Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Cameroun : un risque de hausse se profile à l'horizon sur le prix de la bière…

  • Date de création: 21 novembre 2018 13:14

(Agence Ecofin) - Un risque de hausse des prix se profile à l'horizon, sur les coûts de production et des ventes de bières au Cameroun. Dans l'avant-projet de loi soumis à l'examen des représentants du peuple (parlement) et des régions (Sénat), le gouvernement a introduit une modification sur la gestion des droits d’accise, concernant les bières alcoolisées à hauteur de 5,5% et moins.

Pour la loi des finances 2018, il avait été instauré un abattement de 20% sur le prix qui sert de base au calcul du droit d'accise sur ces produits. Dans le projet actuel, il est prévu de réduire cet abattement de moitié, et de le fixer à seulement 10%.

La disposition de 2018 avait permis à ces entreprises « d’effectuer des investissements productifs dans leurs outils de production » a-t-on appris lors d’une récente rencontre entre l’association des brasseurs et la presse camerounaise. La mesure a également favorisé l’augmentation des achats de matières premières agricoles locales (maïs pour Les Brasseries du Cameroun et sorgho pour la filiale locale du groupe Diageo) avec, dans les deux cas, des créations directes et indirectes d’emplois. La nouvelle disposition si elle est retenue par l'Assemblée nationale pourrait avoir un impact négatif sur cet élan. 

De difficiles arbitrages en perspective pour les brasseurs

A côté de cette réduction d'abattement, le gouvernement prévoit aussi d'instaurer un droit d’accise spécifique sur les emballages des bières et boissons gazeuses, pour un montant de 15 FCFA par emballage. Il est difficile de faire un bilan en terme de coûts supplémentaires pour l’ensemble des sociétés brassicoles.

Mais une d'elle, la Société Anonyme des Brasseries du Cameroun qui est cotée sur l'Euronext Paris, publie ses comptes. Sur la base de ses performances de l'année 2017, on peut estimer la dépense d'impôt supplémentaire brute à 5 milliards de FCFA. On peut donc penser que ce chiffre progresserait en 2019 si on tient compte de la taxe sur la valeur ajoutée.
Le gouvernement n'a pas encore commenté cette proposition, dont la conséquence directe sera une augmentation de près de 100 FCFA sur le prix de chaque bouteille de bière. Lorsqu'il avait suggéré un abattement de 20% pour la loi 2018, le but était de permettre aux producteurs d’accroître la part des intrants achetés sur le marché local.

Dans la pratique, les surcoûts fiscaux ont souvent été, soit absorbés par les brasseurs au détriment de leurs marges nettes, soit répercutés sur les consommateurs finaux. Aucun des acteurs de la filière n'accepte de se prononcer. Dans un contexte économique difficile, les arbitrages seront pourtant très serrés, notamment pour les sociétés brassicoles.

Une première issue est d'augmenter le prix final de la bière, mais cela risque d'être contre-productif dans un contexte marqué par la réduction du pouvoir d'achat des consommateurs, et la persistance des trafics de bières frauduleusement importés. Absorber les coûts est tout aussi difficile, notamment pour SABC qui a promis à ses actionnaires des dividendes en hausse, après quelques années difficiles liées à la pression fiscale.

Aussi, il risque de devenir difficile de continuer à supporter le poids financier de l’approvisionnement en intrant auprès des producteurs camerounais. En effet, selon des analyses des coûts sur le marché local, il revient au final plus cher de s’approvisionner localement en céréales, que de le faire via des contrats à terme sur le marché international. On pourrait enfin assister à des réductions de dépenses des personnels avec des réductions des effectifs dans les zones les moins rentables, comme le Nord-Ouest, sud-ouest, où subsiste de l'insécurité. 

Dans le cadre de son programme économique avec le Fonds Monétaire International, le gouvernement camerounais est contraint de consolider ses sources de revenus fiscaux. Mais dans un contexte économique dominé à 90% par les entreprises informelles, le secteur moderne de l'économie est souvent la première cible, lorsque survient des besoins supplémentaires de ressources. 

Idriss Linge


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Nigeria: relèvement du seuil du capital libéré minimum des compagnies d’assurance et de réassurance

CEMAC : la possible amélioration des réserves de change de la sous-région via un accord FMI/République du Congo serait en péril

La firme égyptienne Yumamia va étendre ses activités de livraison de repas en Arabie saoudite après avoir levé 1,5 million $

Cap Digital et Maroc Numeric Cluster lancent un appel à projet pour les startups africaines en vue du prochain Futur.e.s in Africa

 
AGRO

Le Kenya veut porter sa production caféière à 100 000 tonnes, à moyen terme

Maroc : des droits de douane de 135% frapperont les importations de blé tendre, à partir de juin

Côte d’Ivoire : le CCA annonce une suspension des autorisations d’exportation de noix de cajou

Burkina Faso : le gouvernement octroie 11,3 milliards FCFA pour apurer la dette des producteurs de coton

 
ELECTRICITE

Le Mozambique propose d’exporter de l’électricité vers la Zambie et le Zimbabwe

Sénégal : réception des 46 turbines éoliennes du parc éolien de Taïba Ndiaye

Rwanda : BBOXX obtient 8 millions $ en francs rwandais pour étendre sa part de marché

Maroc : le consortium mené par EDF remporte la construction d’une centrale solaire de 800 MW

 
HYDROCARBURES

Le Nigeria se prépare à rentabiliser le gaz normalement torché par les producteurs  

BW en passe de devenir une entreprise pétrolière E & P

Côte d’Ivoire : le gouvernement attribue quatre blocs d’exploration pétrolière à Total et Eni

La Sierra Leone rouvre son quatrième cycle d’octroi de licences pétrolières

 
MINES

Zimbabwe : B2Gold s’intéresserait au projet d’or Shamva

Kinross : de nouveaux visages pour une nouvelle ère en Mauritanie

Tanzanie : Strandline lève des fonds pour ses projets Fungoni et Tajiri

Le Ghana en quête d’investisseurs pour exploiter ses ressources de bauxite

 
TELECOM

Namibie: MTC entame le processus d’introduction en bourse le 19 juin 2019

Nigeria: le ministre des Communications plaide pour une banque de développement des TIC

Le Soudan du Sud se dote d’une passerelle internationale pour faire chuter les coûts d’appel vers l’étranger

« Plus de murs », c’est le message de Ken Hu, Vice-Président de Huawei, le 23 mai 2019 lors de la Conférence de Potsdam sur la cybersécurité

 
FORMATION

Insead Business School annonce le lancement de sa bourse en MBA pour les étudiants africains

La Harvard Business School Online ouvre un cours grand public sur les technologies financières

Lambda School lance son programme de formation en ligne, accessible gratuitement aux jeunes développeurs de Côte d’Ivoire

La Banque mondiale propose un cours en ligne grand public sur les partenariats public-privé

 
COMM

RDC : l’agence de presse Sputnik signe un accord de partenariat avec le radiodiffuseur national congolais

Zimbabwe : les autorités veulent accorder 24 licences pour des chaînes de télévision

Afrique francophone : Facebook va accompagner 10 000 PME dans leurs stratégies de marketing digital

Les métriques, la technologie et les réseaux sociaux ont changé la façon de travailler des journalistes dans le monde  

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance