Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Ammin Youssouf : « à Afrobytes, nous voulons être un facteur d’accélération du développement de l’environnement tech en Afrique »

Ammin Youssouf : « à Afrobytes, nous voulons être un facteur d’accélération du développement de l’environnement tech en Afrique »
  • Date de création: 15 mai 2019 18:37

(Agence Ecofin) - La 4e édition du salon Afrobytes qui réunit la crème de la tech africaine a ouvert ses portes mercredi à Paris, en France. Organisé autour du thème : « D’où est-ce que nous sommes partis ? », l’évènement se propose d’être une place de marché qui réunit des acteurs anglophones et francophones de l’écosystème tech et business africain. Cela, avec la volonté de leur donner une grande visibilité au cœur de la plus grande start-up campus au monde, la station F.

La station F est un espace de 3,4 hectares, situé en plein cœur du 13e arrondissement de Paris et créé par le milliardaire français Xavier Niel.

Cette rencontre tournera essentiellement autour des sujets comme la blockchain, l’ère quantique que connait le domaine vu la rapidité de son développement ou encore la problématique de l’investissement dans les start-up africaines.

Pour Ammin Youssouf (photo), CEO d’Afrobytes Paris, le salon se veut pragmatique, n’a pas l’ambition d’être déjà un aboutissement, mais comme l’indique le thème choisi pour cette édition, il veut constituer un point de départ vers d’autres opportunités pour la scène tech africaine dont il a loué les efforts pour la transformation digitale en cours. A ce propos, Youssouf a salué le dynamisme et les performances de l’écosystème tech francophone qui « commence à vraiment rattraper son retard sur les start-up anglophones avec des innovations de plus en plus pertinentes ».

Contrairement aux trois premières éditions, Afrobytes 2019, ouvrira la porte à des pitchs de start-up. « Nous ne le faisions pas avant car nous avions l’humilité de penser que nous ne connaissions pas assez l’écosystème.», a expliqué le patron d’Afrobytes. Par ailleurs, à partir de cette année, l’organisation présentera trois start-up africaines qu’elle sélectionnera pour leur faciliter l’accès au financement et de la visibilité.

Outre réunir les acteurs et les investisseurs, cette année Afrobytes veut mieux ouvrir les portes du monde aux start-up africaines qui pour la majorité, concentrent leurs activités sur uniquement le continent. « Même si c’est notre cœur de sujet, nous n’allons pas nous limiter à des sujets totalement africains. Le marché est vaste, les opportunités aussi. Nous voulons parler de sujets qui dépassent le continent et ne pas s’enfermer dans nos frontières. Tout le monde a un avis sur nous (…) Pourquoi pas nous ?», s’est-t-il questionné.

Cette politique d’externalisation sera complétée par une opération dénommée Pitch ad Vox via laquelle la chaîne de télévision Vox Africa fera pitcher des start-up présentes sur l’événement. L’objectif est de montrer au monde entier, acteur ou pas du domaine que la transformation digitale est en marche en Afrique.

Selon André Moana, co-fondateur de Moco, une plateforme de promotion de la musique afro-caribéenne, Afrobytes est une « chance » pour les plateformes de le tech en Afrique dans leur quête d’ouverture sur le monde.

Il faut signaler la présence, cette année de grands groupes industriels et des acteurs clés de la transformation digitale comme PayPal ont fait part de leur volonté de mieux profiter des opportunités exponentielles offertes par le continent africain.

Olivier de Souza, envoyé spécial


Ecofin Comm     


 
GESTION PUBLIQUE

L'Ouganda réhausse ses perspectives de croissance à 6,3% en 2019/2020

Kenya: 10,1 milliards de dollars rapatriés en trois ans dans le cadre d’une amnistie fiscale

Burkina Faso : le Parlement approuve l’octroi de 8 millions par l’IDA pour un projet de résilience climatique

Brexit : après un énième échec politique, la Première ministre Theresa May va jeter l'éponge

 
FINANCE

Nigeria: relèvement du seuil du capital libéré minimum des compagnies d’assurance et de réassurance

CEMAC : la possible amélioration des réserves de change de la sous-région via un accord FMI/République du Congo serait en péril

La firme égyptienne Yumamia va étendre ses activités de livraison de repas en Arabie saoudite après avoir levé 1,5 million $

Cap Digital et Maroc Numeric Cluster lancent un appel à projet pour les startups africaines en vue du prochain Futur.e.s in Africa

 
AGRO

Le Kenya veut porter sa production caféière à 100 000 tonnes, à moyen terme

Maroc : des droits de douane de 135% frapperont les importations de blé tendre, à partir de juin

Côte d’Ivoire : le CCA annonce une suspension des autorisations d’exportation de noix de cajou

Burkina Faso : le gouvernement octroie 11,3 milliards FCFA pour apurer la dette des producteurs de coton

 
ELECTRICITE

Le Mozambique propose d’exporter de l’électricité vers la Zambie et le Zimbabwe

Sénégal : réception des 46 turbines éoliennes du parc éolien de Taïba Ndiaye

Rwanda : BBOXX obtient 8 millions $ en francs rwandais pour étendre sa part de marché

Maroc : le consortium mené par EDF remporte la construction d’une centrale solaire de 800 MW

 
HYDROCARBURES

Le Nigeria se prépare à rentabiliser le gaz normalement torché par les producteurs  

BW en passe de devenir une entreprise pétrolière E & P

Côte d’Ivoire : le gouvernement attribue quatre blocs d’exploration pétrolière à Total et Eni

La Sierra Leone rouvre son quatrième cycle d’octroi de licences pétrolières

 
MINES

Zimbabwe : B2Gold s’intéresserait au projet d’or Shamva

Kinross : de nouveaux visages pour une nouvelle ère en Mauritanie

Tanzanie : Strandline lève des fonds pour ses projets Fungoni et Tajiri

Le Ghana en quête d’investisseurs pour exploiter ses ressources de bauxite

 
TELECOM

Namibie: MTC entame le processus d’introduction en bourse le 19 juin 2019

Nigeria: le ministre des Communications plaide pour une banque de développement des TIC

Le Soudan du Sud se dote d’une passerelle internationale pour faire chuter les coûts d’appel vers l’étranger

« Plus de murs », c’est le message de Ken Hu, Vice-Président de Huawei, le 23 mai 2019 lors de la Conférence de Potsdam sur la cybersécurité

 
FORMATION

Insead Business School annonce le lancement de sa bourse en MBA pour les étudiants africains

La Harvard Business School Online ouvre un cours grand public sur les technologies financières

Lambda School lance son programme de formation en ligne, accessible gratuitement aux jeunes développeurs de Côte d’Ivoire

La Banque mondiale propose un cours en ligne grand public sur les partenariats public-privé

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Comm