Félix Tshisekedi, 5e président de la RDC : au nom du Père, du fils et de Joseph Kabila

Félix Tshisekedi, 5e président de la RDC : au nom du Père, du fils et de Joseph Kabila

(Ecofin Hebdo) - La République démocratique du Congo vient d’écrire une nouvelle page de son histoire. Ce 24 janvier, Joseph Kabila a passé le pouvoir à Felix Tshisekedi. L’opposant devient donc le 5ème président de la RDC, et le premier à prendre les rênes du pays, au terme d’une transition démocratique. Mais ce dénouement n’a pas toujours été évident en raison de l’actualité mouvementée du pays ces dernières semaines. C’est l’histoire d’un homme qui aura grandi à l’ombre d’un père omniprésent dont il aura finalement réalisé le rêve.

Si Felix Tshisekedi, en véritable colosse, domine beaucoup de gens d’une tête, il restera néanmoins pour beaucoup moins grand que son géniteur. Il faut reconnaître qu’il est très difficile d’être l’égal d’Etienne Tshisekedi, opposant éternel du maréchal Mobutu, et des Kabila, père puis fils. Mais là où le « Sphinx de Limete », charismatique meneur d’hommes, pouvait pécher par obstination et par fierté, son fils, lui aura accompli son rêve tout en douceur, en compromis et en modération. Il faut néanmoins dire que ce quinquagénaire, bon vivant et affable, aura eu l’avantage d’avoir appris la vie à la dure, dans le sillage d’un père qui aura payé ses choix au prix fort.

Mais là où le « Sphinx de Limete », charismatique meneur d’hommes, pouvait pécher par obstination et par fierté, son fils, lui, aura accompli son rêve tout en douceur, en compromis et en modération.

C’est 1965 que naît, Felix-Antoine Tshisekedi, troisième enfant d’Etienne Tshisekedi. Son père, ancien ministre de Mobutu, s’est retourné contre ce dernier et s’est mué en opposant numéro un du régime. Cette métamorphose lui vaudra le passage par la case prison, le maintien en résidence surveillé et l’exil, dans son petit village au fin fond du Kasaï. Son fils, le suivra dans ce dernier périple en 1982 avant de s’envoler avec lui vers la Belgique 3 ans plus tard.

 1Tshisekedi pere fils

Père et fils.

 

Celui qui a passé son enfance, son adolescence et sa vie d’adulte dans les arcanes de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), en gravit progressivement les échelons. Il est d’abord, secrétaire national du parti en 2008, avant d’être élu député national à Mbuji-Mayi en 2011. Mais il refuse de siéger au parlement alors que son père dénonce la fraude lors de la présidentielle qui l’a opposé à Joseph Kabila et se proclame “président élu”. Cadre du parti, il est partie prenante des négociations préparatoires à un « grand dialogue national », avec les envoyés de Joseph Kabila en 2015. Mais les résultats de ces entrevues ne sont pas concluantes et il dira lui-même plus tard, suite à la tenue de ce dialogue sous l’égide de l’église catholique: «On s’est fait rouler ». En effet Kabila obtient le report des élections présidentielles à fin 2017.

2tshisekedi felix tshirt

«On s’est fait rouler »

 

Après le décès de son père, à Bruxelles en février 2017, Felix Tshisekedi devient, au mois de mars suivant, président du rassemblement des Forces acquises au changement, une plateforme créée par l’opposition pour préparer les élections. Un an plus tard, après de nombreuses luttes intestines pour la succession de son père à la tête du parti, il est élu à la présidence de l'UDPS et désigné pour représenter le parti à l'élection présidentielle.

Pour l’UDPS de Tshisekedi, le destin vers la présidence prendra la forme d’un coup de poignard dans le dos de ses partenaires.

Pour l’UDPS de Tshisekedi, le destin vers la présidence prendra la forme d’un coup de poignard dans le dos de ses partenaires. 

Alors que tous les candidats de l’opposition se retrouvent au sein d’une plateforme commune pour triompher du dauphin du président Kabila, Emmanuel Shadary Ramazani, Felix Tshisekedi et son allié Vital Kamerhe, quittent la coalition. Motif officiel: l’insatisfaction de leurs bases quant au choix du candidat unique de la coalition, un certain Martin Fayulu, ancien du groupe pétrolier ExxonMobil, soutenu par les ténors Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba, eux-mêmes exclus de la course à la magistrature suprême.

Félix Tshisekedi dem

La victoire de « Fatshi ».

 

Pour la plupart des observateurs, le match présidentiel se jouait entre Fayulu, et Ramazani. Lorsque la (CENI) le donne vainqueur, la victoire de « Fatshi » comme on le surnomme à Kinshasa, est un coup de tonnerre. A l’annonce des résultats, beaucoup évoqueront l’existence d’un accord secret entre le fils du “sphinx de Limété" et celui de Laurent-Désiré Kabila.

Face à l’issue inattendue de l’élection, l’église catholique qui a déployé des observateurs sur le terrain crie à la fraude. La communauté internationale lui emboîte le pas. Une décision que Felix Tshisekedi vivra mal. « Je pensais avoir des amis, en Europe » confiera-t-il plus tard. Mais, dans ces temps difficile, il peut compter sur un allié de poids. En effet, c’est un Joseph Kabila, désireux de partir du pouvoir, pour peut-être mieux revenir, qui pèse de tout son poids pour faire valider la décision de la CENI. Ironique, quand on sait que Felix Tshisekedi, il y a moins de deux ans, menaçait ce même Joseph Kabila d’une comité « vérité et réconciliation » qui lui demanderait des comptes.

Mais, dans ces temps difficile, il peut compter sur un allié de poids. En effet, c’est un Joseph Kabila, désireux de partir du pouvoir, pour peut-être mieux revenir, qui pèse de tout son poids pour faire valider la décision de la CENI.

Pour la paire, commence une lutte de tous les instants. L’église catholique crie-t-elle à la fraude et indique-t-elle que les résultats prononcés par la CENI ne sont pas conformes à ceux collectés par ses 40 000 observateurs sur le terrain? Les deux alliés n’en auront cure. L’Union européenne évoque-t-elle des doutes sérieux quant aux résultats? autant prêcher l’évangile à un sourd. Quant à la requête de l’Union africaine de suspendre la proclamation des résultats définitifs par la Cour constitutionnelle, le temps qu’une mission se rende à Kinshasa? L’institution passe outre et proclame Felix Tshisekedi vainqueur, estimant que les requêtes du candidat Fayulu sont non-fondées.

Félix Tshisekedi malaise

Un malaise lors de la cérémonie d’investiture.

Face au fait accompli, les différentes chancelleries préfèrent se résoudre à accepter ce résultat comme un compromis. Espèrent-elles le reprendre en main plus tard et le sortir de l’orbite Kabila? De toutes les façons, ne se dit-il pas que Felix est « achetable » et « n’a pas de vision politique »? Lors du déroulement de la cérémonie d’investiture, le président nouvellement élu fait un malaise. Signe prémonitoire de la souffrance inhérente au fardeau que constitue le pilotage d’un pays comme la RDC?

Lors du déroulement de la cérémonie d’investiture, le président nouvellement élu fait un malaise. Signe prémonitoire de la souffrance inhérente au fardeau que constitue le pilotage d’un pays comme la RDC?

Quoiqu’il en soit, son prédécesseur l’a assuré de son soutien et de sa présence à ses côtés, chaque fois qu’elle sera nécéssaire. Qu’il se le tienne donc pour dit, Joseph Kabila ne sera jamais très loin de lui, pour le meilleur, comme pour le pire.

Aaron Akinocho et Servan Ahougnon

 

Les secteurs de l'Agence

● GESTION PUBLIQUE

● Finance

● Agro

● ELECTRICITE

● Mines

● Hydrocarbures

● TIC & Télécom

● Comm

● Droits

Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Hebdo