Kenya : les raffineries s’alarment de la chute des prix du sucre, liée aux importations massives

(Agence Ecofin) - Au Kenya, les sucriers tirent la sonnette d’alarme sur les conséquences des importations massives de la denrée sur leur activité, rapporte Business Daily Africa. L’afflux du sucre bon marché a conduit à un surplus sur le marché local et a fait chuter le prix du sac de 50 kg, de 6 200 shillings à 4 500 shillings, durant ces dix derniers jours.

Si cette diminution est une bonne nouvelle pour les consommateurs, elle met les compagnies déjà inefficientes dans leurs processus de production dans la difficulté d’écouler leurs stocks, et risque d’empiéter sur leurs marges bénéficiaires. 

« Si cette tendance se poursuit, le marché s’effondrera et le prix du sucre local baissera drastiquement », alerte Bernard Otieno, directeur général de Sony Sugar.

Du côté de la Chemelil Sugar, on indique que plus de 20 000 sacs de sucre restent stockés dans les entrepôts, en raison de la concurrence des importations. « Nous sommes préoccupés, car nous ne serons plus en mesure de payer nos fournisseurs de canne à sucre si la situation demeure inchangée dans une semaine », affirme Zedekiah Bundotich, président de la compagnie.

Le Kenya possède 14 usines de production de sucre, d’une capacité cumulée de 650 000 tonnes. Le pays devrait produire entre 420 000 et 450 000 tonnes de sucre, cette année, selon les prévisions du directoire du sucre.

Espoir Olodo


Ecofin Agro     


Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Agro