ENTETE PUB ECOFIN Gestion

Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Les signes d'un nouveau choc économique mondial se dessinent à l'horizon. L’Afrique pourrait saisir sa chance…

  • Date de création: 10 février 2019 20:26

(Agence Ecofin) - Des signes annonciateurs d'une nouvelle récession économique dans le monde sont en train de se présenter à l'horizon. Que ce soit aux Etats-Unis, en Europe et même en Asie Pacifique de nombreux indices sur différents marchés sont autant de points d'avertissements.

Aux Etats Unis, au-delà du blocage que connait le gouvernement fédéral en raison d'un désaccord sur la construction du mur à la frontière mexicaine, l'administration Trump doit affronter désormais la réalité des cycles économique. Le milliardaire américain avait promis à l'Amérique de lui « redonner toute sa grandeur ». Un cadeau qui, selon lui, passait par une réduction des impôts, la relance des travaux d'infrastructures et la renégociation des accords commerciaux jugés inéquitables. Il y a effectivement eu de grandes annonces en terme de relance de la croissance et de création d'emplois, ou plus précisément de réduction du nombre des chômeurs.

L’économie américaine dans une nouvelle croisée des chemins

Dans ces conditions, le consensus des intervenants des différents marchés financiers internationaux pariait sur de nouvelles hausses des taux servis par la banque centrale américaine aux banques commerciales. Mais la Federal Reserve semble désormais partagée, quant à la pertinence d’une telle décision.  Son président Jimmy Powell a récemment échangé avec le président Donald Trump et le marché s'attendait à recevoir enfin des indices d'une hausse des taux, mais il n'en a rien été.

Or, en pure théorie économique, le plein emploi et la croissance s’accompagnent souvent d’une plus grande demande d’argent au sein de l’économie, et poussent les banques centrales à augmenter leurs taux.

Mais la FED ne peut se résoudre à suivre cette ligne classique de façon systématique, et cela pour une raison fondamentale : les promesses de campagne du président Trump ont un prix qui sera financé par de nouveaux emprunts publics. Une hausse des taux rendrait plus cher le processus d’endettement par le gouvernement. Un point qu’il sera difficile de défendre, surtout maintenant que la majorité des parlementaires est passée à l’opposition.

Dans la foulée, les ménages américains semblent s’être assagis. Bien que leurs revenus aient augmenté (baisse du chômage et réduction des impôts), ils consomment moins, et continuent d'acheter des produits compétitifs, qui sont majoritairement chinois. De récentes données de la réserve fédérale, confirmées par une enquête Fannie Mae (société publique spécialisée dans les prêts hypothécaires), montre que la demande pour des crédits immobiliers a reculé au quatrième trimestre, alors même que la nouvelle hausse des prix de l’immobilier devrait inciter à investir.

Pareillement, les demande de crédits à la carte bancaire et pour l'achat des véhicules ont baissé sur la même période. Enfin, le déficit commercial des Etats-Unis à l’égard de la Chine résiste à toutes les mesures protectionnistes mises en place par l’administration Trump. Les consommateurs américains ne semblent pas trop patriotes lorsqu'il s'agit de consommer. Ils font le choix de leurs intérêts directs et celui d’augmenter leur épargne.

 Le blocage économique se poursuit en Europe

Sur les différents marché financiers, les investisseurs commencent à percevoir ces défis. Une forte demande des produits d’épargne a d’abord poussé les actions des sociétés cotées en hausse. Mais les rendements de ces placements sont loin d’être pertinents. Problème, les investisseurs n'ont pas beaucoup d'alternatives, car la FED semble réticente à augmenter ses taux et se tourner vers les obligations pourraient être moins rentable.

Les USA ne sont pas les seuls à avoir des problèmes d'économie interne. En France, partenaire de choix pour beaucoup de pays africains, la dette publique a atteint des niveaux records (109% du Produit Intérieur Brut) selon de récentes données publiées par l'agence de notation Moody's. La dette de ses sociétés, hors secteur financier, était la plus élevée des grandes économies, avec un ratio de 136%. C'est dans ce contexte que le pays doit faire face à une importante vague de revendications sociales, dont les premières mesures d'apaisement ne manqueront pas d'alourdir la note.

En Angleterre, partenaire de choix pour l'Egypte, le Nigéria, le Kenya et deuxième place boursière du marché africain après l'Afrique du Sud, la première ministre Theresa May continue de batailler avec son parlement pour la validation de son accord de sortie de l'Union Européenne.

« Lorsqu’on analyse tous ces chiffres qui nous arrivent de l’Europe, cela amène à conclure qu’il y a un problème. On y voit aussi des symptômes qui confirment cet avis largement partagé, selon lequel l'économie mondiale est entrée dans une phase de ralentissement » , a déclaré David Joy, analyste de marché et stratège chez Ameriprise Financial, selon des propos rapportés par Bloomberg.

L'Asie pacifique, nouveau partenaire lui aussi dans l’expectative

Le troisième risque de dépression provient de l'Asie. La Chine, on le sait déjà, a enregistré en 2018 sa plus faible croissance économique depuis de nombreuses années. Le pays doit aussi batailler avec une importante dette intérieure pour maintenir le niveau de croissance de ses ménages. Au Japon, les entreprises ont commencé à publier leurs résultats, et le marché financier local a montré des signes de recul, preuve que les choses ne se passent pour le mieux, là-bas non plus.

L'économie mondiale semble donc être à bout de souffle, dans la mesure où toutes les décisions des banques centrales en faveur des relances ne sont que de courte durée, et peu efficaces sur le long terme.

 L’Afrique insouciante ou impuissante ?

Dans ce tableau chaotique qui se dessine, l'Afrique, notamment subsaharienne, ne s'exprime pas beaucoup et ne semble pas prendre de décisions ambitieuses.

Le gros des pays de la région, dont l'Afrique du Sud qui est la plus diversifiée et développée, semble davantage préoccupé par les calendriers électoraux.

Depuis 2017, le continent a connu un regain d'endettement international, afin de mieux défendre les positions extérieures et donc ses monnaies, qui ont toutes reculé, à l'exception, en 2018, du shilling kenyan.

On voit aussi beaucoup de consolidations budgétaires qui se traduisent malheureusement par des coupes dans les dépenses d'investissements productifs, et le maintien de dépenses de consommation, parfois tournées vers les produits et services importés.

Pourtant, toutes les études démontrent que l’Afrique pourrait devenir le prochain relai de la croissance mondiale, comme l'ont été l'Europe et l'Asie à un certain moment de l'histoire. Mais pour cela, il faudrait que le continent parle d’une seule voix et cesse de laisser tirailler par les intérêts divergents des grandes puissances. 

La Grande Bretagne et la Chine bataillent pour son sous-sol (60% des entreprises cotées sur le London Stock Exchange et ciblant l'Afrique sont des entreprises minières). Les USA se battent aussi avec la Chine pour des questions d'influence. La France et l’Italie s’étripent à propos du FCFA. L'Allemagne commence à montrer de l'intérêt pour le continent.… L’Afrique n’a jamais eu autant de cartes en main.

Mais ces évolutions de la conjoncture internationale ne semblent pas intéresser outre mesure les leaders des économies africaines. Alors que la situation de blocage qui se dessine dans les économies développées, pourrait être une opportunité historique pour l’Afrique qui, en plus de tout cela, détient une part importante des matières premières et des sources de croissance de l'économie du futur (population jeune, innovation, opportunités d’investissement).

Les plans de diversification des économies, tardivement adoptés par la plupart des gouvernements africains, ne produisent leurs effets que trop lentement. En attendant, chacun dans ses frontières, continue de suivre l’actualité des matières premières, qui le cacao, qui le pétrole, qui le cuivre, qui le coton…. Ces fichues matières premières qui demeurent, hélas, la principale source des revenus en devises du continent.

Idriss Linge


Ecofin Gestion Publique     


 
FINANCE

Palladium veut lancer un fonds de 40 millions $ dédié au financement des PME d’Afrique subsaharienne

Centum Investment cède sa filiale brassicole King Beverage Limited à la société kényane Danish Brewing Company

Afrique du Sud : l’environnement économique a pesé sur les ventes de la firme Mr Price Group au terme des quatre premiers mois de son année 2019/2020

La Fintech Tala lève 110 millions $ pour financer son expansion dans des marchés émergents, dont l’Afrique

 
AGRO

Le changement climatique pourrait faire grimper les prix mondiaux de la banane

Angola : Biocom réalise une production de 65 000 tonnes de sucre sur son premier semestre 2019

Zambie : la flambée des prix de la semoule de maïs fait réagir le gouvernement

Gabon : le gouvernement promet l’ouverture de 80 nouvelles usines de transformation de bois cette année

 
ELECTRICITE

Afrique du Sud : l’UK Climate Investment injecte 17 millions $ dans 250 MW de parcs éoliens

Sénégal : les consultations publiques bientôt conduites pour la centrale solaire de Niakhar

La Zambie veut alimenter Kariba avec l’eau du fleuve Congo : impossible, selon les experts

Le Nigeria ambitionne de connecter son réseau électrique à celui de 8 pays d’Afrique de l’Ouest

 
HYDROCARBURES

En 2017, la vente de pétrole et de gaz naturel a rapporté 14,5 milliards de dollars au Nigeria

La banque américaine d’Export-Import va soutenir le projet Mozambique LNG avec un apport de 5 milliards $

Soudan du Sud : Salva Kiir met en garde les compagnies pétrolières contre la mauvaise gestion

103 milliards $ d’investissements attendus dans le secteur africain du gaz naturel liquéfié, avant fin 2019

 
MINES

La Zambie ne veut plus de Vedanta Resources sur la mine Konkola

La demande de charbon de la Chine commencera à baisser à partir de 2025 (rapport)

Mali: African Gold Group lève 5 millions de dollars pour son projet Kobada

Mali : vers une coentreprise entre Altus et Glomin sur les projets aurifères Lakanfla et Tabakorole

 
TELECOM

L’Ethiopie va reporter à décembre 2019 le lancement de son premier satellite

Niger : Orange va finalement céder ses parts à Rimbo Holding

Camtel et Huawei dotent la police camerounaise d’un centre national de commandement de vidéosurveillance

Sénégal : le gouvernement investit 50 milliards FCFA pour l’aménagement numérique du territoire

 
FORMATION

Le gouvernement suédois octroie 35 millions $ à l'Université du Rwanda pour soutenir la formation et la recherche scientifique

La Fondation Oprah Winfrey propose des bourses d’études aux femmes africaines dans les domaines liés aux politiques publiques

L’Université Senghor d’Egypte lance un cours en ligne grand public sur la paix et la sécurité en Afrique francophone

Les universités anglophones sont les plus présentes sur le Web en Afrique, selon le classement Webometrics

 
COMM

Zimbabwe : Econet décide finalement de vendre son pôle média

Tunisie : les autorités interdisent à 3 médias de couvrir les prochaines élections présidentielles

Kenya : Madgoat TV veut obtenir une licence de télévision en clair

Afrique : l'influence chinoise croissante sur le paysage médiatique ouvre un nouveau champ de bataille avec les USA

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Gestion Publique/Finance