Ecofin Mines

Norilsk Nickel «consterné» par le «mépris» du Botswana pour les droits des investisseurs

(Agence Ecofin) - Le Russe Norilsk Nickel a déclaré mardi qu’il n’abandonnera pas son action en justice contre le gouvernement botswanais au sujet de l’annulation de la transaction portant sur la mine Nkomati. La société a indiqué qu’elle utilisera tous les moyens dont elle dispose pour recouvrer les 277 millions $ dus dans le cadre de la transaction par la compagnie nationale BCL, contrainte par le gouvernement à une liquidation.

Cette déclaration intervient après un verdict rendu par le Tribunal du Botswana en juin dernier, qui empêche Norilsk Nickel de porter l’affaire devant la Cour internationale d’arbitrage de Londres (LCIA).

«Nous avons demandé au Tribunal botswanais la permission de défendre nos droits à Londres en 2016. Sans raison valable, il a fallu plus de 16 mois au tribunal pour examiner cette question très simple. Nous nous retrouvons maintenant avec un jugement profondément insatisfaisant qui empêche d'aller de l'avant et de résoudre ce conflit par un arbitrage international impartial, malgré notre droit de le faire en vertu de notre contrat avec BCL.», explique le PDG de Norilsk Nickel Africa, Michael Marriott.

Retour sur l’affaire

Les origines du litige remontent à octobre 2016, lorsque BCL (compagnie minière détenue par l’État) s’est rétractée quant à l’acquisition d’une participation de 50% dans la mine sud-africaine Nkomati, transaction qu’elle avait conclue depuis 2014 avec le géant russe. La société a été confrontée à de graves difficultés financières et a déclaré qu’elle ne pouvait plus «se permettre de s’acquitter du prix de la transaction ». Cet abandon a conduit Norilsk à intenter une action en justice contre BCL et l’État, réclamant plus de 270 millions $ d’indemnisation. Par la suite, le gouvernement botswanais déposera une demande auprès de la Haute Cour pour que BCL et ses entités soient mises en liquidation.

«Nous allons saisir toutes les occasions de faire en sorte que le gouvernement botswanais soit tenu responsable de toutes les dettes de BCL, y compris les dettes envers Norilsk Nickel en ce qui concerne les transactions Nkomati et Tati.», a déclaré mardi, M. Marriott.

Norilsk Nickel est le plus grand producteur mondial de nickel raffiné et de palladium.

Lire aussi :

09/03/2018 - Botswana : l’Etat verse 45 millions $ pour régler un différend avec Norilsk Nickel

19/06/2017 - Botswana : l’action en justice de Norilsk fait fuir les potentiels acheteurs de BCL


Ecofin Mines     




Enveloppe Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Mines