Ecofin Finance
Agence Ecofin
Yaoundé - Cotonou - Lomé - Dakar - Abidjan - Genève

Très peu de capitaux levés par les assureurs de la zone CIMA à 5 mois du premier délai pour l’augmentation de leur capital social.

  • Date de création: 09 janvier 2019 12:20

(Agence Ecofin) - Alors qu'on approche du mois de mai 2019, date à laquelle il avait été demandé aux sociétés d'assurance de la zone CIMA (Conférence Inter-africaine du Marché des Assurances) de procéder à de premières augmentations de fonds propres, très peu d'entre elles sont en voie d'être conformes, a appris l'Agence Ecofin d'une présentation officielle en novembre 2018 dernier.

Une réforme ambitieuse aux attentes fortes

Réunis à Yaoundé (Cameroun) en avril 2016 le Conseil des Ministres en charge des assurances dans les 14 pays membres de la CIMA avaient décidé que les sociétés anonymes d'assurances devraient remonter leur capital social de 1 à 5 milliards de FCFA et les sociétés mutuelles de 800 millions de FCFA à 3 milliards de FCFA.

Le calendrier des augmentations prévoyait une hausse de 1 à 3 milliards de FCFA au plus tard au 31 mai 2019 et une hausse à 2 milliards de FCFA pour les sociétés de mutuelle. Il leur était aussi demandé d'avoir des fonds propres complémentaires supérieurs ou égaux à 80% de capital social.

Les objectifs affichés derrière ce changement de régulation étaient de renforcer la solidité financière des compagnies d'assurance, réduire les possibilités de faillite et encourager les consolidations dans le secteur. Le conseil avait aussi imposé que les augmentations soient faites en numéraires (argent liquide) et dans des cas très encadrés par incorporation des réserves.

Un niveau de mise en œuvre loin des prescriptions règlementaires

Un rapport sur la mise en oeuvre de ces principales mesures et celles relatives aux actes à accomplir, a été présenté en juillet 2018. Il en ressort plusieurs éléments qui montrent qu’on n’a pas beaucoup avancé dans le sens souhaité par la CIMA. Déjà, à cette période, on comptait encore 180 sociétés d'assurance, signe que peu de consolidations se sont effectuées.

Par ailleurs, il ressort que sur 180 société d'assurances ayant transmis leurs rapports, seulement 87 d'entre elles ont transmis des rapports comme le prévoit la règlementation. Parmi ces dernières, seulement 20 avaient déjà un capital minimum de 3 milliards de FCFA comme le prévoit la première étape. Et sur ces 20 sociétés seules 14 respectaient déjà le niveau d'exigence des fonds propres.

Des efforts de recapitalisation ont ainsi été constatés, mais depuis l'entrée en vigueur de la règlementation en 2016, seulement 38 milliards de FCFA d'augmentation ont été constatés et concernent 29 entreprises. Sur ces 29 entreprises d'assurance, à peine 16 se conforment à l'exigence des fonds propres minimum de 80% par rapport au capital social.

La CIMA explique cette situation par deux faits principaux. Elle indique d'une part que dans certains pays membres, le processus se heurte à la difficulté à trouver des actionnaires locaux capables de souscrire à des augmentations de capital comme le prévoient les législations locales. L'autre explication est la faible rentabilité des fonds propres dans le secteur, qui décourage les investisseurs.

Les responsables de la CIMA disent avoir pris acte du dernier point et que cela encouragera les consolidations. Mais il n'est pas sûr que les choses aillent forcément dans ce sens.

Des difficultés qui avaient déjà été soulevées par des experts

Dans une analyse faite en octobre 2016 sur cette réforme, Finactu, un groupe de conseil financier spécialisé sur l'Afrique, avait déjà averti sur ce risque dans l'application de la réforme. Les experts indiquaient qu'en raison du risque que présente le secteur des assurances, la marge reférentielle de rendement des capitaux pour les investisseurs serait de 15% du capital soit près de 750 millions de FCFA. Mais dans un secteur où les marges nettes représentent 8% (non-vie) ou 4% (vie) il faudrait des chiffres d'affaires minimum respectifs de 9,4 milliards de FCFA et 18,8 milliards de FCFA l’année.

La conclusion de ces différentes estimations, était qu'au bout du processus, 32 assureurs trop petits disparaîtront. Mais les défis peuvent être plus importants. Au moment où se rédigeait l'analyse, il était attendu des augmentation de capital social de 415 milliards de FCFA au moins. Les augmentations actuelles représentent moins de 10% de ce montant.

La CIMA a prévu de sévir pour les sociétés qui ne respectent pas les nouvelles règles. Au moment de la présentation, ses responsables prenaient exemple sur le Nigéria, ou le régulateur avait aussi demandé une augmentation du capital social. Mais depuis fin 2018, cette option a été abandonnée et les assureurs nigérians peuvent souffler.

Les prochaines rencontres des ministres de la CIMA s'avèrent décisives pour le paysage des assurances dans les pays de la CIMA. Dans beaucoup d'entre eux, les économies se sont détériorées et les environnements des affaires ne sont pas toujours favorables à l'attraction de nouveaux investissements surtout dans des domaines relativement risqués.

Idriss Linge


Ecofin Finance     


 
GESTION PUBLIQUE

Côte d’Ivoire : la proportion des marchés publics accordés aux PME progresse à 43,6% à fin mars 2019

Malawi: l’économiste Joseph Mwanamvekha nommé ministre des Finances

Zone de libre-échange continentale : le Nigeria réitère son attachement à prendre en considération l’intérêt de ses industries

Tchad : 4 millions $ seront consacrés à la résilience de la production agricole et agropastorale

 
AGRO

L’UE exige une consultation avec l’Union douanière d’Afrique australe sur le commerce de volaille

Ghana : le prix d’achat du cacao restera inchangé durant la campagne intermédiaire 2018/2019

Tanzanie : les devises d’exportation de noix de cajou ont chuté à 196,5 millions $ en 2018

Mali : un projet d’inclusion des filières agricoles pour bancariser plus de 440 000 petits producteurs

 
ELECTRICITE

Kenya : les ambitions d’extension du parc électrique revues à la baisse à cause de la demande

Namibie : Alten Energias inaugure une centrale solaire de 45 MW à Mariental

Réchauffement climatique : Seuls le Maroc et la Gambie ont des plans permettant d’atteindre les objectifs climatiques

Energies renouvelables : 288,9 milliards $ investis en 2018, soit le triple du capital consacré au charbon et au gaz

 
HYDROCARBURES

Côte d’Ivoire : la production de gaz naturel enregistre une baisse de 9,09% en glissement annuel, au premier trimestre 2019

Lukoil voit des opportunités de développer des projets de GNL au Cameroun et au Congo

Nigeria : Muhammadu Buhari nomme un nouveau patron à la société publique du pétrole

Les sociétés publiques chinoises du pétrole auront le 4e plus gros CAPEX dans le secteur pétrolier africain entre 2019 et 2023

 
MINES

Burkina Faso : CIMBURKINA double sa capacité de production en s’offrant un deuxième broyeur

Afrique du Sud: Transnet assurera le transport des produits de United Manganese of Kalahari, grâce à un contrat de 585 millions $

Rwanda : la première raffinerie d’or du pays ouvre ses portes avec une capacité de 6 tonnes par mois

L'Afrique du Sud veut accroître sa part de marché dans le secteur minier de la RDC

 
TELECOM

L’identification, socle des nations numériques

Globalstar va fournir des services de téléphonie mobile par satellite et terrestre dans cinq pays d’Afrique

Kenya : Joe Mucheru, le secrétaire de cabinet aux TIC, se met le parlement à dos à cause de la privatisation de Telkom

Le Bénin confie à l’A4AI, l’étude sur l’amélioration de l’accès aux communications électroniques et de la poste dans le pays

 
FORMATION

Environnement & Développement Durable ouvre les inscriptions à sa session de formation en ligne sur les Objectifs de développement durable

Future Female et Facebook organisent une série de formations gratuites pour entreprendre sur les réseaux sociaux

L’École de Design de Nantes Atlantique va ouvrir au Bénin un campus spécialisé en design numérique, ouvert à toute l’Afrique

La coopération franco-allemande lance un appel à candidatures pour la formation de Jeunes Entrepreneurs ouest africains

 
COMM

Afrique subsaharienne : Infront Media obtient les droits de diffusion des compétitions du Comité international olympique jusqu’en 2024

Les Marocains de RAPP désignés agence de communication africaine de l’année à l’African Cristal media & advertising summit

Prix africains du Fact-Cheking : Africa Check attend les candidatures jusqu’au 30 juin

La part du digital dans les revenus de l’industrie des médias et du divertissement ne cesse d’augmenter (PwC)

AFFICHE PUB ECOFIN Finance

Enveloppe
Recevez chaque jour la lettre
Ecofin Finance/Gestion Publique