La CEEAC sollicite l’appui du Japon pour l’accélération dans la mise en œuvre du PDCT-AC

La CEEAC sollicite l’appui du Japon pour l’accélération dans la mise en œuvre du PDCT-AC

(Agence Ecofin) - Le secrétariat général de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) a pris une part active aux travaux préparatoires de la prochaine réunion ministérielle du 7e Sommet de la TICAD, qui se tenaient du 6 au 7 octobre 2018 à Tokyo.

Au cours de cette rencontre, Marie Thérèse Chantal Mfoula, SGA de la CEEAC, en charge du département de l’intégration physique économique et monétaire, représentant le Secrétaire général, a exposé les grands défis auxquels la sous-région d’Afrique centrale fait face. Notamment ceux liés au renforcement de la connectivité.

Pendant son intervention, elle a indiqué que «la sous- région a fait des infrastructures physiques énergétiques et numériques une priorité au regard des défis et de la nécessité de combler le déficit infrastructurel existant».

Elle a de ce fait présenté le Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA), qui vise à combler les maillons manquants entre les capitales, sur la base du Plan directeur consensuel des transports (PDCT-AC) adopté en 2004, par les chefs d’Etat. Lequel a identifié 33 corridors de liaison inter-Etats et de couloirs et des postes de transit.

Pour la matérialisation de ce projet, Marie Thérèse Chantal Mfoula a plaidé pour que le Japon puisse accompagner l’accélération dans la mise en œuvre du PDCT-AC, afin de fluidifier les échanges commerciaux, de faciliter le transit surtout pour les quatre Etats membres sans littoral, et de capitaliser les acquis actuels

Tout cela, en vue de créer des corridors de développement en tant que concentration d’activités agricoles , industrielles, de tourisme et de commerce le long de ces espaces, de manière à créer des conditions pour amplifier les effets de croissance sur les couches des populations des zones rurales.

Stéphane Billé


Ecofin Gestion Publique