Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Financement des projets publics de la CEMAC à travers la BDEAC : l’arbitrage des chefs d’Etat requis lors du sommet extraordinaire de Yaoundé

Financement des projets publics de la CEMAC à travers la BDEAC : l’arbitrage des chefs d’Etat requis lors du sommet extraordinaire de Yaoundé
  • Date de création: 22 novembre 2019 12:50

(Agence Ecofin) - La BDEAC dont la mission est le financement du développement de la sous-région, fait face à un gros problème de refinancement de ses emprunts par la Banque centrale (BEAC). Entre contraintes règlementaires, structurelles et humaines, les chefs d’Etat de la CEMAC qui avaient instruit une refonte de la BDEAC accompagnée par la BEAC, devront fixer un nouveau cap.

Le dossier était à l’ordre du jour de la réunion extraordinaire des ministres des Finances de la sous-région, le 19 novembre dernier, lors d'une rencontre à huis clos, en amont des échanges qui seront menés par les présidents de la République. Dans la presse camerounaise, il est simplement indiqué que « le financement des infrastructures communautaires a préoccupé » sans plus de détails.

Mais derrière ces termes simples, les arbitrages à faire sont complexes. « Il est clair que la situation préoccupe et on se demande s’il n’y a pas derrière ce problème structurel, un problème finalement de personne », a confié à l’Agence Ecofin, un haut responsable de la CEMAC. La BEAC estime en effet, qu’il est devenu risqué pour elle de continuer de soutenir sans contrôle la BDEAC. Elle évoque pour cela, plusieurs raisons légitimes.

Des contraintes majeures au soutien de la BDEAC par la BEAC

La première est d’ordre juridique. Selon des sources contactées au sein de l’institution d’émission et de contrôle de la monnaie, en sa qualité de premier actionnaire de la BDEAC avec 33,8% des parts, elle devrait ouvrir un compte courant associé d’un montant de 240 milliards FCFA. Cela a été fait, mais il reste un reliquat de 120 milliards FCFA qui est exigé par la banque de développement. Son président a donc sollicité la BEAC pour récupérer ce reste à approvisionner.

Mais le conseil d’administration de la BEAC s’est retrouvé contraint de refuser de faire ce décaissement dans une note prise en juillet 2019. L’argument évoqué est que cet engagement doit se faire selon les textes, dans la mesure des fonds propres disponibles. Or justement, les fonds propres de la Banque centrale ont fortement diminué, soit de 58% sur la seule année 2018.

Une des raisons de cette situation, c’est que dans le cadre du changement de méthode de calcul des créances sur les Etats, elle a dû comptabiliser comme perte, un montant de 220 milliards FCFA. Dans le même temps, les résultats annuels de l’exercice 2018 révèlent que le portefeuille d’investissement de la Banque centrale est soit arrivé à échéance, soit cédé sur le marché. Dans les deux cas, les fonds propres de la BEAC ne peuvent plus bénéficier des plus-values associées à ces investissements.

A fin septembre 2019, les fonds propres de l’institution étaient de seulement 140 milliards FCFA. Difficile dans ce contexte, de soutenir sans réserve la BDEAC à hauteur des montants souhaités, surtout que la BEAC a d’autres engagements qui nécessitent la somme de 80 milliards FCFA au moins, dont l’impression de la nouvelle gamme de billets sécurisés pour la sous-région.

La deuxième contrainte provient du programme de stabilisation mis en œuvre avec le Fonds monétaire international, sur l’aval des chefs d’Etat. L’institution de surveillance multilatérale dans son dernier rapport sur la CEMAC, a estimé que l’exposition de la BEAC sur la BDEAC était excessive, alors qu’il n’appartient pas à une banque centrale de soutenir une institution de financement du développement.

Elle a donc suggéré dans ses recommandations que la BEAC se désengage de la BDEAC plutôt que d’accroître son exposition. En plus de cela, l’institution de Bretton Woods estime que tout refinancement accordé à la BEAC au profit de la BDEAC sur des projets publics, constituerait des avances monétaires aux Etats. Une chose qui est pourtant interdite désormais à la Banque centrale.

Une solution de compromis, mais qui comporte des défis

Malgré les contraintes constatées plus haut, la Banque centrale a trouvé un compromis, lui permettant surtout d’être en conformité avec les exigences de son partenaire ; le FMI. « Les chefs d’Etat ont instruit la BEAC d’accompagner la transformation structurelle de la BDEAC. Cette instruction a été acceptée donc la Banque centrale devait s’exécuter », nous explique une source proche du dossier.

Il a été ainsi retenu que la banque de développement communautaire puisse se refinancer sur la marge de 150 milliards disponibles dans le cadre de son intervention sur le marché monétaire. Mais le recours à ce mécanisme comporte des aspects qui peuvent ne pas satisfaire le fonctionnement actuel de la BDEAC. Il implique par exemple que la Banque centrale ait un regard sur la gestion de la BDEAC, une situation qui n’est pas tolérée. A la BEAC, on explique qu’il y a un besoin d’avoir de la visibilité sur les projets de la BDEAC.

