Lisa Lovatt Smith : de la jet set américaine aux villages ghanéens, l’itinéraire d’une pasionaria

Lisa Lovatt Smith : de la jet set américaine aux villages ghanéens, l’itinéraire d’une pasionaria

(Ecofin Hebdo) - Par amour pour sa fille, Lisa Lovatt Smith, jeune journaliste prometteuse, rédactrice en chef du célèbre magazine Vogue, va se rendre au Ghana. Par amour pour les enfants de ce pays, l’anglaise va abandonner les paillettes de la jetset américaine. Cela fait maintenant 16 ans que Lisa Lovatt Smith est ghanéenne.

A la voir marcher dans les rues d’Accra, tenant un enfant ghanéen dans ses bras, on a du mal à imaginer que la vie de cette grande blonde va faire l’objet d’un film où elle sera interprétée par Angelina Jolie. Il faut dire que Lisa Lovatt Smith ne fait pas simplement illusion. Ses tenues en tissu local, son mode de vie et son cœur sont ghanéens.

1Lisa Lovatt Smith portrait

On a du mal à imaginer que la vie de cette grande blonde va faire l’objet d’un film où elle sera interprétée par Angelina Jolie

 

Depuis son arrivée dans le pays en 2002, l’anglaise a fait construire un dispensaire et des écoles. Elle se bat au quotidien pour aider des enfants qui se trouvent dans une situation qu’elle a vécu, il y a plusieurs années.

 

Mère d’une multitude

« Mon infertilité a été diagnostiquée quand j’avais 21 ans », révèle Lisa Lovatt Smith. A cette époque, la jeune fille n’imagine surement pas qu’elle sera un jour la mère d’une multitude d’enfants.

Il faut dire que Lisa Lovatt Smith ne fait pas simplement illusion. Ses tenues en tissu local, son mode de vie et son cœur sont ghanéens.

D’ailleurs, à cette époque, elle n’y pense pas, trop occupée à travailler et à s’occuper de sa carrière. Il faut dire que le travail a toujours eu une importance capitale dans la vie de Lisa Lovatt Smith. « Durant mes études, j’étais boursière, j'étais donc obligée de bien travailler à l'école », confie l’anglaise. Elle sait, en effet, que c’est le seul moyen d’aider sa mère, qui se bat pour subvenir à ses besoins. En effet, le père de la jeune fille née en 1967 à Barcelone, un aristocrate anglais, a abandonné sa famille alors qu’elle n’avait que 3 ans. Sa mère doit alors la confier à un couple d’amis pendants plus de 12 mois, le temps de trouver un travail et d’être assez stable financièrement pour prendre soin de sa fille. Cette dernière restera marquée par cette expérience d’où elle tire la combativité qui lui fera gravir à une vitesse inimaginable les échelons de la vie. Excellente à l’école, la jeune fille est passionnée d’écriture et de journalisme. A 17 ans, elle remporte un concours organisé par le célèbre magazine de mode Vogue. Elle gagne un an de stage à Londres. Elle y côtoie la célèbre Anna Wintour qui en fait sa protégée, impressionnée par le talent de la jeune fille. A 19 ans, elle devient rédactrice pour la version londonienne du magazine, avant d’être nommée rédactrice en chef de Vogue Espagne. La jeune fille a le vent en poupe. Elle se lie d’amitié à Karl Lagerfeld et à de nombreux autres noms de la mode. Tout semble parfait jusqu’à ce qu’elle découvre qu’elle est stérile.

La jeune fille a le vent en poupe. Elle se lie d’amitié à Karl Lagerfeld et à de nombreux autres noms de la mode. Tout semble parfait jusqu’à ce qu’elle découvre qu’elle est stérile.

Alors qu’elle est installée à Paris, capitale de la mode, pour son travail, elle recueille pour quelques temps des enfants de la direction départementale des affaires sanitaires et sociales (DDASS). C’est ainsi qu’elle rencontre Sabrina, une petite marocaine de 5 ans. Alors qu’elle a seulement 23 ans, Lisa Lovatt Smith décide que c’est le bon moment pour adopter, tant le lien avec Sabrina est fort. La rédactrice en chef de Vogue Espagne ne le sait pas encore, mais la petite marocaine n’est que son premier enfant adoptif.

 

Le Ghana et la vie après Vogue

Quelques années plus tard, Sabrina devient une adolescente un peu compliquée, en pleine rébellion. Sa mère décide alors qu’un voyage humanitaire au Ghana lui « donnera une leçon de vie ». « J'ai été renvoyée de mon collège et ma mère a pensé qu'un séjour humanitaire me ferait le plus grand bien. Je voulais qu'elle vienne avec moi. J'ai trouvé une proposition pour trois mois dans un orphelinat à Gomoa au Ghana et elle m'a suivie », confie Sabrina.

2Lisa Lovatt Smith kids

Lisa Lovatt Smith décide alors de revenir habiter au Ghana et de se battre pour ces enfants.

 

Sur place, elles sont finalement envoyées à l'orphelinat du petit village d'Awitiase. Elle découvre le dur quotidien des pensionnaires des orphelinats ghanéens, où la plupart des enfants sont battus, travaillent et vivent dans des conditions déplorables. Lisa Lovatt Smith décide alors de revenir habiter au Ghana et de se battre pour ces enfants. Un évènement particulier fondera sa décision. « C'est l'abandon du petit Kosy, sous mes yeux. Cela a été très frappant, déchirant. Une voiture est arrivée à vive allure. Ses passagers ont poussé un petit garçon dehors, lui ont lancé ses sacs, puis ont redémarré, laissant le bambin, démuni, au bord de la route, devant l'orphelinat », se souvient l’anglaise.

« Une voiture est arrivée à vive allure. Ses passagers ont poussé un petit garçon dehors, lui ont lancé ses sacs, puis ont redémarré, laissant le bambin, démuni, au bord de la route, devant l'orphelinat », se souvient l’anglaise.

Elle décide alors, de retour en Europe, de vendre ses biens pour revenir apporter de l’aide, dans un premier temps, aux orphelinats. Très vite, elle se rend compte de son erreur. « J'ai été naïve », reconnait Lisa Lovatt Smith. Comme elle l’explique, la plupart des orphelinats du pays étaient impliqués dans des trafics d’organes et de la prostitution. En plus, « les enfants, loin d’être tous orphelins, avaient souvent une famille, une mère ou une tante, mais trop pauvres pour les élever, et qui croyaient leur offrir un avenir meilleur en les conduisant à l’orphelinat ». Cela arrangeait bien ces établissements qui pouvaient réclamer des dons, grâce à l’importance de leurs effectifs, avant que les fonds ne soient détournés. Lisa Lovatt Smith fonde alors OrphanAid Africa, une organisation qui a pour but de trouver des familles d’accueil aux enfants ou d’accompagner leurs familles d’origines financièrement. « Élever les enfants en dehors de leur communauté, ce n’est pas une bonne chose. Ils doivent grandir en apprenant leurs langues et les coutumes de leurs tribus », nous explique l’ancienne rédactrice en chef de Vogue Espagne.

« Élever les enfants en dehors de leur communauté, ce n’est pas une bonne chose. Ils doivent grandir en apprenant leurs langues et les coutumes de leurs tribus », nous explique l’ancienne rédactrice en chef de Vogue Espagne.

Ainsi, en collaboration avec les assistantes sociales du pays, Lisa Lovatt Smith retrouve les oncles et tantes des enfants ayant perdu leurs familles et leur propose une aide financière pour leurs éducation.

3lisa lovatt smith keeping

« Élever les enfants en dehors de leur communauté, ce n’est pas une bonne chose.»

 

Pour y parvenir, elle demande de l’aide à ses connaissances de la jetset américaine. Certains acceptent de l’accompagner, d’autres non. Dans le même temps, la native de Barcelone aide le gouvernement à détecter les orphelinats qui ne remplissent pas les conditions pour assurer l’éducation et l’épanouissement des enfants. Jusque-là, elle a réussi à faire fermer 89 établissements sur les 150 que comptait le pays, un accomplissement qui ne lui a pas valu que des amis.

 

Un combat qui ne fait pas que des heureux

Aujourd’hui, l’action de Lisa Lovatt Smith est saluée partout dans le monde. Elle a aidé plus de 5000 enfants à travers les différents programmes d’OrphanAid Africa. Pourtant, tout aurait pu s’arrêter en 2008. Alors que la fondatrice de l’association reçoit des menaces depuis plusieurs mois, à cause des orphelinats fermés, son mari ghanéen de l’époque et elle sont enlevés. Ils seront finalement libérés par leurs ravisseurs. Découragée par cette prise d’otages, elle retourne en Espagne superviser le projet, avant de finir par revenir au Ghana en 2010.

Alors que la fondatrice de l’association reçoit des menaces depuis plusieurs mois, à cause des orphelinats fermés, son mari ghanéen de l’époque et elle sont enlevés. Ils seront finalement libérés par leurs ravisseurs.

En 2012, l’entreprise française Clarins lui décerne le prix de la Femme dynamisante. Quelques mois plus tard, la maison de Lisa Lovatt Smith sera incendiée, toujours dans le but de la faire quitter le Ghana. L’anglaise restera et participera à l’adoption d’une loi sur la prise en charge des enfants ghanéens les plus vulnérables. Aujourd’hui, elle travaille pour étendre l’action d’OrphanAid Africa à d’autres pays du continent africain.

 4Lisa Lovatt Smith Clarins

Clarins lui décerne le prix de la Femme dynamisante.

 

Sa plus grande réussite, nous confie-t-elle, est d’avoir provoqué un changement de mentalité au Ghana, où on ne recourt plus systématiquement aux orphelinats, qui n’interviennent plus que lorsqu’on n’a pas encore pu trouver une famille d’accueil. Désormais, Lisa Lovatt Smith se considère comme une activiste des droits de l’enfant. Elle ne regrette pas le choix de 2002.

Servan Ahougnon

servan ahougnon

 

Les secteurs de l'Agence

● GESTION PUBLIQUE

● Finance

● Agro

● ELECTRICITE

● Mines

● Hydrocarbures

● TIC & Télécom

● Comm

● Droits

Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Hebdo