Le Kenya veut lever 500 millions $ grâce à un emprunt obligataire dédié aux infrastructures

Le Kenya veut lever 500 millions $ grâce à un emprunt obligataire dédié aux infrastructures

(Agence Ecofin) - La Banque centrale Kényane a annoncé, vendredi dernier, l’émission d’une obligation pour financer des projets d’infrastructures. Celle-ci permettra de lever 50 milliards de shillings kényans, soit environ 500 millions $.

La nouvelle émission d’obligations, qui démarre ce mois, devrait avoir une maturité de 25 ans. Elle permettra de financer des projets dans le domaine de l’énergie, des transports et de l’eau.

La Banque centrale indique que les investisseurs sont autorisés à investir entre 100 000 shillings (1 000 $) et 20 millions de shillings (200 000 $). Seules les sociétés d'Etat, les agences gouvernementales semi-autonomes et les universités publiques sont autorisées à dépasser la limite de 20 millions de shillings. Les intérêts de l’obligation devraient être payés tous les six mois sur la base d’un taux fixé à 12,2% jusqu’en 2044, année de la maturité de la dette.

Le Kenya a été très actif sur le marché de la dette, ces dernières années, pour financer ses projets d’investissement, notamment ceux inscrits dans le « Big 4 agenda » du gouvernement. Ce dernier vise à stimuler la croissance de l’économie en accélérant les investissements dans quatre grands domaines, à savoir : l’agriculture, l’industrie manufacturière, la santé et la construction de logements.

En 2017, la dette du pays avait atteint 57,1% du PIB, contre 44% à fin 2013. Cela a soulevé les inquiétudes de plusieurs bailleurs de fonds, alors que certaines de ces dettes ont commencé à atteindre leur maturité.

Le mois dernier, le gouvernement avait annoncé qu’il contracterait un prêt syndiqué de 1 milliard $ pour refinancer un prêt arrivant à échéance en juin prochain.

Moutiou Adjibi Nourou


Ecofin Gestion Publique