Côte d’Ivoire : l’APE intérimaire conclu avec l’UE a permis de dégager un excédent commercial d’environ 2,6 milliards $ en 10 ans

Côte d’Ivoire : l’APE intérimaire conclu avec l’UE a permis de dégager un excédent commercial d’environ 2,6 milliards $ en 10 ans

(Agence Ecofin) - La conclusion de l’accord de partenariat économique intérimaire (APEI), avec l’Union Européenne (UE) en 2007, a permis à la Côte d’Ivoire de dégager un excédent commercial de 1 500 milliards FCFA (environ 2,6 milliards $), dans ses échanges commerciaux avec cet espace communautaire. Cette annonce a été faite au cours de l’atelier organisé par la commission nationale en charge de la mise en œuvre de l’APEI, tenu le 19 novembre 2018 à Abidjan.

L’APEI conclu entre la Côte d’Ivoire et l’UE a, en effet, permis au pays de bénéficier de préférences douanières pour certains de ses produits clés d’exportation. Il s’agit, entre autres de la banane, des conserves de thon, du cacao. De plus, la filière banane a connu avec cet accord, une hausse de ses exportations, qui sont passées de 200 000 tonnes à 300 000 tonnes.

Selon le directeur de cabinet adjoint du ministre de l’intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur, Stéphane Aka-Anghui, l’application de l’APE intérimaire a « apporté beaucoup de bénéfices à la Côte d’Ivoire, qui exporte plus vers l’Union européenne, son principal marché ».

Poursuivant, Stéphane Aka-Anghui a expliqué que pour ne pas perdre ses préférences et respecter ses engagements, la Côte d’Ivoire a ratifié en 2016, l’accord intérimaire et pris des dispositions pour le mettre en œuvre. De ce fait donc, souligne-t-il, «son marché sera ouvert à 80% à l’Union Européenne à partir de janvier 2019 ».

Par ailleurs, face à la crainte d’un envahissement des produits européens sur le sol ivoirien, le directeur de cabinet adjoint a rassuré sur le fait que « la plupart des produits fabriqués sur place ont été exclus de cette libéralisation ». Ajoutant par la suite que pour les premières années, ne sont concernés que les matières premières et les intrants.

Notons que l’Union européenne contribue à 40% aux recettes de douane en Côte d’Ivoire. « Selon la Commission nationale, l’Accord de Partenariat Economique Intérimaire garantit l’ouverture du marché local avec des avantages en faveur de la Côte d’Ivoire qui importe pour environ 2 500 milliards FCFA (environ 4,3 milliards $), et exporte pour plus de 4 000 milliards FCFA (environ 6,9 milliards $) », a indiqué Stéphane Aka-Anghui.

Flore Kacou


Ecofin Gestion Publique