Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Kenya : les gagnants et les perdants de l'abrogation de la loi limitant les taux d'intérêt applicables sur les prêts bancaires

Kenya : les gagnants et les perdants de l'abrogation de la loi limitant les taux d'intérêt applicables sur les prêts bancaires
  • Date de création: 06 novembre 2019 11:14

(Agence Ecofin) - Le Parlement kényan a sans surprise adopté l'abrogation de la loi qui sur les trois dernières années, limitait les taux d'intérêt appliqués aux crédits bancaires, à seulement 4% au-dessus du taux directeur de la Banque centrale. La nouvelle situation législative pourrait donc avoir des conséquences diverses selon les types d'acteurs et sous-secteurs de la finance.

Les grands vainqueurs de cette bataille sont les banques, notamment les plus grosses comme Equity Group ou encore Kenya Commercial Bank. Avec d'autres institutions financières de même catégorie, ils ont durement combattu la loi abrogée, de sa conception à sa mise en œuvre. Leur argument principal était que, limiter la capacité pour les banques de recevoir un prix équitable pour le risque qu'elles prennent, n'était pas du tout positif.

L'application de cette loi de limitation sur les taux d'intérêt aura donc été marquée par une grosse campagne médiatique contre, et sur le plan bancaire elle s'est traduite par un refroidissement de la croissance des crédits à l'économie. Les investisseurs qui ont effectué des placements sur les actions des banques avaient perdu espoir de voir les revenus augmenter sur un marché bancaire très concurrentiel.

Sur le Nairobi Securities Exchange, les banques figurent désormais en bonne place des entreprises dont les valeurs ont fortement progressé au cours du dernier mois. Une période qui coïncide avec le moment où le président Uhuru Kenyatta a renvoyé la Loi de finances, imposant au Parlement de revoir la loi sur la limitation des taux. Loin d'être un grand ami des banques, les raisons de la volte-face du chef de l'Etat kényan sont d'ordre pragmatique.

Un objectif fiscal derrière le soutien décisif du président Uhuru Kenyata ?

Plusieurs raisons peuvent avoir poussé Uhuru Kenyata à militer pour le changement de loi. La première c'est que le gouvernement kényan est en inconfort avec sa dette aussi bien interne qu'externe, alors qu'il doit faire face à plusieurs attentes sociales ; déjà, après avoir âprement remporté la dernière élection présidentielle qui a laissé le pays divisé. De même, la population kényane a crû de 26% au cours des 10 dernières années, alors que les revenus fiscaux n'ont pas connu le même boom. Avec la limitation des taux d'intérêt, les entreprises, notamment les moyennes, n'avaient plus accès au crédit et donc ne pouvaient plus soutenir leurs activités et payer les impôts. 

Ensuite, les banques qui sont près de 40 au Kenya, sont de grands contributeurs de l'impôt sur le revenu des sociétés. Pour la présidence, si elles peuvent reprendre les activités d'intermédiation financière, elles auront plus de revenus, et donc plus d'impôts seront payés par le secteur qui est très développé au Kenya. Mais cette nouvelle impulsion donnée aux ténors du secteur du crédit risque de peser sur d'autres acteurs.

A la faveur des taux d'intérêt plus bas, des personnes ont contracté des prêts et risquent de se trouver dans une difficulté encore plus grande à rembourser. Les défauts risquent de s'accumuler et les banques devront bien manœuvrer pour s'en sortir. En outre, le repli des banques à prêter notamment à des profils jugés risqués, avait ouvert la voie à un ensemble de petites structures de microfinance et sociétés de paiement qui offraient des services de nano crédit. Ce sous-secteur pourrait être ébranlé.

Enfin, des experts du Fonds monétaire international ont relevé que supprimer la loi sur la limitation des taux n'était pas la panacée et que de nouvelles mesures d'accompagnement s'imposaient. Le directeur Abebe Aemro Selassie en charge de l'Afrique au sein de l’institution, a suggéré que le gouvernement aurait pu pousser le secteur bancaire à plus de compétition. Un exemple suivi au Nigeria, où la Banque centrale a interdit les banques commerciales d'investir sur le marché des titres publics à court terme.

