Guinée : les délits de presse resteront dépénalisés (ministre de la Communication)

(Agence Ecofin) - En Guinée, les délits de presse ne seront pas punis par la loi, à la faveur du changement du cadre réglementaire des métiers de la presse. C’est ce qu’a déclaré Amara Somparé (photo), le ministre de l’Information et de la Communication.

Il avait évoqué, il y a quelques jours, la révision des textes devant le parlement. Aussi de nombreux journalistes s’étaient-ils mis à craindre un retour de la pénalisation des délits de presse.

« Je voulais juste insister sur le fait que les libertés fondamentales consacrées par la Constitution ne seront aucunement remises en question. La dépénalisation des délits de presse, qui est un acquis pour la démocratie et la liberté de la presse, ne sera également pas remise en cause. La révision consistera uniquement en des ajustements administratifs et réglementaires pour permettre d’assainir le cadre de fonctionnement de la presse », a expliqué, ce 14 décembre, le ministre.

Le pays souhaite modifier les lois régissant l’activité des médias pour inclure les nouveaux types de médias comme les sites d’information et les web radio.

Servan Ahougnon


Ecofin Comm     


Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Comm