Ecofin Mines
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Mines

Mark Bristow, PDG de Barrick : «L'industrie minière de la RDC a été constamment paralysée par les modifications de la législation fiscale»

Mark Bristow, PDG de Barrick : «L'industrie minière de la RDC a été constamment paralysée par les modifications de la législation fiscale»
  • Date de création: 12 juillet 2019 16:44

(Agence Ecofin) - Dans son rapport «Mining in Africa Country Investment Guide»  (MACIG 2020), consacré à la RDC, la firme Global Business Reports s’est entretenue avec Mark Bristow, PDG de Barrick, compagnie active sur la mine Kibali. Ce dernier est revenu sur plusieurs questions, y compris l’état actuel de l’environnement minier en RDC, où les premières décisions du nouveau président pour le secteur minier sont attendues. Une interview traduite de l’anglais par l’Agence Ecofin.

Suite à la récente fusion entre Randgold et Barrick Gold Corporation, quelle est la stratégie de la nouvelle entité, particulièrement en ce qui concerne l'Afrique ?

Nous avons fait de Randgold un des leaders du marché dans tous les domaines, des découvertes aux  réserves par action et aux rendements pour les actionnaires. Pendant ce temps, notre industrie courait le risque de perdre sa pertinence. Il y avait trop d'actifs et trop d'équipes de gestion qui n'étaient pas performantes. L'industrie avait besoin de se consolider. Nous nous sommes concentrés sur les actifs de premier niveau et, incontestablement, Barrick est toujours apparue comme l'entreprise qui en avait le plus grand nombre dans l'industrie. La nouvelle stratégie est basée sur celle de Randgold. Nous voulons être l'entreprise aurifère la plus valorisée de l'industrie, en mettant l'accent sur la découverte, le développement et l'exploitation d'actifs de niveau 1 ou de niveau 2 pour le bénéfice non seulement de nos actionnaires, mais de toutes nos parties prenantes. Cette stratégie repose sur trois piliers : disposer des meilleurs actifs, des meilleures équipes de gestion et des meilleurs rendements.

Notre stratégie est axée sur la collaboration avec notre principale partie prenante - le pays où nous exerçons nos activités - afin d'attirer des investisseurs supplémentaires ou de nouveaux investisseurs pour poursuivre notre contribution à l'économie de ce pays par le biais du développement du secteur minier. L'Afrique est au cœur de cette stratégie et nous avons maintenant une entreprise beaucoup plus grande avec le même engagement envers tous les pays dans lesquels nous sommes présents sur le continent.

Randgold confiait l’exploitation de certaines de ses mines à des entrepreneurs, sera-t-il toujours le cas après cette fusion avec Barrick ?

Les mines souterraines de Randgold sont passées à un modèle d’ « exploitation par le détenteur » (différent du modèle où le détenteur confie l’exploitation à un entrepreneur, NDLR), bien que nous continuons à travailler avec des entrepreneurs sur les mines à ciel ouvert. En fait, Kibali (mine détenue par le groupe en RDC, NDLR) est l'une des principales exploitations minières automatisées du portefeuille - la partie inférieure de la mine et l'ensemble du système de manutention du minerai, y compris le levage, sont entièrement automatisés. Nous sommes en train de faire la transition pour avoir un seul opérateur qui exploite plusieurs niveaux dans la mine. On rencontre un succès incroyable et cela ouvre notre main-d'œuvre aux femmes en tant qu'opératrices. Nous avons prouvé qu'il n'est pas nécessaire d'être dans un pays très développé pour introduire ces technologies.

1386 bristow barrick

Alors que les entreprises cherchent à accroître leur efficacité opérationnelle, pensez-vous que les acquisitions d'entreprises technologiques prendront de l'importance dans le secteur minier ?

La nécessité de tout posséder est une faiblesse majeure des sociétés minières. Les technologies numériques, l'intelligence artificielle et l'automatisation offrent de grandes possibilités d'améliorer l'efficacité. Cependant, comme l'innovation technologique évolue à un rythme aussi rapide, il est préférable d'acheter des solutions d'innovation soutenues par de multiples utilisateurs. Nous reconstruisons nos plateformes pour permettre à nos gestionnaires de gérer en temps réel. Sur le plan numérique et technologique, les équipementiers commencent maintenant à l’adopter ; mais nous sommes toujours en retard en ce qui concerne l'innovation réelle et le déploiement de technologies qui soutiendraient les points de données recueillies par les machines modernes.

Le nouveau code minier de la RDC a reçu une réponse négative des sociétés minières opérant dans le pays. Avec l'élection du nouveau gouvernement en décembre 2018, vous attendez-vous à une certaine souplesse ou à la possibilité d'accords bilatéraux ?

Un nouveau gouvernement apporte généralement de nouvelles règles, et le nouveau président a récemment parlé à Washington d'attirer les investissements. Son équipe consultative de soutien est très pro-entreprise. La RDC a encore un long chemin à parcourir et il est entendu que certaines modifications au code minier ont été préjudiciables. L'industrie minière de la RDC a été constamment paralysée par les modifications de la législation fiscale - il est vrai que le pays est bien doté en minerais, mais si le pays n’attire pas l'investissement pour découvrir et développer ces gisements ainsi que déployer et améliorer les infrastructures nécessaires, la véritable valeur des ressources naturelles et des secteurs associés ne sera jamais libérée au profit de la population congolaise.

Avez-vous un message final à adresser aux investisseurs actuels et aux nouveaux entrants potentiels intéressés par la RDC ?

Nous ne sommes pas venus en RDC uniquement pour développer Kibali, bien que cela ait été un succès remarquable à tous points de vue. Il nous a fallu neuf ans d'investissement pour arriver à un stade où nous pouvons commencer à rembourser le capital. Nous continuons à investir dans de nouvelles opportunités en RDC. Pour que la RDC prenne une place de leader dans l'industrie minière africaine, elle devra attirer d'importants investissements. C'est l'endroit idéal pour des majors comme Barrick, et l’arrivée d’autres multinationales sera une étape importante. C'est certainement une chose sur laquelle le nouveau président a les yeux rivés.

Interview réalisée par Global Business Reports et traduite de l’anglais par Louis-Nino Kansoun

Lire aussi :

11/04/2019 - Les 10 grandes fusions-acquisitions qui peuvent chambouler le secteur minier africain : le point de vue de PwC

17/01/2019 - Me Charles Bourgeois : « C’est la perte de confiance en la parole de l’Etat qui fait fuir les investisseurs, pas les réformes »


Ecofin Mines     




 
GESTION PUBLIQUE

Niger: le gouvernement adopte un budget 2020 à 3,7 milliards $ en hausse de 3,6% par rapport à 2019

UEMOA : les recettes fiscales consolidées des Etats membres se sont améliorées de 14,8% au premier semestre 2019

Le Nigeria va lancer son programme d'identification biométrique, d'ici la fin de ce mois

Finance climat : lancement d’une plateforme mondiale pour accompagner les pays les moins avancés

 
FINANCE

Afrique du Sud : le groupe d’investissement Reatile Group se renforce dans le capital de Juwi Renewable Energies

L’égyptien SODIC envisage d’acquérir 10 % de parts dans le capital de la société immobilière Heliopolis Housing

Le groupe Alliances a plongé sur la Bourse de Casablanca, malgré l'annonce d'une réduction significative de sa dette

Zambie : Chenguang Biotech rachète une société appartenant à Zambeef pour un montant de 10 millions $

 
AGRO

Zimbabwe : le gouvernement obtiendra 139 millions $ auprès des banques pour le secteur agricole

Tanzanie : les autorités anticipent une récolte de noix de cajou en hausse de 33 % en 2019/2020

Niger : à Tillabéri, plus de 3000 hectares de culture de riz sauvés de justesse des inondations

Cameroun : le prix moyen bord champ du kilogramme de cacao atteint 1060 FCFA, malgré la saison des pluies

 
ELECTRICITE

Solaire : l’énergéticien Scatec Solar propose des mini-centrales pré-assemblées à ses clients industriels

Nigeria : le SEFA subventionne la création du NEAF, un fonds d’investissement pour les énergies vertes hors réseau

Zambie : la KfW alloue 46 millions $ pour la réhabilitation et l’extension à 15 MW du barrage de Chishimba

Energies renouvelables : l’AIE s’attend à une croissance de 12 % cette année

 
HYDROCARBURES

Mozambique : la société néerlandaise Smit Lamnalco va fournir des services maritimes sur Coral South FLNG

Sénégal/Mauritanie : nouvelle découverte de gaz naturel dans le complexe Grand Tortue

Au premier semestre, le Nigéria a perdu 1,35 milliard de dollars à cause du siphonnage de pétrole à partir des oléoducs

TGS démarre un programme de levées sismiques 3D en offshore ultra-profond dans les eaux sénégalaises

 
TELECOM

Le Zimbabwe introduit la biométrie dans la fonction publique pour combattre les fonctionnaires « fantômes »

Congo : Azur retourne à la conquête du marché télécoms local avec de nouveaux projets

Amr Talaat est à Paris pour renforcer la coopération TIC entre l’Egypte et la France

Le Kenya mise sur l’innovation technologique pour atteindre ses objectifs de développement durable

 
FORMATION

La Fondation Obama offre des bourses pour se former pendant 1 an à l’Université de Columbia

Le gouvernement américain finance une formation en développement communautaire à l'intention des Africains

Côte d’Ivoire : la Foire de l’enseignement supérieur américain se tiendra le 21 septembre 2019

La société de formation d’ingénieurs codeurs, Andela, met fin à ses programmes au Nigeria, au Kenya et en Ouganda

 
COMM

TNT en Afrique : le Bénin et le Burkina Faso dans les starting-blocks

Afrique : Canal + a gagné 233 000 abonnés au premier semestre 2019

Burkina Faso : les télévisions privées devront payer 75 millions FCFA par an pour la TNT

Le Rwandais Arthur Asiimwe plaide pour l’accélération de la migration numérique de la radiodiffusion en Afrique

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Mines