés multiclients 2D qui couvrira les eaux angolaises et namibiennes

 
MINES

Mali : Robex enregistre une production record au mois d’août à Nampala

Namibie : la mine d’étain d’Uis héberge également du lithium et du tantale

Mauritanie : Kinross veut investir 150 millions $ pour améliorer la production de la mine Tasiast

Mali : l’étude de faisabilité du projet Kobada sera publiée en mars 2020

 
TELECOM

Le Burkina Faso clôt le Programme d’appui au renforcement des infrastructures de communication

L’Afrique a besoin de près de 5 milliards $ par an pour développer son infrastructure TIC, selon Oliver Chinganya

Botswana : BTC double sa capacité sur le satellite de communication AMOS-7

13 pays sur 15 de la SADC ont signé le protocole d’accord sur l'abolition des frais de roaming

 
FORMATION

Gabon : bientôt la création d’une filière agricole dans les centres de formation

6 millions d'enfants subsahariens risquent de ne pas recevoir une formation de base (Unesco)

Sénégal : le gouvernement n’orientera pas les nouveaux bacheliers vers les établissements privés

L’Union européenne investit dans l’accompagnement des étudiants et universitaires africains

 
COMM

Ouganda : MultiChoice s’associe à l’entreprise locale Pep Stores pour distribuer ses produits

Netflix sera disponible parmi les offres françaises de Canal+ dès le 15 octobre

Rwanda : StarTimes encourage la création de contenu local

L'Erythrée est le pays où la censure est la plus forte au monde

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance