Satisfait, le FMI débloque un quatrième décaissement d'un montant de 35 millions $ en faveur du Togo

(Agence Ecofin) - Satisfait de l’évolution du cadre macroéconomique, le Fonds monétaire international (FMI) a autorisé, hier lors de son conseil d’administration, le décaissement d’une quatrième tranche de 34,9 millions de dollars, en faveur du Togo.

« Le rendement du programme a été satisfaisant. Tous les critères de rendement quantitatifs et trois des cinq repères structurels ont été respectés. L'achèvement de l'examen permet le décaissement de 25,17 millions de DTS (environ 34,9 millions de dollars), ce qui porte le total des décaissements depuis le début de l'accord à 100,68 millions de DTS (environ 139,5 millions de dollars). », indique l’institution de Bretton Woods.

Approuvé en mai 2017, le programme triennal soutenu par une Facilité élargie de crédit, d’un montant de 241,5 millions $, a redonné depuis, du baume à l’économie togolaise, étranglée en 2016 par une dette publique galopante, devenue insoutenable pour les pouvoirs publics.   

Plus d’un an après le démarrage du programme, le Fonds, estime que l'économie togolaise montre des signes de stabilisation naissante, malgré « un environnement difficile », en raison des manifestations socio-politiques. Selon lui, la croissance devrait s'accélérer et l'inflation, rester conforme aux critères de l'UEMOA.

L’organisation multilatérale salue les efforts de Lomé, visant à ramener la dette publique à des niveaux viables et faire progresser les réformes budgétaires. L’opération de reprofilage de la dette prévue est également saluée. Toutefois, le FMI invite les autorités togolaises à rester fidèles à leur programme d'ajustement macroéconomique et de réformes, afin de se prémunir des dérapages.

Saluant l’option de privatisation des deux banques publiques (UTB et BTCI), l’institution basée à Washington se dit convaincue que « la mise en œuvre des mesures de sauvegarde convenues sera importante pour faire en sorte que la privatisation soit conforme aux meilleures pratiques internationales. »

Fiacre E. Kakpo


Ecofin Gestion Publique