Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Barrage Kandadji au Niger : 436 millions mobilisés pour la réinstallation des populations

  • Date de création: 03 décembre 2018 21:09

(BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT) - La Banque africaine de développement a accueilli une table ronde des partenaires techniques et financiers, le 30 novembre 2018 à Abidjan, sur le financement du Plan d’action de réinstallation (PAR 2) de la deuxième vague des populations concernées par le programme Kandadji, au Niger. Environ 436 millions de dollars américains, dont 60 millions de la Banque africaine de développement, chef de file des partenaires du programme Kandadji, ont été mobilisés pour la mise en œuvre de PAR 2, pour un besoin de 432 millions de dollars. Ce fort niveau d’engagement des partenaires témoigne de leur détermination commune à accompagner le gouvernement du Niger dans ses efforts à voir ce projet phare aboutir.

Le PAR 2 poursuit la réinstallation des populations qui seront affectées par la construction du barrage et permet d’accélérer le processus. Près de 50 000 personnes situées dans 24 villages seront concernées par cet aménagement. Conçu autour du barrage de Kandadji, situé sur le fleuve Niger, à 180 kilomètres de Niamey, la capitale, et à 60 kilomètres en amont de la frontière du Mali, le programme Kandadji est à la fois stratégique, structurant, multisectoriel, de portée nationale et transfrontalière.

Les populations bénéficieront d’une nette amélioration de leurs conditions de vie grâce à la satisfaction de leurs besoins en électricité, eau, et à l’amélioration de la sécurité alimentaire. Le programme contribuera à l’amélioration de l’accès à l’eau pour le développement agricole, permettant ainsi de mettre en valeur le potentiel des 45 000 hectares de terres irrigables de la Vallée du Niger. Il contribuera également à réduire la variabilité saisonnière grâce à la création d’un réservoir d’une capacité suffisante de 1,443 milliard de mètres cubes, qui répond aux exigences de soutien d’étiage, le déstockage de l’eau pour renforcer le débit du fleuve, de 120 mètres cubes par seconde à Niamey. L’augmentation de la capacité de production nationale d’énergie hydroélectrique, d’une capacité de 130 mégawatts, et d’une production de 629 gigawatts-heure est également prévue, ce qui permettra d’améliorer le taux de couverture des besoins du pays en énergie. Enfin, le programme contribuera au renforcement de l’intégration régionale.

Charles Boamah, vice-président principal de la Banque africaine de développement, a rappelé à quel point ce plan d’action PAR 2 constituait « une étape significative sur le chemin critique de la réalisation du programme », soulignant également qu’en raison « des impacts structurants de Kandadji sur l’économie nigérienne, nous devons joindre nos efforts et faire de ce programme phare une réalité, sans plus attendre ».

« Aujourd’hui, malgré les imperfections inhérentes à toute œuvre humaine d’envergure et en dépit de la complexité de Kandadji, l’enthousiasme des populations, ainsi que la forte détermination des hautes autorités du Niger sont restés fermes. Aucun programme de développement n’aura suscité un intérêt aussi durable et une attente aussi forte de la part de la nation nigérienne », a déclaré pour sa part Aichatou Boulama Kané. Et d’ajouter : « L’élaboration du PAR 2 a fait l’objet de larges consultations publiques durant l’été 2018 : l’occasion de partager les résultats avec les populations, d’être à l’écoute de leurs préoccupations, et de saluer le concours efficace de la société civile pour la réussite de ces consultations ».

Pour Abderahim Bireme Hamid, secrétaire exécutif de l’Autorité du Bassin du Niger, « le programme Kandadji fait partie du Plan d’action de développement durable (PADD) du Bassin du Niger. Or le PADD, et en particulier la construction des barrages de Fomi et de Kandadji, constitue une mesure efficace d’adaptation aux effets du changement climatique, en raison de la mise en place de grands réservoirs d’eau pour l’irrigation en saison sèche et du maintien des débits d’étiage ».

Cette rencontre, qui s’est tenue sous la présidence conjointe de Aichatou Boulama Kané, ministre du Plan du Niger et de Charles Boamah, vice-président principal de la Banque africaine de développement, a réuni près de 60 participants. Parmi eux figuraient, aux côtés du secrétaire exécutif de l’Autorité du Bassin du Niger, les ambassadeurs des pays membres de l’Autorité du Bassin du Niger résidant en Côte d’Ivoire, les représentants des partenaires techniques et financiers impliqués, ainsi que l’Union européenne et la Coordination nationale des usagers des ressources du Bassin du Niger, entre autres.

Douze partenaires financiers et techniques au total soutiennent le programme Kandadji : l’Agence française de développement (AFD), la Banque africaine de développement, la Banque islamique de développement (BID), la Banque d'investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC), la Banque mondiale (BM), la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA), la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), le Fonds d’Abu Dhabi (FAD), le Fonds koweitien pour le développement économique arabe (FKDEA), le Fonds saoudien de développement (FSD), le Fonds de l'OPEP pour le développement international (OFID) ainsi que le gouvernement du Niger.

26556 in Agency trade finance BAD


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Nigeria: relèvement du seuil du capital libéré minimum des compagnies d’assurance et de réassurance

CEMAC : la possible amélioration des réserves de change de la sous-région via un accord FMI/République du Congo serait en péril

La firme égyptienne Yumamia va étendre ses activités de livraison de repas en Arabie saoudite après avoir levé 1,5 million $

Cap Digital et Maroc Numeric Cluster lancent un appel à projet pour les startups africaines en vue du prochain Futur.e.s in Africa

 
AGRO

Le Kenya veut porter sa production caféière à 100 000 tonnes, à moyen terme

Maroc : des droits de douane de 135% frapperont les importations de blé tendre, à partir de juin

Côte d’Ivoire : le CCA annonce une suspension des autorisations d’exportation de noix de cajou

Burkina Faso : le gouvernement octroie 11,3 milliards FCFA pour apurer la dette des producteurs de coton

 
ELECTRICITE

Le Mozambique propose d’exporter de l’électricité vers la Zambie et le Zimbabwe

Sénégal : réception des 46 turbines éoliennes du parc éolien de Taïba Ndiaye

Rwanda : BBOXX obtient 8 millions $ en francs rwandais pour étendre sa part de marché

Maroc : le consortium mené par EDF remporte la construction d’une centrale solaire de 800 MW

 
HYDROCARBURES

Le Nigeria se prépare à rentabiliser le gaz normalement torché par les producteurs  

BW en passe de devenir une entreprise pétrolière E & P

Côte d’Ivoire : le gouvernement attribue quatre blocs d’exploration pétrolière à Total et Eni

La Sierra Leone rouvre son quatrième cycle d’octroi de licences pétrolières

 
MINES

Zimbabwe : B2Gold s’intéresserait au projet d’or Shamva

Kinross : de nouveaux visages pour une nouvelle ère en Mauritanie

Tanzanie : Strandline lève des fonds pour ses projets Fungoni et Tajiri

Le Ghana en quête d’investisseurs pour exploiter ses ressources de bauxite

 
TELECOM

Namibie: MTC entame le processus d’introduction en bourse le 19 juin 2019

Nigeria: le ministre des Communications plaide pour une banque de développement des TIC

Le Soudan du Sud se dote d’une passerelle internationale pour faire chuter les coûts d’appel vers l’étranger

« Plus de murs », c’est le message de Ken Hu, Vice-Président de Huawei, le 23 mai 2019 lors de la Conférence de Potsdam sur la cybersécurité

 
FORMATION

Insead Business School annonce le lancement de sa bourse en MBA pour les étudiants africains

La Harvard Business School Online ouvre un cours grand public sur les technologies financières

Lambda School lance son programme de formation en ligne, accessible gratuitement aux jeunes développeurs de Côte d’Ivoire

La Banque mondiale propose un cours en ligne grand public sur les partenariats public-privé

 
COMM

RDC : l’agence de presse Sputnik signe un accord de partenariat avec le radiodiffuseur national congolais

Zimbabwe : les autorités veulent accorder 24 licences pour des chaînes de télévision

Afrique francophone : Facebook va accompagner 10 000 PME dans leurs stratégies de marketing digital

Les métriques, la technologie et les réseaux sociaux ont changé la façon de travailler des journalistes dans le monde  

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance