ENTETE PUB ECOFIN Gestion

Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Maintien des taux directeurs US : et si l'Afrique du Sud avait été plus avisée que l'Egypte...

  • Date de création: 23 mars 2019 17:00

(Agence Ecofin) - La décision prise par la Federal Reserve américaine de sursoir à une hausse de ses taux directeurs, n'a pas fait l'objet d'une grosse couverture de la part des médias basés en Afrique. Pourtant, deux pays de la région sont directement exposés par cette décision.

Il s'agit principalement de l'Afrique du Sud et de l'Egypte, qui figurent sur la liste des investisseurs relativement importants en obligations émises par le gouvernement américain.

Des données collectées par l'Agence Ecofin indiquent que les deux pays ont agi différemment avec ces investissements au cours de l'année 2018. L’Afrique du Sud a réduit son exposition à la dette de l'oncle Sam de près de 15,1 milliards $ entre janvier et décembre 2018, tandis que, sur la même période, le pays du président Abdel Fatah El Sissi qui a maille à partir avec son propre équilibre extérieur, a augmenté son exposition aux US Bonds de 7,1 milliards $.

La décision de la FED de maintenir des taux d'intervention à leur niveau actuel, avec une faible perspective quant aux nouvelles hausses, indique clairement que les pertes d'opportunités de gains sur ces placements seront importantes pour les détenteurs de ces titres. Il est difficile de dire si l'Afrique du Sud a suivi un mouvement d'ensemble dans le groupe des pays désignés sous l’appellation de BRICS (Brésil, Russie Inde, Chine, Afrique du sud). Mais ce qu'on note, c'est que, Russie en tête avec un désinvestissement de 83,7 milliards $, les autres pays des BRICS qui ont nettement réduit le poids de la dette américaine dans la gestion de leurs réserves de change. On retrouve ainsi la Chine (-44,7 milliards $) et l'Inde (-7,3 milliards $). Seul le Brésil fait route à part, en s’offrant pour plus de 34 milliards $ supplémentaires de titres obligataires du gouvernement américain.

Le rapport 2018/2019 de la banque centrale égyptienne permettra d'avoir une meilleure vue des arbitrages qui ont conduit à ces choix de placements malheureux.

Rappelons que des institutions comme Afrexim Bank et même la Banque Africaine de Développement, encourage de plus en plus les Etats africains à investir sur les obligations qu'elles émettent, afin de mobiliser de la ressource, pour financer le développement du continent.

Selon le rapport annuel 2018 d'Afrexim Bank, le montant total des réserves de changes des pays africains atteignait les 417 milliards $ à la fin 2017 et autorisait pour chaque pays une moyenne de 7,3 mois d'importations.

Idriss Linge 


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Afrique du Sud : l’environnement économique a pesé sur les ventes de la firme Mr Price Group au terme des quatre premiers mois de son année 2019/2020

La Fintech Tala lève 110 millions $ pour financer son expansion dans des marchés émergents, dont l’Afrique

Mali : une ligne de crédit de 30 millions d’euros de la BAD pour la BDM SA

Afrique du Sud : l'assureur Old Mutual maintient le renvoi de son CEO malgré une décision contraire de la justice

 
AGRO

Zambie : la flambée des prix de la semoule de maïs fait réagir le gouvernement

Gabon : le gouvernement promet l’ouverture de 80 nouvelles usines de transformation de bois cette année

Cameroun : la campagne cacaoyère 2019-2020 s’ouvre avec des prix aux producteurs supérieurs à 1000 FCFA le Kg

Kenya : les exportations de thé en chute de 31 % dans le mois de juin

 
ELECTRICITE

La Zambie veut alimenter Kariba avec l’eau du fleuve Congo : impossible, selon les experts

Le Nigeria ambitionne de connecter son réseau électrique à celui de 8 pays d’Afrique de l’Ouest

Congo-Kinshasa : la libéralisation du secteur électrique entravée par l’absence de cadre opérationnel

Egypte : Lekela a achevé la mobilisation financière de la centrale éolienne de West Bakr

 
HYDROCARBURES

Soudan du Sud : Salva Kiir met en garde les compagnies pétrolières contre la mauvaise gestion

103 milliards $ d’investissements attendus dans le secteur africain du gaz naturel liquéfié, avant fin 2019

Nigeria : le président Buhari limoge le ministre du Pétrole Ibe Kachikwu

L’OPIC finalise son accord de prêt de 40 millions $ avec la société énergétique sud-africaine Renergen

 
MINES

La demande de charbon de la Chine commencera à baisser à partir de 2025 (rapport)

Mali: African Gold Group lève 5 millions de dollars pour son projet Kobada

Mali : vers une coentreprise entre Altus et Glomin sur les projets aurifères Lakanfla et Tabakorole

Tanzanie : Katoro Gold veut céder ses projets aurifères Imweru et Lubando

 
TELECOM

Camtel et Huawei dotent la police camerounaise d’un centre national de commandement de vidéosurveillance

Sénégal : le gouvernement investit 50 milliards FCFA pour l’aménagement numérique du territoire

Selon Gartner, les smart cities, l’IoT et les satellites en orbite basse transformeront le monde des affaires en Afrique d’ici 2029

Harriet Thompson : « la Grande-Bretagne porte un grand intérêt au secteur nigérian des TIC »

 
FORMATION

L’Université Senghor d’Egypte lance un cours en ligne grand public sur la paix et la sécurité en Afrique francophone

Les universités anglophones sont les plus présentes sur le Web en Afrique, selon le classement Webometrics

Tchad : 19 établissements privés de l’enseignement supérieur fermés

Le Centre pour la science et l’environnement organise deux formations sur la gestion des eaux usées en milieu urbain en Afrique du Sud

 
COMM

Afrique : l'influence chinoise croissante sur le paysage médiatique ouvre un nouveau champ de bataille avec les USA

Warner Music confie le marketing digital de sa filiale sud-africaine à l’agence locale Flume

MultiChoice baisse les prix de ses bouquets de télévision pour résister à Netflix

L'Algérie expulse Ahmed Benchemsi de Human Rights Watch

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance