Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Urgence fiscale : pour José Antonio Ocampo, « les pays en développement doivent prendre la parole ! » 

Urgence fiscale : pour José Antonio Ocampo, « les pays en développement doivent prendre la parole ! » 
  • Date de création: 11 novembre 2019 16:38

(Agence Ecofin) - Peut-on en finir avec les scandales d’évasion fiscale des multinationales ? L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) assure que oui. Elle vient même de publier, le mois dernier, des propositions pour un nouveau système fiscal international qui pourrait s’imposer au monde entier pendant des décennies.

Des décennies, vraiment ? Oui, ce n’est pas une exagération. Il a fallu près d’un siècle pour que, pour la première fois cette année, apparaisse l’opportunité d’un changement. Car si aux Etats-Unis par exemple, 60 des 500 plus importantes entreprises, parmi lesquelles Amazon, Netflix ou General Motors, n’ont payé aucun impôt en 2018, malgré un bénéfice cumulé de 79 milliards de dollars, c’est parce que le système en vigueur leur permet de le faire, et de surcroît, en toute légalité.

Ces détournements reposent sur des montages complexes, mais au principe très simple. Il suffit à la multinationale de déclarer ses profits dans la filiale de son choix. De cette façon, elle affiche des déficits là où les impôts sont relativement élevés – même si c’est dans ces pays que l’entreprise génère l’essentiel de ses activités – pour déclarer des bénéfices élevés dans des juridictions où l’imposition est très faible, voire nulle – même si en réalité, l’entreprise n’y dispose d’aucun client.

C’est ainsi que chaque année, les pays en développement sont privés d’au moins 100 milliards de dollars, déviés par des entreprises dans des paradis fiscaux. A l’échelle mondiale, ces derniers concentrent 40% des profits réalisés par les multinationales selon les calculs de l’économiste Gabriel Zucman.

D’autant qu’avec la numérisation accélérée de l’économie, les pertes fiscales ne cessent d’augmenter, dénoncées désormais par les plus orthodoxes des institutions, comme le Fonds Monétaire International. En envisageant, pour la première fois, de remettre en cause les fondements du système fiscal en vigueur, à savoir la capacité des multinationales à déclarer leurs bénéfices dans la filiale de leur choix, l’OCDE donne un coup d’accélérateur après des décennies d’inaction. L’organisation fera une proposition finale courant 2020, après quoi il ne sera pratiquement plus possible de peser sur le processus de réforme.

C’est là le danger pour les pays en développement. Ils ne peuvent plus dire qu’ils n’ont plus voix au chapitre. Soucieuse de gagner en légitimité, l’OCDE leur a offert une place à la table des négociations au sein d’un groupe qualifié de « cadre inclusif ». Avec 134 membres, cette arène a aujourd’hui de facto le lieu dans lequel se décide le système fiscal mondial de demain, grillant la politesse à l’ONU, l’instance légitime par définition.

Evidemment, on ne joue pas à armes égales dans ce « cadre inclusif », malgré son nom. Les pays riches disposent de plus de ressources humaines, politiques et financières pour faire prévaloir leur point de vue. Concentrant la majorité des multinationales, ce sont aussi les plus influencés par la pression du monde corporatiste, aux dépens de leurs propres citoyens et du reste du monde. Mais à refuser de prendre conscience de ce qui est en jeu, les pays en développement sont aussi en train de faillir à leurs responsabilités.

La proposition de réforme de l’OCDE repose sur deux axes. Tout d’abord, s’interroger sur l’endroit où les bénéfices des grandes entreprises doivent être taxés et de quelle façon. L’idéal, pour lequel l’ICRICT, la commission pour la réforme fiscale que je préside, se bat depuis des années, serait de considérer que la multinationale est une unique entreprise, dont le bénéfice total devrait être taxé dans les lieux où elle exerce son activité selon des critères objectifs et non manipulables, comme les ventes, l’emploi, les ressources, et les utilisateurs numériques.

Toutefois, dans ce domaine, les propositions de l'OCDE ne sont ni suffisamment ambitieuses ni assez justes, comme nous l'avons expliqué dans notre dernier rapport. La part des bénéfices qui serait redistribuée à l'échelle internationale serait limitée à la part dite "résiduelle" des bénéfices totaux des multinationales. Pire, la clef de répartition de ces bénéfices pourrait ne dépendre que du volume des ventes, en excluant le facteur « emploi », plus favorable aux pays en développement. En clair, les pays riches se verraient attribués plus de bénéfices, et donc plus d’impôts.

L’autre axe de travail de l’OCDE est la mise en place d’un impôt minimal effectif sur les entreprises au niveau mondial. Certains pays en développement craignent qu'en abandonnant l'arme des incitations fiscales, ils ne puissent plus attirer les investissements des multinationales. Pourtant, l’idée que ces réductions fiscales attirent des investissements est très controversée, selon une étude du FMI. En outre, si la communauté internationale s’entendait sur un taux suffisamment élevé – l’ICRICT plaide pour qu’il soit d’au moins de 25% - cela mettrait fin à la course au nivellement par le bas dont les seuls gagnants sont les multinationales.  Cette mesure ferait disparaître la raison d’être des paradis fiscaux, tout en assurant à tous les Etats des ressources essentielles au développement.

En absence d’un consensus international, des pays ont fait le choix de trouver des solutions de compensation, faisant parfois beaucoup de bruit. C’est le cas de la France, qui va taxer à hauteur de 3% le chiffre d’affaire des entreprises du secteur numériques. D’autres, comme le Mexique, s’interrogent sur la possibilité de contraindre des plateformes comme Uber ou Netflix à payer une TVA pour les services prêtés sur le territoire. Même si ces rentrées fiscales sont bienvenues, ces mesures relèvent avant tout du rafistolage. Il est impossible de cloisonner l'économie numérique et de la prendre pour seule cible de réforme, car de plus en plus les entreprises utilisent les technologies numériques dans le cadre de leurs activités commerciales. Et ce n’est pas avec ces mesures ponctuelles que les Etats sortiront des déficits et des cures d’austérité à répétition.

Il est temps que les pays en développement se mobilisent. L’augmentation de leurs ressources fiscales est la seule façon d’améliorer l’accès à la santé, l’éducation, l’égalité de sexes, ou la lutte contre le changement climatique.  Si les chefs d’Etats et les ministres des finances de ces pays continuent à abandonner à des experts les débats sur la taxation des multinationales, sans comprendre qu’il s’agit une question politique, et non technique, ils se verront bientôt contraints d’accepter un système fiscal international qui ne leur conviendra pas. Les gagnants de toujours seront les mêmes, et il sera alors trop tard pour protester. 

José Antonio Ocampo est membre du conseil d'administration de la banque centrale de Colombie, professeur à l'Université de Columbia et président de la Commission indépendante pour la réforme de la fiscalité internationale des entreprises (ICRICT).




 
FINANCE

Moody's légèrement pessimiste sur les perspectives du secteur bancaire africain pour l'année 2020

Au Kenya, Farmshine lève des fonds auprès de l’investisseur américain Gray Matters Capital

Le néerlandais FMO lance un fonds de 120 millions $ dédié au secteur de l’énergie en Afrique subsaharienne

Nomination de Nafissatou Dia à la direction de la communication et de la responsabilité sociétale du groupe CFAO

 
AGRO

Éthiopie : l’exécutif envisage une réduction des droits d’accise appliqués à l’industrie sucrière

Éthiopie : l’autosuffisance en blé prévue pour 2022 pourrait ne pas être atteinte

Burkina Faso : l’OFID débloque 20 millions $ en faveur de la promotion des filières agricoles

Liberia : Sime Darby cèdera ses concessions de palmier à huile à l’entreprise locale Manco

 
ELECTRICITE

Côte d’Ivoire : signature du contrat de concession de la plus grande centrale biomasse d’Afrique de l’Ouest

Burkina Faso : Lancement d’un projet visant le raccordement annuel de 250 000 clients au réseau électrique

Afrique du Sud : l’activité minière significativement ralentie par les délestages en cours

Égypte : à défaut de centrale à charbon, Al Nowais injectera 750 millions $ dans deux centrales de renouvelables

 
HYDROCARBURES

Le producteur ghanéen d’électricité Genser réalise un closing de 366 millions $ pour réaliser un projet gazier

L’OPEP prend la décision d’opérer une nouvelle réduction de 500 000 b/j de sa production pétrolière

Égypte : la dette vis-à-vis des compagnies pétrolières étrangères a atteint son plus bas niveau depuis 2010

Maroc : Predator Oil & Gas fournit une mise à jour de ses plans de forage sur les permis Guercif

 
MINES

Zambie : Arc Minerals acquiert une participation majoritaire de la coentreprise Zaco Limited

Le Togo va se doter d’une politique de réinstallation des populations affectées par les exploitations minières

Afrique du Sud : Implats et ses partenaires valident l’étude de faisabilité du projet Waterberg

La SMB remporte le prix du « Meilleur projet minier » lors de l’édition 2019 d’AIFA

 
TELECOM

Mahamudu Bawumia affirme que le Ghana poursuivra sa numérisation pour terrasser la corruption

Afrique du Sud : Altron a acquis Ubusha Technologies pour 24,5 millions $

Mali : l’opérateur télécoms algérien Mobilis a obtenu un titre provisoire de licence télécoms globale

Ouganda : Loon LCC obtient l’accord de l'Autorité de l’aviation civile pour déployer ses ballons télécoms

 
TRANSPORT

Aviation : le Gabon sort de la liste noire de l’Union européenne, mais 11 autres pays africains y demeurent

Rwanda : Qatar Airways acquiert 60 % du nouvel aéroport de Kigali, évalué à 1,3 milliard USD

Afin d’améliorer la sécurité routière et environnementale, la Guinée fixe un décret qui encadre l’importation des véhicules d’occasion

La Zambie et la RDC signent un protocole d'accord de 473 millions USD pour la construction de la route transfrontalière Kasomeno – Mwenda et du pont de Luapula

 
FORMATION

Seules deux universités africaines sont représentées dans le classement mondial des performances MOOC

Le Centre pour les entreprises mondiales propose un programme de formation en ligne aux femmes entrepreneures africaines

Côte d’Ivoire : le gouvernement annonce le lancement des travaux de l’université de Bondoukou pour un coût de 113 millions $

Au Rwanda, le gouvernement envisage d’intégrer les cours de codage dans les programmes scolaires

 
COMM

Le groupe Trace va lancer sa plateforme de formation durant le 2e semestre 2020

Afrique du Nord : le service de streaming Fight Sports lance ses services

Guinée : des médias critiquent le rapport sur l’audience audiovisuelle commandité par le régulateur

Zimbabwe : les autorités vont lancer la diffusion sur la plateforme nationale de télévision numérique

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance