Le Burkina Faso dote ses services intervenant dans la sécurité et la justice, d’un schéma directeur informatique d’un coût d’environ 15 millions $

Le Burkina Faso dote ses services intervenant dans la sécurité et la justice, d’un schéma directeur informatique d’un coût d’environ 15 millions $

(Agence Ecofin) - La présentation officielle du schéma directeur informatique du département de la justice et des droits humains qui s’élève à 9 milliards FCFA (environ 15,5 millions $), a eu lieu le 4 décembre dernier à Ouagadougou.

Le schéma directeur informatique vise à piloter le développement informatique du ministère de la justice, en informatisant le système judiciaire et en interconnectant les services intervenant dans la sécurité et la justice burkinabè.

Cette phase pilote concerne 7 sites du pays à savoir, le commissariat central de police de Ouagadougou, la section de recherche de la gendarmerie, le tribunal de grande instance de Ouagadougou, le tribunal pour enfant, la cour d’appel de Ouagadougou, la maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou, la prison de haute sécurité et le siège du ministère de la justice.

Aussi, ce nouvel outil permettra de moderniser le fonctionnement des services publics de la justice, de sécuriser l’information judiciaire, et de rapprocher les citoyens. Selon le ministre de la justice, René Bagoro (photo), le schéma directeur informatique permettra également « d’éviter beaucoup le contact avec les acteurs judiciaires. Ce qui va éviter le risque de corruption et aussi la célérité dans le traitement des dossiers. Si vous demandez un casier judiciaire, (…) il suffit d’un clic pour que le magistrat sache si vous avez été condamné ou pas. C’est rapide et va réduire les lenteurs judiciaires. Il en est de même pour les dossiers judiciaires. Si les procédures sont informatisées, les gens n’auront plus à aller au palais. Il suffit d’aller sur le site et de savoir les pièces à fournir ».

Poursuivant, il a affirmé que l’efficacité de cet outil n’était plus à démontrer, il le qualifie même de facteur de développement du Burkina Faso.

Flore Kacou


Ecofin Gestion Publique