Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Dette des entreprises publiques au Cameroun : une ardoise de plus de 4 milliards $ qui fragilise les finances publiques

Dette des entreprises publiques au Cameroun : une ardoise de plus de 4 milliards $ qui fragilise les finances publiques
  • Date de création: 21 octobre 2019 18:18

(Agence Ecofin) - La dette des entreprises publiques au Cameroun constitue un point de fragilité pour les efforts de consolidation fiscale, entrepris par les autorités camerounaises dans le cadre du programme économique mis en œuvre en collaboration avec le FMI, apprend-on d'une analyse du profil pays faite par l'Agence de notation Moody's le 10 octobre 2019 dernier.

Le document s'appuie sur des indicateurs de 2016 et affirme qu’excepté la Société nationale de raffinage (Sonara), la dette de ces entités dont plusieurs connaissaient des soucis financiers, représentait environ 8,2% du produit intérieur brut (PIB) de cette année-là. Mais selon des données collectées par l'Agence Ecofin sur des plateformes officielles du gouvernement, la dette de la Sonara incluse, ce ratio atteint les 13,5% du PIB du pays à la fin de l'année 2017.

En effet, évaluant le volume d'assistance qu'il faudrait apporter aux entreprises publiques en 2019, des données consolidées par le gouvernement font ressortir que la dette globale des 37 entreprises publiques ou à capitaux publics, atteignait en 2017, un montant proche de 2624,4 milliards FCFA (environ 4,7 milliards $) en 2017, pour un produit intérieur brut estimé à 34,8 milliards $ au cours du dollar américain à la fin de cette année-là.

Une situation très problématique pour Camtel et Sonara

La Sonara, Camtel, l'entreprise nationale des télécommunications, et la compagnie nationale des eaux (Camwater) occupaient le top trois des entreprises publiques endettées avec des totaux respectifs de dette à fin 2017 de 763,2 milliards FCFA, 554,5 milliards FCFA et 352,4 milliards FCFA. Les autres entreprises publiques qui bouclent le top 5 sont ; Electricity Development Corporation (140,4 milliards FCFA) et la Sodecoton (113,1 milliards FCFA).

Bien plus que leur endettement, ce qui pose problème c'est la difficulté que ces entreprises publiques ont à générer des revenus suffisants afin de rembourser leurs créanciers.

La Sonara a bénéficié d'une part importante de l'Eurobond de 750 millions $ émis en 2015 par le gouvernement et qui est toujours en cours de remboursement. Elle a aussi bénéficié de plusieurs autres lignes de crédit internationales et des banques locales.

On a pu apprendre qu'en avril 2019, l'entreprise a bénéficié d'un prêt de 160 millions $ d’un trader des produits pétroliers, mais elle a été frappée par un incendie en mai 2019. Déjà structurellement déficitaire, on voit mal comment la Sonara pourrait rembourser sa dette désormais. L'arrêt actuel de ses activités pèsera encore sur le déficit extérieur, en raison du besoin de continuer à satisfaire la demande locale en produits pétroliers ; vitale pour la stabilité économique.

Dans le cas de Camtel, l'exposition du budget de l’Etat à sa dette tient du fait qu'elle appartient à 100% au gouvernement, contrairement à la Sonara dont le capital est réparti entre le gouvernement, des entités parapubliques et le secteur privé. L'entreprise a massivement emprunté notamment auprès d'Exim Bank pour des projets d'envergure. Sur l'un des plus importants, notamment la fibre optique entre le Brésil et le Cameroun, on n'a pas encore de visibilité sur les premières retombées.

En plus de cela, à son stock de 2017, la dette financière de cette entreprise était de plus de 409 milliards FCFA et représentait un peu plus de 4 fois son chiffre d'affaires. La présidence de la République a pris des mesures fortes et ouvert la voie à une privatisation partielle de la structure. Des informations non encore confirmées officiellement suggèrent que cette évolution des choses pourrait profiter à Huawei, l'entreprise chinoise partenaire de cette société et qui concentre une part importante de sa dette.

Des arbitrages difficiles en perspective dans le cadre de la Loi des finances 2020

La session budgétaire devrait bientôt débuter au Cameroun, mais ce n'est pas sûr que ces questions fassent l'objet de grandes discussions, la discipline partisane laissant la latitude au gouvernement de conduire les arbitrages. Or celui-ci semble à court d'options. Plusieurs des sociétés sous son contrôle, dont l'une des plus importantes en termes de nombre d'employés (Cameroon Development Corporation), se trouvent dans des zones dites en crise anglophone. Les fermer risque d'entraîner un sentiment négatif, mais les maintenir improductives a aussi un coût pour les caisses publiques.

Toujours en rapport avec les zones Nord-Ouest et Sud-Ouest, elles abritent d'importants bassins de production, notamment de produits vivriers, mais aussi de produits d'exportation comme le cacao. Il est probable que le gouvernement y perde d'importantes sources de revenus.

Enfin, le gouvernement devra surveiller le coût fiscal des partenariats public-privé. La dette publique contingente liée à ce mécanisme de construction des infrastructures était de 6% du PIB à fin 2017. Moody's estime que cela devrait augmenter, avec le lancement du projet de barrage de Nachtigal, qui se fait lui aussi en mode PPP.

Idriss Linge



 
GESTION PUBLIQUE

Commerce, financements, investissements : premier partenaire économique du Cameroun, la Chine dame le pion aux Etats-Unis en 2018

Sahel : l’Union européenne annonce une enveloppe de 35 millions d’euros pour faire face à la crise humanitaire

Immobilier : baisse de 80% de la demande durant les 5 dernières années, en Angola

Ecobank adhère aux Principes de la banque responsable des Nations unies

 
AGRO

Malawi : la Norvège injecte 4,4 millions $ dans le secteur agricole

Niger : un nouveau projet pour booster la production de sésame et l’exporter

Sénégal : l’exécutif lance la deuxième phase du Programme d’appui à l’agriculture et à l’entrepreneuriat rural

Cameroun : 15 entreprises suspendues pour exploitation forestière illégale

 
ELECTRICITE

Angola : le pétrolier Eni construira une centrale solaire de 50 MW dans la province de Namibe

Bénin : Itron fournira 40 000 compteurs intelligents et une plateforme de paiement en ligne à la SBEE

Afrique du Sud: la France au chevet de l’Eskom

Africa50 rejoint Power Africa pour drainer plus de financement vers le secteur électrique

 
HYDROCARBURES

L’Egypte multiplie par trois ses exportations de GNL depuis le terminal d’Idku

Egypte : une explosion de pipeline fait six morts et 16 blessés dans le nord de l’Egypte

A partir de 2030, la croissance de la demande pétrolière sera ralentie par l’utilisation des véhicules électriques (AIE)

Les mauvaises performances de Tullow au Ghana affectent la trésorerie et les prévisions de production de la société pour 2019

 
MINES

Angola : les recettes des ventes de diamants augmentent au troisième trimestre 2019

Tanzanie : Peak Resources devient l’unique propriétaire du projet de terres rares Ngualla

Burkina/Liberia : Avesoro enregistre une perte au troisième trimestre 2019

La Guinée rejette l’offre du géant australien du fer Fortescue pour Simandou

 
TELECOM

Au Togo, le réseau e-gouv entre dans le giron de la Société des infrastructures numériques

Ouganda : Seacom va s’appuyer sur Raxio Data Center Ltd pour diversifier son offre de services numériques

Afrique du Sud : Telkom en quête d’acquisitions pour se renforcer sur le marché télécoms

Côte d’Ivoire : Orange Fab et Seedstatrs récompensent les 3 meilleures start-up

 
TRANSPORT

La CAFAC célèbre son 50e anniversaire sur fond de promotion du Marché unique du transport aérien africain

Malawi : la Banque européenne d’investissement et l’UE accordent un financement de 139 millions EUR pour réhabiliter 347 km de la nationale M1

La route Ketta-N’Tam, longue de 312 km, qui relie la République du Congo au Cameroun est achevée et sera inaugurée en 2020

South African Airways annule la quasi-totalité des vols prévus vendredi et samedi, à cause de la grève annoncée du personnel

 
FORMATION

Le programme canadien de bourses de la Francophonie ouvre les sélections pour l’année 2020 à 14 pays d’Afrique

Côte d’Ivoire : création de l’Ecole supérieure du pétrole et de l’énergie en partenariat avec l’Institut français du pétrole

Le spécialiste du divertissement TRACE prévoit de lancer une plateforme de formation en ligne en Afrique dans le courant de l’année 2020

Des centres de formation mobiles pour développer les compétences dans le secteur de l’énergie en Afrique

 
COMM

Le groupe Trace acquiert une station radio au Kenya

RDC : l’opérateur de télévision payante Orao Telecom signe un accord de partenariat avec Eutelsat

Seychelles : le radiodiffuseur public va rendre ses programmes disponibles sur une application mobile

Sénégal : les autorités rappellent l’interdiction de la promotion des produits servant à la dépigmentation

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance/Gestion Publique