Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

BANNERS PUB 1200x100 ECOFIN Comm

Afrique subsaharienne : les prix des droits TV de la CAN 2019 sont trop chers pour les chaînes de télévision privées

Afrique subsaharienne : les prix des droits TV de la CAN 2019 sont trop chers pour les chaînes de télévision privées
  • Date de création: 31 mai 2019 07:56

(Agence Ecofin) - Les chaînes de télévision privées ont du mal à acquérir les droits de diffusion en clair de la Coupe d’Afrique des nations, à cause de leurs coûts trop élevés. L’information a été révélée par Aboubacry Ba, au Discop Abidjan, lors d’une conférence abordant le sujet des droits sportifs.

Comme l’explique le directeur général de CIS Medias, l’Union Africaine de Radiodiffusion (UAR) a fixé des prix qui rendent impossible l’obtention des sous-licences des droits de diffusion en clair par le service privé. Pourtant, le choix de l’UAR pour ces droits en clair était censé les rendre plus accessibles.

Comme il le fait savoir, les prix sont encore plus élevés que lors des éditions précédentes. Ce qui ne peut pas être justifié par l’augmentation du nombre de matchs. « Ce n’est pas possible de dire que parce qu’on est passé de 268 à 280 matchs, on va passer d’environ 1,2 million d’euros, qui était le prix avant que le format de la compétition ne change, à 1,5 million d’euros, le prix actuel pour une chaîne voulant une sous-licence », a-t-il déclaré.

Pour lui, cette situation est aussi une conséquence d’une mauvaise politique de redistribution des droits. « La Confédération africaine de football (CAF) demande juste que l’UAR lui reverse 22 millions de dollars (environ 19,5 millions d’euros) pour les droits de la CAN 2019 », informe-t-il. « Ce montant peut être facilement atteint si on demande aux chaînes publiques et privées d’un pays de fournir ensemble le prix demandé pour une seule chaîne, les 1,5 million d’euros par exemple. Mais je ne comprends pas pourquoi l’UAR organise cette course à l’exclusivité en ne permettant qu’à un seul organe d’avoir des droits qu’il ne pourra de toutes les manières pas rentabiliser à cause de leur cherté », complète Aboubacry Ba.

Un représentant de la RTI, présent, a reconnu qu’il avait également trouvé les droits trop chers, mais que les autorités publiques avaient fini par accepter de payer.

« C’est l’une des raisons pour lesquelles ils maintiennent ces prix trop élevés. Si une chaîne du calibre de la RTI refuse de payer, alors personne ne peut plus diffuser la compétition en Côte d’Ivoire. Sachant que la CAF et l’UAR ont l’obligation de diffuser ces matchs dans chaque pays, il y aurait eu un moyen de négocier de meilleurs tarifs », a rétorqué Aboubacry Ba.

Au final, les chaînes privées présentes à la conférence ont convenu de s’associer pour travailler, en collaboration avec les diffuseurs publics, à rendre les coûts des compétitions sportives africaines plus accessibles. Cela, aussi bien pour les privés que pour le service public.

Servan Ahougnon


Ecofin Comm     


 
GESTION PUBLIQUE

Sénégal: le frère du président Macky Sall démissionne de la Caisse des Dépôts après des accusations de corruption  

Egypte : le parlement approuve le budget le plus important de l'histoire du pays, à plus de 94 milliards $  

Cap-Vert: la dette publique enregistre une baisse en 2018 mais reste très élevée à 122,8% (GAO)

Finance verte : Coöperatief Climate Fund Managers a levé 850 millions $ en deux ans pour des projets énergétiques

 
FINANCE

Maroc: la BAD finance la construction d’une cimenterie à hauteur de 45 millions d’euros

L’OPIC examine un possible investissement dans le secteur agricole du Mozambique

Bourse de Casablanca: l'effet Maroc Telecom semble avoir été précaire sur la dynamique de marché

UEMOA : réserves excédentaires toujours confortables pour les banques au cours du premier trimestre 2019, mais en baisse

 
AGRO

La Tanzanie va livrer 1 million de tonnes de maïs au Kenya en 2019/2020

Côte d’Ivoire : l’exécutif veut attirer plus de jeunes dans le cacao grâce au prix plancher commun

Kenya : vers l’établissement d’une banque de développement agricole ?

Le Chinois Qu Dongyu prend la tête de la FAO

 
ELECTRICITE

La BAD obtient 40 millions € de la Commission européenne pour accélérer l’électrification en Afrique

Egypte : la NREA envisage d’implanter une centrale éolienne de 200 MW près du golfe de Suez

Nigeria : le secteur électrique aura besoin de 100 milliards $ d’investissement sur les 20 prochaines années

Kenya : la KenGen établit un laboratoire de R&D à Tana

 
HYDROCARBURES

Kenya : le gouvernement s'accorde avec Total, Tullow et Africa Oil pour construire une raffinerie de pétrole

Le Ghana veut introduire le gaz naturel comprimé comme complément aux produits pétroliers

En octobre, Macky Sall recevra le prix de l’Homme de l’année dans le secteur pétrolier africain

Le fournisseur de services pétroliers ADES International fait son marché en Afrique du Nord

 
MINES

Mali: le gouvernement lance officiellement les travaux de construction de l'Ecole des Mines

Le déficit d’approvisionnement de cuivre prévu pour l’année 2019 se confirme

Afrique du Sud : le projet Boikarabelo devrait produire son premier charbon en 2022

L’australien Sandfire Resources veut investir dans le secteur minier du Botswana

 
TELECOM

Bénin : Isocel promet une offre Internet par fibre optique, «au coût le moins élevé du marché» (Interview)

TIF 2019 : Huawei remporte le Prix de contribution exceptionnelle pour ses 20 ans d’existence en Tunisie

Orange a aidé KaiOS Tehnologies à lever 50 millions $ pour améliorer l’accès à Internet en Afrique

Le Nigeria a porté la croissance du groupe Airtel en Afrique pour l’année 2019

 
FORMATION

Une institution allemande offre des bourses aux titulaires d’une licence pour des études dans les domaines de la propriété intellectuelle

Les 13 meilleures universités africaines, selon le classement QS World University 2020

Une école d’automne pour les jeunes Africains sur la gestion des déchets électroniques et l’économie circulaire

L’École d’administration publique du Québec va lancer une certification en évaluation du développement en langue arabe

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Comm