ENTETE PUB ECOFIN Gestion

Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

UMOA : le succès de l’OAT émise par le Sénégal témoigne du regain d’intérêt des investisseurs pour les titres souverains

UMOA : le succès de l’OAT émise par le Sénégal témoigne du regain d’intérêt des investisseurs pour les titres souverains
  • Date de création: 11 juin 2019 15:09

(UMOA TITRES) - Après deux années d’ajustement aux modifications règlementaires et de politique monétaire, les investisseurs de la zone UMOA affichent sur le premier semestre 2019 un regain d’intérêt pour les titres souverains. En témoigne, le succès de l’émission par adjudication de Titres Publics (MTP) sur le marché financier régional, effectuée par le Sénégal le 06 juin 2019.

En effet, sur un objectif de 50 milliards de FCFA recherché, l’Etat du Sénégal s’est vu offrir 129 milliards de FCFA, sur lesquels il a retenu 55 milliards de FCFA. Ceci, alors même que la dernière intervention de l’Etat du Sénégal remonte au mois de Septembre 2017 sur un bon assimilable du trésor de maturité 6 mois.

Une réussite rendue possible par le suivi continu de l’évolution du MTP, en collaboration avec l’Agence UMOA Titres, qui a permis à l’Etat du Sénégal de choisir le moment opportun pour ce retour et de profiter d’un contexte de marché favorable.

Il importe, par ailleurs, de relever que cette opération revêt un caractère particulier à trois niveaux, à savoir : la structuration, les prix proposés par les investisseurs et le taux de couverture enregistré.

Une structuration inédite sur le marché financier régional

Le contexte de marché ci-dessus évoqué a permis à l’Etat du Sénégal et à l’Agence UMOA titres de structurer une émission simultanée portant sur trois lignes d’Obligations Assimilables du Trésor (OAT) de maturité 3 ans, 5 ans et 7 ans pour un montant total de 50 milliards de FCFA. La particularité de cette structuration repose essentiellement sur la nature de ces trois instruments qui se trouvent être des titres in fine. Ce type d’amortissement renforce la liquidité de ces titres qui sont plus aisés à valoriser et à transiger et permettent à l’émetteur d’augmenter la duration de son stock de dette.

Il convient de noter qu’en dépit des nombreux avantages des titres in fine, les investisseurs affichent une préférence pour les titres amortissables. A ce titre, cette structuration est inédite, le dernier 7 ans in fine émis sur le marché régional remontant à Septembre 2017 avec les obligations synthétiques émises par la Côte d’Ivoire et le Bénin.

En cohérence avec les niveaux actuels du marché sur des instruments de maturité identique, les coupons proposés sur l’OAT 3, 5 et 7 ans ont été positionnés respectivement à 5,85%, 6% et 6,15%.

Cette structuration a été particulièrement bien accueillie par les investisseurs si l’on en juge les prix et les montants offerts sur les différents instruments.

Des prix qui confirme l’intérêt des investisseurs

En dépit d’une duration plus longue que celle proposée habituellement par les Etats de la zone, l’OAT 7 ans in fine a recueilli 35,642 milliards FCFA de soumissions avec des prix allant de 10 000 FCFA à 9 387 FCFA par titre. Bien que cette fourchette de prix soit relativement large, la dispersion des soumissions l’est beaucoup moins, 96,5% des offres sur cette maturité se situant sur la fourchette de prix allant de 10 000 FCFA à 9 800 FCFA, soit des rendements évoluant entre 6,15% et 6,50%.

La demande des investisseurs s’est massivement portée sur l’OAT 5 ans in fine qui a recueilli près de 50,13 milliards de soumissions avec une dispersion moins large en termes de prix que sur l’OAT 7 ans, ces derniers étant compris entre 10 030 FCFA et 9 530 FCFA. D’un point de vue purement statistique, 99,7% des soumissions sont faites à des prix entre 10 030 FCFA et 9 900 FCFA correspondant à des rendements entre 6% et 6,23%.

L’OAT 3A in fine a recueilli quant à elle 43,321 milliards FCFA de soumissions avec les surcotes les plus importantes, les prix allant de 10 050 FCFA à 9 660 FCFA. Sur cet instrument, 97% des soumissions se concentrent sur la fourchette allant de 10 050 FCFA à 9 961 FCFA soit des rendements compris entre 5,66% et 5,99%.

Les prix proposés - et en particulier les surcotes sur les OAT 3A et 5A qui restent relativement rares sur les maturités moyen terme - confirment l’intérêt des investisseurs pour les titres de l’Etat du Sénégal, titres bénéficiant aussi d’un effet de raréfaction dans les portefeuilles de titres des investisseurs.