Idriss Linge


Ecofin Finance     



 
GESTION PUBLIQUE

Hydrocarbures : le Cameroun a perdu 374 milliards FCFA de recettes en 2017

Cameroun : le FMI table sur un ralentissement de la croissance à 3,9%, sur fond de défis sécuritaires et d’incendie à la Sonara

Réforme du FCFA : Daniel Ona Ondo, président de la commission de la Cemac, dévoile les perspectives

Maroc : 300 millions $ de la Banque mondiale pour le programme d’appui à l’amélioration de la performance des communes

 
AGRO

Le Ghana a écoulé près de 200 000 tonnes de cacao de la campagne 2020/2021 avec le DRD

Forum africain pour l’investissement : le Ghana décroche un prêt de 600 millions $ pour booster sa production cacaoyère

Ghana : le Cocobod devrait boucler la mobilisation d’un prêt de 600 millions $ cette semaine

Sénégal : la Sonacos bénéficie de 30 milliards Fcfa pour ses achats d’arachide en 2019/2020

 
ELECTRICITE

RDC : l’Angola prête à importer 5 000 MW d’énergie produite par Inga III (11 050 MW)

Renouvelable : la Norvège offre 30 millions $ de garantie annuelle à ses entreprises présentes dans les pays en voie de développement

Nigeria : pas de financement pour le barrage de Mambilla sans règlement du conflit judiciaire, prévient la Chine

Afrique : les investissements privés sont primordiaux pour relever le défi de l’électrification (AIE)

 
HYDROCARBURES

Tunisie : le ministère de l’Industrie assure que le projet gazier Nawara démarrera avant la fin de l’année

Zimbabwe : Invictus Energy lève des fonds pour son projet gazier de Cabora Bassa

Congo : AAOG signe un accord de location de plateforme de forage avec la Société des Forages Pétroliers (SFP)

Egypte : démarrage de la production de gaz naturel sur le projet South Disouq

 
MINES

L’Ecole africaine des Mines du Mali reçoit un don de 656 millions de francs CFA du groupe Enrroxs

Afrique du Sud : le redressement de la mine South Deep rend désormais possible sa mise sur le marché

Tanzanie : la conception de la mine de graphite Mahenge Liandu en cours de finalisation

Burkina Faso : la mine d’or Essakane pourra opérer jusqu’en 2031

 
TELECOM

L’Angola s’enrichit d’un opérateur de réseau mobile virtuel, Angorascom Telecomunicações S.A.

L’Irlande prospecte les marchés TIC sud-africain et kenyan

Les Seychelles : des investisseurs locaux reprennent 100 % de Cable & Wireless Seychelles à Liberty Latin America

Nigeria : Tizeti lance son réseau 4G sans fil dans le pays

 
TRANSPORT

Sécurité aéroportuaire et ferroviaire: le chinois Nuctech Company ambitionne d’exporter son savoir-faire vers le Gabon

Nigeria : le gouvernement fédéral s’engage à accélérer la rénovation de la Transsaharienne qui relie Lagos à Alger sur 4 800 km

L’Ouganda et la RDC vont rénover plus de 1 100 km de routes transfrontalières afin de booster les échanges commerciaux

Le Ghana signe un accord de concession de 2,6 milliards USD pour la construction du système de transport SkyTrain, à Accra

 
FORMATION

Au Mali, une université virtuelle polytechnique ouvre ses portes avec pour ambition de former 10 000 jeunes africains par an

Le programme canadien Global Change propose des formations aux femmes professionnelles du développement dans plusieurs pays d’Afrique

FastTrackTech Africa ouvre les candidatures pour les entrepreneurs numériques d’Afrique de l’Ouest et de l’Est

Les formations en médecine nucléaire du Centre marocain de l'énergie seront ouvertes à toute l’Afrique

 
COMM

Afrique du Sud : la NBA va diffuser en clair ses matchs sur la plateforme du diffuseur eTV

Un jeune nigérian de 12 ans découvre une nouvelle formule mathématique

L’Agence Ecofin lance un nouveau fil destiné aux jeunes entrepreneurs

Sénégal : les participants de la 5e édition du forum « Bloomberg Africa Business Media Innovators » discutent des défis rencontrés par les médias

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance/Gestion Publique