Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Agro

La fixation du prix plancher du cacao de 2 600 $ la tonne est aussi salutaire que risquée

La fixation du prix plancher du cacao de 2 600 $ la tonne est aussi salutaire que risquée
  • Date de création: 18 juin 2019 13:02

(Agence Ecofin) - Afin de permettre aux producteurs de recevoir une part équitable de la manne que génère le marché mondial du cacao, le Ghana et la Côte d’Ivoire ont annoncé récemment la fixation d’un prix plancher de 2 600 $ la tonne et suspendu leur vente de cacao pour la saison 2020/2021.

Dernier acte en date de la collaboration entre les deux pays voisins, cette manœuvre n’est pas sans risques pour les deux pays et plus largement pour le marché global du cacao. Analyse des enjeux de cette initiative avec Casper Burgering (photo), responsable des métaux industriels et des matières premières agricoles chez la banque néerlandaise ABN Amro.

Agence Ecofin : En tant que spécialiste, que pensez-vous des annonces du Ghana et de la Côte d’Ivoire ?

Casper Burgering : La Côte d’Ivoire a une part de marché de 42% alors que le Ghana détient 17% de la production mondiale. Ensemble, ces deux pays fournissent près de 60% de la récolte mondiale de fèves. Cela leur donne un pouvoir de marché important contre les puissants acheteurs.

Le prix minimum est un effort mené par les deux pays pour obtenir un prix équitable pour les producteurs. Il s’agit d’un moyen pour améliorer leurs revenus. Je pense qu’en agissant de la sorte, le Ghana et la Côte d’Ivoire pourront protéger le secteur du cacao dans le futur. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour les producteurs ivoiriens et ghanéens dans une certaine mesure, mais les effets sur le long terme peuvent déstabiliser le marché du cacao. 

AE : Cette initiative des deux pays a-t-elle des chances d’aboutir ? Les acheteurs internationaux suivront-ils ?

CB : Déjà, plusieurs transformateurs, négociants et fabricants internationaux sont convaincus et comprennent le principe d’un prix plancher. Le fait que le Ghana et la Côte d’Ivoire fournissent 60% de la récolte mondiale, rend légitime leur demande d’un prix élevé et équitable sur le marché. La question est de savoir ce que les autres pays producteurs qui disposent de 40% du marché comme le Brésil, le Nigeria et l’Indonésie, vont faire.

La volonté des grands acheteurs est aussi forte du point de vue de la durabilité. Plusieurs fabricants ont envie d’améliorer la transparence en augmentant la traçabilité de la chaîne d’approvisionnement. De plus, le renforcement des capacités des producteurs joue un rôle important dans l’amélioration de l’industrie. C’est une manière pour les fabricants de montrer qu’ils prennent les questions de durabilité au sérieux. Dans tous les cas, la discussion prévue le 3 juillet prochain, sera intéressante, et révélera quel acteur est le plus puissant sur le marché du cacao. 

AE : Quelles peuvent être les conséquences de cette mesure à court et à long terme?

CB : Sur le court terme, les revenus des producteurs seront garantis dans une certaine mesure. Un prix minimum de 2600 $ est certainement un puissant incitatif pour que de nombreux producteurs augmentent leur production durant les prochaines campagnes. Quel exploitant ne veut pas bénéficier de prix élevés ? A long terme, les chances de surproduction sont fortes et la compétition pourrait être exacerbée.

La croissance de la demande ne suivra pas le rythme. Il y a de bonne chance que le marché connaisse structurellement un trop plein. Cela augmente les chances de dumping. Par ailleurs, si les autres pays producteurs n’adhèrent pas à cette initiative, ils peuvent vendre le cacao en dessous de 2 600 $ la tonne et gagner des parts de marché au détriment du Ghana et de la Côte d’Ivoire. 

AE : Comment le Ghana et la Côte d’Ivoire pourraient-ils améliorer les chances de réussite de cette stratégie ?

CB : Afin de rendre cette initiative viable à long terme, cela aiderait énormément si les autres pays y participaient également. En outre, il faudrait avoir un soutien le long de la chaîne du cacao afin d’améliorer la transparence et la traçabilité sur le marché. Cela permettrait aussi de bannir les opérations illégales de vente de cacao.  

Propos recueillis par Espoir Olodo


Ecofin Agro     


 
GESTION PUBLIQUE

Angola : la Banque mondiale accorde un financement de 1,32 milliard $ pour des projets de développement

Gambie : 1,8 milliard $ seront consacrés à l’assainissement et à l’accès à l’eau dans les zones rurales et périurbaines

Le Togo met en place un service de suivi des promesses d’investissement engrangées lors de son Forum Togo-UE

Ethiopie: 100 millions $ des Emirats arabes unis pour financer l'innovation et la technologie

 
FINANCE

La filiale sud-africaine du constructeur automobile Ford créera 1200 emplois supplémentaires

Le sud-africain EXEO Capital signalé dans le tour de table de la firme tanzanienne PPHL

UBA va soutenir les activités de la firme Export Trading Group avec un appui financier de 125 millions $

Visite du PDG du Groupe BGFIBank au Sénégal et rencontre avec le Chef de l’Etat, Macky Sall

 
ELECTRICITE

150 millions de la Banque mondiale pour améliorer la fourniture de l’électricité à Bamako

Zimbabwe : Yaowei Technology investira 15 millions $ dans une usine de fabrication de panneaux solaires

L’IRENA s’associe à la RES4Africa pour promouvoir le développement des sources d’énergie propre en Afrique

Afrique : 1 097 MW de nouvelles centrales, dont plus de 50% de solaires ont été installées au 1er trimestre 2019

 
HYDROCARBURES

En 2024, les USA et la Chine deviendront les plus grands exportateurs et importateurs mondiaux de GNL (AIE)

Nigeria : le projet Egina de Total devient le premier à atteindre le niveau zéro gaz torché

Une enquête est ouverte sur le contrat d’assurance de la Sonara, l’unique raffinerie du Cameroun victime d’un incendie

Mauritanie : Expro remporte un contrat pour mettre hors service le champ pétrolier Chinguetti II

 
MINES

RDC : la mine Kibali en bonne voie pour produire 750 000 onces d’or en 2019

Malawi : le suisse Transamine veut acheter la production de plomb et d’argent de Tshimpala

Les présidents de la Guinée et du Liberia visitent le terminal de Dapilon du Consortium SMB-Winning, au port de Boké

Le russe Alrosa signe un accord de coentreprise avec la compagnie nationale de diamants du Zimbabwe

 
TELECOM

La Gambie sollicite l’expertise de l’Egypte pour développer les compétences de sa jeunesse dans les TIC

Rwanda : sous la bannière du programme We Care de GSMA, Airtel et MTN s’unissent pour l’inclusion numérique dans le pays

Ghana : GSMA, Vodafone et le GIFEC collaborent pour apporter la connectivité Internet en zone rurale

Ouganda : la taxe sur les réseaux sociaux n’a généré que 17,4 % de la somme annuelle escomptée en 2018

 
FORMATION

La zone de libre-échange continentale africaine va améliorer la mobilité des étudiants (Rapport)

La BAD signe un accord pour renforcer la formation et la recherche dans les sciences mathématiques et l’innovation

Schlumberger, le leader mondial des services pétroliers envisage d'ouvrir un centre spécialisé de formation en Libye

La Fondation Mondiale contre la Faim propose des bourses aux jeunes Africains dans le domaine de l'alimentation et de l'agroalimentaire

 
COMM

Liberté de la presse : le Tanzanien Maxence Melo Mubyazi récompensé par le Comité pour la protection des journalistes

Tchad : les réseaux sociaux sont de nouveau accessibles

Seychelles : les autorités s’engagent à protéger la liberté de la presse

Sénégal : l’université virtuelle proposera bientôt une formation pour les professionnels africains des médias

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Agro