Un taux de couverture qui illustre la réussite de l’opération

Ces résultats témoignent de la réussite de cette émission qui affiche ainsi un montant global de soumissions de 129 milliards FCFA soit un taux de couverture de 258%.

Toutefois, soucieux de rallonger la durée de vie moyenne de son portefeuille de dette, l’Etat du Sénégal a fait le choix de retenir :

  • 20,6 milliards FCFA sur l’OAT 5 ans au prix marginal de 9 970 FCFA soit un prix moyen pondéré de 9 995 FCFA correspondant à un rendement moyen pondéré de 6,00% ;
  • 34,4 milliards FCFA sur l’OAT 7 ans au prix marginal de 9 800 FCFA soit un prix moyen pondéré de 9 895 FCFA correspondant à un rendement moyen pondéré de 6,33%.

Une opération réussie pour un marché intégré et plus efficient

Le retour de l’Etat du Sénégal sur le MTP s’est donc soldé par une belle réussite, aussi bien en termes de taux de couverture, qu’en termes de caractéristiques des instruments finalement émis. L’Etat du Sénégal dispose ainsi de nouveaux benchmarks sur les maturités 5A et 7A qui permettront d’avoir une courbe de rendements « Etat du Sénégal » reflétant les conditions actuelles du marché.

Enfin, cette émission par sa taille et les résultats enregistrés marquent un tournant pour le MTP en imposant la structure in fine comme un standard auprès des investisseurs mais surtout des émetteurs avec la dynamisation du marché secondaire dans le viseur.

2 communique


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Maroc: la BAD finance la construction d’une cimenterie à hauteur de 45 millions d’euros

L’OPIC examine un possible investissement dans le secteur agricole du Mozambique

Bourse de Casablanca: l'effet Maroc Telecom semble avoir été précaire sur la dynamique de marché

UEMOA : réserves excédentaires toujours confortables pour les banques au cours du premier trimestre 2019, mais en baisse

 
AGRO

La Tanzanie va livrer 1 million de tonnes de maïs au Kenya en 2019/2020

Côte d’Ivoire : l’exécutif veut attirer plus de jeunes dans le cacao grâce au prix plancher commun

Kenya : vers l’établissement d’une banque de développement agricole ?

Le Chinois Qu Dongyu prend la tête de la FAO

 
ELECTRICITE

La BAD obtient 40 millions € de la Commission européenne pour accélérer l’électrification en Afrique

Egypte : la NREA envisage d’implanter une centrale éolienne de 200 MW près du golfe de Suez

Nigeria : le secteur électrique aura besoin de 100 milliards $ d’investissement sur les 20 prochaines années

Kenya : la KenGen établit un laboratoire de R&D à Tana

 
HYDROCARBURES

Kenya : le gouvernement s'accorde avec Total, Tullow et Africa Oil pour construire une raffinerie de pétrole

Le Ghana veut introduire le gaz naturel comprimé comme complément aux produits pétroliers

En octobre, Macky Sall recevra le prix de l’Homme de l’année dans le secteur pétrolier africain

Le fournisseur de services pétroliers ADES International fait son marché en Afrique du Nord

 
MINES

Mali: le gouvernement lance officiellement les travaux de construction de l'Ecole des Mines

Le déficit d’approvisionnement de cuivre prévu pour l’année 2019 se confirme

Afrique du Sud : le projet Boikarabelo devrait produire son premier charbon en 2022

L’australien Sandfire Resources veut investir dans le secteur minier du Botswana

 
TELECOM

Bénin : Isocel promet une offre Internet par fibre optique, «au coût le moins élevé du marché» (Interview)

TIF 2019 : Huawei remporte le Prix de contribution exceptionnelle pour ses 20 ans d’existence en Tunisie

Orange a aidé KaiOS Tehnologies à lever 50 millions $ pour améliorer l’accès à Internet en Afrique

Le Nigeria a porté la croissance du groupe Airtel en Afrique pour l’année 2019

 
FORMATION

Une institution allemande offre des bourses aux titulaires d’une licence pour des études dans les domaines de la propriété intellectuelle

Les 13 meilleures universités africaines, selon le classement QS World University 2020

Une école d’automne pour les jeunes Africains sur la gestion des déchets électroniques et l’économie circulaire

L’École d’administration publique du Québec va lancer une certification en évaluation du développement en langue arabe

 
COMM

Algérie : le groupe Medias Temps Nouveau bientôt vendu ?

Retransmission CAN 2019: le cryptage des chaînes nationales chez l’opérateur Canal +, décrié sur les réseaux sociaux

L’Agence Ecofin couvrira désormais l’actualité du secteur africain des transports

Afrique du Sud : la digitalisation des services de MultiChoice va faire perdre leurs emplois à plus de 2 000 employés de l’entreprise

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance