Tanzanie : comment le Président Magufuli a mis hors-jeu la compagnie Acacia Mining en 12 épisodes

Tanzanie : comment le Président Magufuli a mis hors-jeu la compagnie Acacia Mining  en 12 épisodes

(Ecofin Hebdo) - Depuis son arrivée à la tête de la Tanzanie, le président John Magufuli a lancé plusieurs mesures et réformes pour accroître la rentablité des ressources minières du pays. De toutes ses décisions, deux marqueront à jamais le secteur minier africain...

 

En mars 2017, John Magufuli décide d’imposer un embargo sur les exportations de minerais bruts d’or, de cuivre, de nickel et d’argent afin de forcer les compagnies étrangères effectuer le traitement sur le sol. Malgré les négociations initiées par les compagnies pour une levée de l’interdiction, le président Magufuli ne se rétracte pas. Quelques semaines plus tard, il lance des audits qui révèleront plusieurs cas d’évasion fiscale et de fraude qui ont fait perdre des milliards de dollars à la Tanzanie sur les 20 dernières années.
Décidé à permettre à son pays de mieux profiter des richesses de son sous-sol, celui qu’on surnomme le «Bulldozer» n’hésite pas à se mettre à dos les grandes compagnies actives dans le secteur. Preuve ou symbole de cette ténacité et de cette détermination, le gouvernement entretient depuis de 2 ans avec Acacia Mining des relations conflictuelles qui ne cessent de se dégrader. Plus grande compagnie aurifère opérant sur le sol tanzanien, l’entreprise est également une filiale du groupe Barrick, l’un des leaders mondiaux de l’or. Le bras de fer fera une victime...

 

6 mars 2017 

Le gouvernement interdit l’exportation des minerais bruts

L’Etat tanzanien décide d’interdire les exportations de minerais non traités d’or, de cuivre, de nickel et d’argent. L’objectif annoncé est de développer le secteur de la minéralurgie, créer de nouveaux emplois locaux et augmenter les revenus miniers. «Les compagnies et personnes qui exportaient les minerais en vue du traitement, de la fonte ou du raffinage à l’étranger doivent arrêter immédiatement et commencer à faire ce travail dans le pays. Le gouvernement apportera l’appui nécessaire aux opérateurs impliqués dans le traitement des minerais à l'intérieur du pays, en particulier dans la fonte et le raffinage», déclare le ministère de l’Energie et des Mines.

 

21 avril 2017 

L’embargo coûte 33 millions $ à Acacia au premier trimestre

Dans son rapport trimestriel, Acacia annonce qu’elle a perdu 33 millions $ suite à l’embargo sur les exportations de minerais bruts. En plus de son flux de trésorerie, l’interdiction a également impacté les ventes d’or et le coût global des opérations de la société. La compagnie indique qu’elle a continué normalement ses opérations minières. Elle a ainsi produit au total 219 670 onces entre janvier et mars (hausse de 15%) sur ses mines dans le pays.

 

26 mai 2017

Barrick craint une baisse 6% de sa production suite à l’embargo en Tanzanie

Barrick, la compagnie mère d’Acacia et un des leaders mondiaux de l’or, indique que l’embargo pourrait affecter de 6% sa production annuelle. En effet, dans ses objectifs de production de 2017, le major aurifère espérait tirer entre 545 000 oz et 575 000 oz d’or des opérations d’Acacia Mining en Tanzanie, soit 10% de ses prévisions globales (5,6 à 5,9 millions d’onces).

1AccaciaMine2

Acacia annonce qu’elle a perdu 33 millions $ suite à l’embargo sur les exportations de minerais bruts

 

Avec l’embargo en Tanzanie, lesdites opérations (Bulyanhulu, Buzwagi et North Mara) devraient produire moins que prévu au terme de l’année, ce qui réduirait la part attribuable à Barrick. Le géant minier affirme qu’il soutient pleinement les efforts d’Acacia pour résoudre le problème avec le gouvernement tanzanien. Il précise qu’en cas de besoin, il réajustera ses prévisions si Acacia apporte une quelconque modification aux siennes.

 

13 juin 2017 

L’Etat accuse Acacia de sous-déclarer ses revenus

Les relations entre le gouvernement tanzanien et Acacia Mining ne s’améliorent pas. Après un nouvel audit commandé par l’Etat, la compagnie britannique est accusée d’opération illégale, de revenus et d’exportations non déclarés ainsi que non-paiements d’impôts sur les 19 dernières années. «Le comité a établi qu’Acacia Mining a mené ses opérations minières ici en Tanzanie contrairement à ce que prévoit la loi.», a indiqué Nehemiah Osoro, président du comité. Selon le comité, la compagnie devrait des dizaines de milliards à la Tanzanie. En réponse aux accusations, Acacia estime que la valeur de ses concentrés a été « surestimée » et qu’il est impossible de «concilier des résultats basés sur des données de plus de 20 ans».

 

3 juillet 2017

Acacia Mining rapporte avoir payé 184 millions $ de taxes dans les pays où elle opère en 2016

Acacia Mining publie un rapport dans lequel elle indique avoir payé en 2016, 184 millions $ en termes de taxes et redevances dans les pays où elle opère. «En tant que hôte de nos trois mines en exploitation, la Tanzanie reçoit la majeure partie des frais que nous payons aux gouvernements et nous investissons environ 80% de nos revenus dans le pays.», déclare le directeur financier, Andrew Wray. Les autres pays hôtes de la compagnie sont le Kenya, le Burkina Faso et le Mali.

 

25 juillet 2017 

Les autorités tanzaniennes envoient une facture fiscale de 190 milliards $ ( !!) à Acacia

La Tanzania Revenue Authorithy (TRA) envoie une facture fiscale de 190 milliards $ à Acacia Mining. La somme comprendrait des impôts impayés, pénalités et intérêts dus par ses filiales Bulyanhulu Gold Mine (BGML) et Pangea Minerals (PML), propriétaires et exploitants respectifs des mines Bulyanhulu et Buzwagi.

2facture salée

Une facture fiscale de 190 milliards $ !

 

Sur la période allant de 2000 à 2017, les dettes de BGML envers l’Etat tanzanien sont évaluées à 154 milliards $ alors que celles de PML totalisent 36 milliards. Acacia a déclaré qu’elle est en règle en ce que concerne la déclaration de recettes d’exportation. La compagnie annonce son intention de soumettre l’affaire à un arbitrage international.

 

15 janvier 2018 

Acacia Mining rapporte une baisse de sa production, de ses ventes et des pertes de 707 millions $ en 2017

Acacia Mining indique qu’elle a produit en 2017, 767 883 onces d’or, soit une baisse de 7% par rapport à 2016. La compagnie attribue cette mauvaise performance à la baisse du rendement de son projet Bulyanhulu où les opérations ont été réduites à cause de l’embargo du gouvernement.

3Peter Geleta

Peter Geleta, CEO par intérim d'Acacia : «Notre objectif reste de fournir une performance optimale...»

 

«Notre objectif reste de fournir une performance optimale dans l'environnement opérationnel actuel et de générer de la valeur pour l'ensemble de nos actionnaires. Nous continuons également de soutenir les efforts visant à résoudre par négociation les différends  avec le gouvernement tanzanien.», a commenté Peter Geleta, CEO par intérim d'Acacia, qui précise que les ventes ont également, comme attendu, baissé.  La compagnie indique qu’elle a enregistré une perte nette de 707 millions $, incluant une dépréciation après impôts de 644 millions $.

 

19 février 2018 

Acacia Mining discute avec des Chinois pour céder une partie de ses opérations en Tanzanie

Acacia Mining déclare qu’elle envisage de céder tout ou partie de ses opérations aurifères en Tanzanie. Elle discute avec un certain nombre d’investisseurs potentiels chinois, mais les négociations sont encore à un stade très précoce et elle ne peut certifier si un accord sera conclu.

 

17 septembre 2018 

Le président de Barrick confirme la quête de partenaires chinois sur les mines tanzaniennes «en difficulté»

Barrick rechercherait des partenaires chinois pour l’aider à développer ses opérations «en difficulté», en Tanzanie. Dans un entretien accordé au journal The Globe and Mail, le président de la compagnie John Thornton a indiqué qu’il y a «presque 100%» de chances que des partenaires chinois participent aux projets tanzaniens, ralentis par le différend entre Acacia Mining et le gouvernement.

4AccaciaMine

Acacia cherche une porte de sortie du côté de la Chine.

 

Les mines d’Acacia n’ont jamais payé d’impôt sur le revenu au gouvernement tanzanien, qui «veut un nouvel accord», a indiqué M. Thornton. D’après lui, les sociétés chinoises peuvent apporter des «capitaux, une expertise technique et surtout des relations politiques en Afrique et en Amérique latine» que les mineurs nord-américains ne peuvent égaler.

 

21 mai 2019 

Acacia Mining condamnée à payer une amende de 2,4 millions $ pour pollution à sa mine North Mara

Acacia Mining n’est pas au bout de ses peines en Tanzanie. Les autorités du pays l’ont condamné à payer une amende de 5,6 milliards de shillings tanzaniens (2,4 millions $) pour pollution présumée à sa mine d’or de North Mara.  « La mine d'or North Mara dispose de deux semaines pour payer l'amende et de trois semaines pour régler le problème dans son installation de stockage des résidus miniers. Si elle ne se conforme pas à l'ordre, des mesures plus sévères seront prises contre elle », a déclaré, Doto Biteko, le ministre des Mines du pays.

22 mai 2019 

Barrick propose de prendre le contrôle total d’Acacia Mining

Pour régler les différends entre Acacia Mining et le gouvernement tanzanien, Barrick propose de racheter les actions qu’il ne détient pas encore dans sa filiale. La deuxième plus grande société d’or au monde offre aux actionnaires minoritaires d’Acacia Mining 0,153 action de son capital-actions, en échange de chacune de leurs actions dans la société. L’offre de rachat est évaluée à 285 millions de dollars, ce qui élève la valeur de l’entreprise à 787 millions $. Barrick indique que l’Etat tanzanien refuse de conclure directement un accord avec Acacia, qu’il a accusé d’avoir sous-déclaré ses revenus durant plusieurs années.

 

29 mai 2019 

Le gouvernement tanzanien met «officiellement» Acacia Mining à la touche

Quelques jours après l’offre de rachat de Barrick, le gouvernement tanzanien décide de ne plus  permettre à Acacia Mining de gérer ses mines d’or dans le pays. « Nous ne travaillerons plus avec Acacia. En aucun cas, Acacia ne peut prendre part aux accords, ni jouer un rôle dans l'exploitation ou la gestion des filiales minières de Barrick en Tanzanie. La balle est maintenant dans le camp de Barrick.», a déclaré Hassan Abbasi, un porte-parole du gouvernement.

5Thornton Magufuli

John Magufuli satisfait de sa rencontre avec John Thornton, président de Barrick

 

Selon lui, les négociations avec Barrick sont guidées par l’accord initial conclu en 2017. «Barrick et Acacia doivent régler leurs différends afin que nous puissions aller de l'avant et résoudre le différend», a-t-il déclaré. Cette sortie officielle intervient alors qu’en réaction à l’offre de Barrick, Acacia a conseillé à ses actionnaires minoritaires de ne prendre aucune mesure jusqu’à ce qu’elle obtienne plus d’informations sur la position du gouvernement...

 

A suivre…

Ndeye Khady Gueye

 

Les secteurs de l'Agence

● GESTION PUBLIQUE

● Finance

● Agro

● ELECTRICITE

● Mines

● Hydrocarbures

● TIC & Télécom

● Comm

Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Hebdo