L’argument majeur est que dès 2019, la comptabilisation des provisions se fera sous la norme IFRS9, qui est plus stricte et rigoureuse en matière de constatation des pertes. Une façon de demander à la BDEAC d’être plus transparente et plus efficiente. La situation crée un profond malaise au sein de la banque de développement.

Au cours de l’année 2019, elle s’est inscrite dans la dynamique de trouver des solutions alternatives. Elle a signé de nouvelles alliances et prévoit de se faire noter dès 2020, pour avoir la possibilité d’aller sur les marchés des capitaux situés au-delà de la CEMAC. Mais au final, il reviendra aux chefs d’Etat de trancher sur cette affaire. Les deux institutions ayant pour actionnaires les gouvernements membres de la communauté, ceux-ci peuvent donner le cap à suivre.

Les pays à suivre dans ce dossier sont le Gabon et le Tchad, qui empruntent le plus difficilement (avec des taux élevés) sur le marché régional. Au total, ce sont 155 milliards FCFA de projets au profit des deux pays, qui attendent de trouver une solution.

Idriss Linge




 
FINANCE

Burkina Faso : Wizall, filiale du groupe BCP, lance Wizall Money, une solution de mobile money 100% inclusive

Jean-Luc Konan remporte le prix du "Meilleur CEO de l'année" lors de l'édition 2019 d'AIFA

Cameroun : le gouvernement exprime sa volonté d'aller en guerre contre une des pratiques récurrentes des abus fiscaux internationaux

AIFA 2019 : Oragroup reçoit le prix « Best Bank in Africa »

 
AGRO

Gabon : l’activité forestière paralysée par le mauvais état des routes en saison des pluies

Céréales : la production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)

Pourquoi s’intéresser davantage à la digitalisation des paiements et des mécanismes dans les chaînes de valeurs agricoles ?

Côte d’Ivoire : la récolte cacaoyère principale 2019/2020 pourrait chuter de 5 % en raison des maladies

 
ELECTRICITE

Cameroun : la centrale de Mékin (15 MW) construite par la Chine, est à l’arrêt après une mise sous tension tardive, en avril 2019

Togo : la centrale thermique Kékéli Efficient Power sera opérationnelle dès fin 2020

CIPREL remporte le prix du « Best Energy Project » lors de l’Édition 2019 d’AIFA

Congo Brazzaville : l’E2C lance une opération antifraude pour réduire ses pertes non techniques

 
HYDROCARBURES

Ouganda : les députés demandent une augmentation du financement de la société publique du pétrole

Nigéria : une explosion de pipeline fait sept morts

Guinée : l’AFC signe un accord avec Brahms pour cofinancer la construction de la raffinerie pétrolière de Kamsar

Algérie : Sonatrach va exercer son droit de préemption sur la transaction conclue entre Anadarko et Total

 
MINES

Zambie : Arc Minerals acquiert une participation majoritaire de la coentreprise Zaco Limited

Le Togo va se doter d’une politique de réinstallation des populations affectées par les exploitations minières

Afrique du Sud : Implats et ses partenaires valident l’étude de faisabilité du projet Waterberg

La SMB remporte le prix du « Meilleur projet minier » lors de l’édition 2019 d’AIFA

 
TELECOM

Ghana : MTN sanctionné pour violation des directives du régulateur télécoms

Namibie : MTN Business en bonne voie pour lancer un réseau mobile dans le pays

Madagascar : lancement du paiement via Airtel Money, des kits solaires Pay as you Go de Baobab+

Algérie : le câble sous-marin de fibre optique Orval est opérationnel

 
TRANSPORT

En RDC, ICTSI investit 100 millions USD pour doubler sa capacité en conteneurs sur le port de Matadi

Mali : Bamako sera bientôt dotée d’un système de Métrobus avec l’aide de la Turquie

Abidjan : l’échangeur de l’amitié ivoiro-japonaise de 25 milliards FCFA, sera inauguré le 16 décembre

South African Airways : pour éviter la faillite, le gouvernement actionne un plan de sauvetage d’urgence de 248 millions d’euros

 
FORMATION

Côte d’Ivoire : le gouvernement annonce le lancement des travaux de l’université de Bondoukou pour un coût de 113 millions $

Au Rwanda, le gouvernement envisage d’intégrer les cours de codage dans les programmes scolaires

L’entraineur français Claude Leroy veut lancer une académie de football féminin à Lomé, destinée aux pays d’Afrique francophone

L’Institut africain des sciences mathématiques offre des bourses aux Africains pour intégrer ses campus du Sénégal, du Rwanda et du Cameroun

 
COMM

Niger : 185 millions de FCFA de subvention à la presse privée en 2018

Bénin : le régulateur des médias annonce son budget pour l’année 2020

Côte d’Ivoire : un jeune ivoirien transforme en emojis des mimiques et expressions locales

Droits TV : la camerounaise CRTV reconnaît finalement une dette de 96 millions FCFA envers l’Union africaine de radiodiffusion

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance