Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

L'Egypte a beaucoup amélioré son cadre macroéconomique, mais pas visiblement assez pour l'ensemble de sa population

L'Egypte a beaucoup amélioré son cadre macroéconomique, mais pas visiblement assez pour l'ensemble de sa population
  • Date de création: 03 octobre 2019 15:08

(Agence Ecofin) - L'Egypte a mené ces trois dernières années, des réformes qui ont reçu des félicitations ou encouragements de plusieurs institutions de référence, allant des agences de notation, aux organisations multilatérales, comme le FMI et la communauté des investisseurs. Le caractère positif de ces avancées ne semble pourtant pas trouver une certaine unanimité au sein de la population de cette puissance économique d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient

Il y a deux semaines, de violentes protestations dans le pays sont venues rappeler cette dualité de perception, entraînant du coup en seulement trois jours, une baisse de plus de 10% de l'EGX 30, le principal indice de la Bourse du Caire. Une analyse des performances macroéconomiques publiées par la Banque centrale permet de voir que le volume des réserves de change atteignait, fin septembre dernier, 45 milliards $, soit près de 4 fois son encours de 2014. Dans le même temps, après avoir progressé à plus de 10%, fin 2017, l'inflation est redescendue à son niveau le plus bas de 7,5% très récemment.

« Nous avons effectué une réforme économique qui a eu un impact négatif sur la population, car cette réforme était très difficile. Je crois personnellement que les dépenses sociales sont une dimension importante, mais le plus important est de créer des emplois », a fait savoir Mohamed Maait (photo), le ministre égyptien des Finances, dans une interview accordée à Bloomberg Television.

L'Egypte a connu une croissance moyenne de son PIB de l'ordre de 5,2% par an. Mais des analyses convergentes estiment qu'il aurait fallu une croissance de 8% pour absorber efficacement les 2,5 millions de nouveaux demandeurs d'emploi que compte le pays chaque année. Aussi le président Abdel Fattah al-Sissi a accepté de se plier aux exigences du FMI, en dévaluant la monnaie et en réduisant au maximum les subventions de certains produits et services de consommation.

Il y en a justement qui se frottent les mains, ce sont les investisseurs ciblant des obligations sur des marchés émergents. Pour contenir l'inflation, la Banque centrale a augmenté plusieurs fois ses taux d'intervention, atteignant les 5,2%. Une évolution des choses qui ne pouvait qu'augmenter les rendements sur les titres publics émis par le gouvernement. Les futures orientations économiques du gouvernement seront à suivre avec attention, car le peuple a montré qu'il peut encore réagir et très violemment.

Idriss Linge


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Les femmes ont-elles pris le train du crédit digital ? Enseignements du Kenya

Le kényan Safaricom prêt à faire une offre d'acquisition sur l’entreprise publique éthiopienne des télécommunications

La valeur des actions Total Maroc garde un potentiel de hausse sur la Bourse de Casablanca, malgré des performances décevantes

Pratiques frauduleuses : trois banques captent illégalement 80% des injections de liquidités de la Banque centrale de la cemac

 
AGRO

Kenya : démarrage imminent des activités de l’usine de transformation de lait de Kangema

Zimbabwe: la récolte de blé attendue en forte baisse à 60 000 tonnes en 2019/2020

Cacao : les régulateurs ghanéen et ivoirien réexamineront les programmes de production durable des industriels

Cacao: le Nigeria veut s’allier au Cameroun pour négocier une meilleure prime pour ses producteurs

 
ELECTRICITE

Zambie : l’Autorité d’électrification rurale célèbre l’achèvement de son premier mini-barrage à Kasanjiku (640 KW)

Egypte : les 64 bâtiments publics de la nouvelle capitale administrative seront dotés d’installations solaires

Niger : une préqualification lancée pour construire 104 km de ligne électrique dans le cadre du projet Dorsale Nord

First WATT Renewables lauréat du Forum sur les énergies renouvelables 2019 co-organisé par la BAD

 
HYDROCARBURES

ADES empoche un autre contrat de forage en Egypte

La Nigeria LNG signe avec la NNPC un accord de prépaiement de 2,5 milliards de dollars

Les contrôles de change imposés par la BEAC, pourraient ruiner l’industrie pétrogazière de la Guinée équatoriale

Mozambique : ExxonMobil attribue le contrat de construction de son usine de liquéfaction au Japonais JGC

 
MINES

Mozambique : l’américain Urbix aidera Battery Minerals à traiter le graphite de Montepuez

Namibie : Vedanta suspend les opérations à sa mine de zinc Skorpion

La Zambie doit 215 millions $ de remboursements d’impôts aux grandes compagnies minières (gouvernement)

Tanzanie : les exportations d’or continuent d’augmenter

 
TELECOM

L’engagement sociétal d’Orange CI au cœur de sa participation au forum CGECI ACADEMY 2019

Vodacom Congo célèbre la journée internationale de la jeune fille avec « #CODELIKEAGIRL »

Nomination du nouveau Directeur Général de MTN Côte d’Ivoire

Sénégal : l’ASUTIC interpelle le gouvernement sur la nécessité d’ouvrir le marché à un 4e opérateur télécoms

 
FORMATION

Afrique du Sud : la première école secondaire entièrement en ligne proposera ses premiers cours, à partir de janvier 2020

Le Commonwealth lance 4 sessions de formation en ligne sur le leadership pour les ressortissants de ses pays membres

Niger : la délégation de l’Union européenne invite les étudiants à postuler au programme Erasmus +

Le programme de développement de jeunes professionnels ouvre les candidatures pour sa formation en ligne

 
COMM

TNT : les autorités ivoiriennes annoncent une couverture nationale de 40 %

Nigeria : les autorités veulent empêcher la diffusion en ligne de contenu pour adulte impliquant des personnes mineures

Congo : Africa Radio va lancer ses activités à Brazzaville d’ici décembre prochain

Cameroun : des spécialistes américains forment des journalistes en gestion des médias

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance